More

    Confidence: Je me suis mariée avec le mari de ma mère. (2eme partie)

    2ème partie: Je suis enceinte de lui

    J’avais marqué un point me dis-je en refermant la porte derrière moi. Je me suis rendue directement dans ma chambre le cœur battant la chamade.  Ce soir là, je n’ai pas arrêté de penser à ma mise en scène de la journée. Il avait mordu à mon hameçon, surtout ce regard qu’il a posé sur moi. Il avait descendu ses yeux jusque dans mon entrecuisse, contemplant mon dessous de dentelle blanche. Il avait beau être le mari de ma mère, il restait après tout, un homme comme les autres à qui, la fraicheur d’une femme faisait perdre la tête.

    Chaque soir avant d’aller se coucher, il passait dans ma chambre me souhaiter bonne nuit. Je me suis lavée, parfumée et couchée assez tôt. Je n’avais rien mis comme dessous, j’étais complètement nue sous mon drap. Lorsqu’il a poussé la porte de ma chambre vers 22 h comme à son habitude, je me suis couchée de sorte à ce que une partie de mes fesses soient découvertes puis j’ai fait semblant de m’être endormie. Mon beau père a marché jusque près de mon lit. Je sentais sa présence juste au dessus de moi, il me regardait. Je me suis retournée doucement faisant presque tomber mon drap de mon corps et libérant ainsi ma splendide nudité. Lorsque j’ai ouvert les yeux, il me fixait comme une statue. J’ai posé ma main sur ma poitrine et lentement, je l’ai fait descendre sur mon ventre jusqu’à ce qu’elle parvienne à l’ouverture de mes petites lèvres où j’ai enfoncé mon index en refermant légèrement mes yeux et en gémissant un peu…

    Ma mère est arrivée du village ce matin l’air vraiment fatiguée. Mon grand père se portait mieux. Lorsque je l’ai vue, j’ai commencé à me sentir mal à l’aise comme si elle devait savoir quelque chose. Mon beau père quant à lui, il essayait de ne rien laisser paraître. Il riait à gorge déployée des histoires du village que racontait ma mère. Moi j’étais assez timide et ma mère le discerna.

    -Quelque chose ne va pas Michelle ?

    -Non maman tout va bien, seulement… Mon beau père me jeta un regard furieux.

    -Seulement quoi ma fille ?

    -Maman j’aurais voulu venir avec toi pour voir grand  papa.

    -Tu as raison ma fille, je ne voulais pas que tu vois ton grand père dans l’état dans lequel il était. Peut être avant ton départ, tu iras faire un saut là-bas lui dire bonjour.

    Je senti un air de soulagement sur le visage de mon beau père. Ce que nous avions fait lui et moi en l’absence de ma mère était assez grave et j’en étais moi-même consciente, même si c’était moi qui avait tout commencé.

    Les jours suivants, il s’arrangeait toujours pour arriver dans ma chambre la nuit où il me faisait l’amour avec passion. J’aimais ça, mon plaisir était décuplé par le risque d’être surpris par ma mère. Mais nous étions tellement prudents que maman ne se doutait de rien. Une nuit pourtant, elle faillit nous surprendre. Nous étions enlacés sur mon lit, Antoine avait mes seins dans ses mains, il les malaxait en m’embrassant tendrement. Moi, je gémissais tant le plaisir était fort. Il s’apprêtait à me pénétrer lorsque ma mère, devant la porte cria son nom. Il fut si rapide à se redresser et à rattacher son peignoir que lorsque ma mère entra dans la chambre, il se tenait debout près du lit me regardant l’air anxieux.

    A lire également  CARNET ROSE : Collé de la Série « Double Vie » s’est mariée…
    A lire également  Pour une "yassa poulet" mal préparé : le nouveau marié se fait asséner un coup de louche par sa femme

    -Que se passe t-il ? demanda-t-elle. Jai cru entendre des bruits quand j’arrivais dans le couloir.

    Là, il fallait vite improviser au risque de nous faire découvrir. J’en pris l’initiative. Je m’étais enroulée dans mon drap. Je mis à tourner en geignant doucement.

    -Maman j’ai des maux de bas ventre.

    -Quels genres ma fille ?

    -Maman mes règles sont arrivées ce matin je ressens donc des douleurs. J’ai beau dire à papa que ce n’est pas grave et que ça me passera mais il semble ne pas comprendre et il s’inquiète.

    Je vis ma mère jeter un regard moqueur à son mari.

    -Allons dormir Antoine. Ce dont souffre ta fille n’est qu’un malaise des femmes. Ça lui passera demain tu verras.
    Mon beau père joua le rôle à merveille. Il sembla ne pas être convaincu de ce que lui disait ma mère. Il s’agenouilla près de moi, tâta mon front et dit :

    « Elle est toute brulante. Ne penses-tu pas qu’il faudrait l’emmener à l’hôpital ?»

    -Antoine, tu exagères vraiment, dit ma mère en riant. Emmener ta fille à l’hôpital pour des règles douloureuses, on aura tout vu avec toi ! Si tu veux, reste près d’elle, moi j’ai sommeil. Bonne nuit ma chérie, je te laisse avec ton père. Taches de le convaincre que tu n’es pas malade et que ce que tu ressens est normal.

    Ma mère referma la porte derrière elle en baillant grandement. Nous revenions de loin ! Antoine posa un baiser sur mon front et nous décidâmes de nous retrouver désormais ailleurs parce que la maison n’était plus sûre avec ce qui a failli nous arriver.

    Nous nous rencontrions donc dans des hôtels, à la plage, à l’insu de ma génitrice. J’étais tellement attachée à Antoine que j’en oubliais qu’il était le mari de ma mère. Je devenais chaque jour, jalouse d’elle.

    Mes vacances étaient à leurs termes et il me faillait retourner en France pour continuer mes études. Quelques jours avant mon départ, je me sentais bizarre, nauséeuse et beaucoup fatiguée. Ma mère le remarqua aussi et me conseilla de voir le docteur. A mon retour du cabinet du Docteur Bamba, j’étais troublée et paniquée, ne sachant que faire. Il venait de m’annoncer que j’étais enceinte. Je décidai de ne rien dire à Antoine et deux jours plus tard, je m’envolai pour la France. (à suivre)

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles