Comment Me Elhadj Diouf a voulu récupérer la coalition pour la Paix ?

J’étais à la réunion de création de la coalition contre la guerre en Gambie à l’invitation de Ouza Diallo. Elle se tenait chez Me Elhadj Diouf. Nous y étions allés parce qu’on croyait qu’on devrait discuter d’un plan d’actions pour éviter la guerre en Gambie. Ouza, étant un artiste engagé, connu pour ses positions de principes et ses vérités qu’il assène, j’ai accepté son invitation, tout en lui faisant des réserves sur la capacité de Me El hadj Diouf à porter ce combat qui à mon avis devait être animé par des gens neutres, apolitiques et qui ne sont pas mus par un intérêt quelconque d’autre que la recherche de la Paix. Je lui avais dit que mon engagement était sujet à ce que, lui, il soit devant , qu’ il prenne la tête de la coalition puisque c’était lui- même, l’avait créée et avait le profil idéal .

A la réunion, comme je le pressentais, Me a tout de suite posé ses jalons, ne voulant écouter personne, parce qu’en réalité, il avait déjà préparé son coup. J’ai tout de suite compris qu’ il voulait nous utiliser comme faire – valoir…
Il y avait Ouza, le journaliste Amadou Diouf, Serigne Bara Dolly, Me et moi. Me Elhadj savait parfaitement qu’il n’avait pas le charisme et l’entregent pour mener ce groupe, donc, il lui fallait une caution de personnalités neutres pour donner du crédit à son incapacité. La réunion s’est terminée en queue de poisson devant mon refus qu’il prenne la tête de la coalition. Son argument à lui, c’était que Yahya Jammeh ne parte pas, ne capitule pas selon ses propres termes. Nous, notre position, c’est que la CEDEAO et les Chefs d’Etat arrivent à tout pour faire partir Jammeh, mais dans la Paix. Tout, sauf la guerre est notre slogan, Mais, Me voulait un show à lui, n’avait aucune proposition à part de dire ce que tout le monde sait et semblait vouloir se positionner pour être un avocat de Jammeh demain.
Le journaliste Amadou Diouf, qui, au départ, avant la réunion, en aparté, nous avait même dit que Me avait déjà reçu de l’argent de Jammeh, opéra un virement à 360 ° et se mit à attaquer ma position, risquant même de créer des incidents. Le lendemain, eut la conférence de presse. Je n’y pris pas part. Me lui – même, dans la discussion me signifia que je n’y étais pas le bienvenu. De toutes façons, je n’étais pas prêt à lui servir de public.

Comme je l’avais dit à Ouza, Me Diouf fit son show, et ne fit pas avancer les choses d’un pas. Pourtant, nous étions en avance de beaucoup sur ces propos. Le groupe que je dirige, l’Armée de la Paix, avait déjà contacté tous les ambassadeurs de L’Union Européenne, les Ambassadeurs et les Présidents des Etats de la CEDEAO. Nous avons mis une stratégie de communication et formé un groupe de médiation composé des amis de Yaya au Sénégal et dans la sous – région, des personnalités religieuses et de la société civile et quelques acteurs culturels, des lutteurs, et avons réussi à avoir des contacts francs avec Yaya et son groupe. A Ouza, qui ne semblait pas prendre la pleine mesure de ses capacités de diriger le mouvement, j’avais dit qu’il serait discrédité si jamais, il assistait à cette conférence de presse. Il n’avait pas voulu m’écouter, et s’ils ont pu placer un mot, c’est presque parce qu’ils lui ont arraché le micro à El hadj Diouf.

C’est complètement dépité et déçu qu’il a quitté la conférence. El hadj Diouf avait donné une direction totalement personnelle à notre combat. C’est juste après avoir quitté la conf de presse au beau milieu, qu’il m’a appelé, en me disant tout son tort de s’être rendu là – bas. Certains individus, dans ce pays, sont prêts à tout pour leurs ambitions.
D’autres croient, que parce qu’ils ont un prix, n’importe qui, a un prix. Moi – même, des gens m’appellent pour me dire ‘‘Combien Yahya Jammeh t’a donné ?  » ou des hurluberlus m’insultent dans les commentaires de mes articles.

Le combat que je mène avec mes amis, nous le menons depuis des années pour la Paix dans notre espace. Nous étions au Burkina, nous sommes au Mali, le tout en toute discrétion. Tout, ce que nous faisons, ce sont avec nos propres moyens, nous évitons d’ailleurs autant que possible les contacts avec les dirigeants. Nous sommes neutres politiquement, mais engagés dans le combat pour la Paix et le développement. Nous sommes des hommes libérés de nos ambitions et dans la pensée. Nous n’avons pas de prix, parce qu’on peut s’acheter ce qu’on veut. Personne ne peut nous acheter. Notre idéal n’a pas de prix. Depuis le début de notre campagne, tout l’argent que nous utilisons, vient de nos propres poches et nous n’accepterons l’argent de personne. Le vrai sens de notre lutte pour la Paix, se trouve justement dans le fait que nous nous sommes accomplis dans nos pays, en Afrique, et c’est la Paix qui nous a permis de devenir ce que nous sommes aujourd’hui. C’est cet environnement de Paix que nous voulons pour nos générations futures.

Nos actions vont continuer avec les Sénégambiens et les Africains conscients et épris de Paix. La seule aide dont nous avons besoin, c’est l’engagement personnel des populations pour exiger de nos dirigeants, la Paix, gage de développement.
Notre prochain objectif est la journée de prières que nous organiserons prochainement et les tam-tam  de la Paix que des acteurs culturels feront vibrer pour que la Sénégambie reste et demeure dans la Paix.

A Ouza le Sénégambien, nous disons de se mettre à la disposition de la Paix. Les portes de l’Armée de la Paix lui sont grandement ouvertes.

Ndao Badou Le Médiateur

Comments are closed.