More

    (Commentaire) Jammeh ou l’instinct de survie

    Certains observateurs prudents l’avaient pourtant prédit. Le président sortant gambien, Yayah Jammeh a remis en cause les résultats des élections après avoir félicité son  challenger, Adama Barrow pour sa victoire. Pour lui, le scrutin est entaché de fraude et demande la tenue d’une nouvelle élection. Incroyable! Cette volte-face traduit simplement une peur bleue qui a fini par gagner Jammeh à cause des crimes qu’il a commis durant ses 22 ans de pouvoir. Et le meilleur moyen pour échapper à la justice, selon lui, c’est de s’éterniser au pouvoir. Quoi qu’il puisse lui coûter. Mais, la communication du président élu, Adama Barrow a beaucoup contribuer à la volte face du président gambien. Il faut le  reconnaitre. Après avoir exclu toute idée de traduire Jammeh à la CPI, Barrow est plus tard revenu, suite à la pression populaire, sur ses propos même s’il a apporté quelques nuances. La bonne stratégie aurait voulu qu’il rassure Jammeh le temps qu’il s’installe au pouvoir, comme ce fut le cas avec Charles Tayelor. Jammeh n’étant pas un enfant de coeur. Il savait qu’il jouait son avenir en cédant le pouvoir sans garantie. Aujourd’hui, il décide de se maintenir au pouvoir avec l’aide de l’armée. En tout cas, cette situation inrtrepelle la communauté internationale. Cette dernière devra prendre ses responsabilités et ne pas se limiter à de simple déclaration de principe.

    A lire également  Ramadan: 5 conseils pour garder la forme durant le jeûne
    A lire également  Procès Imam Ndao et Cie: L'audience a repris

    Dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles