More

    CONSEIL INTERMINISTERIEL DECENTRALISE A RUFISQUE : LES MULTIPLES MAUX DE LA VIEILLE CITEE

     

    imagesLa vieille ville de Rufisque qui fut, jadis, l’une des plus belles capitales économiques et centre d’excellence de l’Afrique occidentale française (Aof) avec ses nombreux magasins de stockage installés le long de la gare ferroviaire du Dakar-Niger et en bordure maritime, ses fabriques et usines de production de biens alimentaires assurant naguère le plein emploi, ses établissements de commerce et son port dont les vestiges apparaissent  le long de la côte atlantique, tout ce décor merveilleux qui a aussi chevillé la vie sénégalaise jusque vers les années 80, tombe, aujourd’hui, dans une désuétude totale, abandonnée tristement à elle-même par les pouvoirs publics. Cette agglomération s’apprête à recevoir, le 20 Juillet 2016, le conseil des ministres décentralisé pour faire bouger les lignes ; l’occasion sera belle pour remettre au gout du jour les multiples maux de la vielle cité.

    On pourrait affirmer avec certitude que la vieille ville Rufisque sera en ruine complète dans un proche avenir, si aucune mesure de sauvegarde et de réhabilitation de cette commune multiséculaire n’est envisagée, faisant ainsi disparaître dans les profondeurs de l’oubli, un riche patrimoine historique,  culturel et économique à nul autre pareil.

    En plus de l’avancée à pas de géant de la mer qui dévore des pans entiers des quartiers historiques des quartiers formant le vieux plateau en bordure océane, les nombreux canaux parallèles à ciel ouvert érigés pour l’évacuation des eaux pluviales traversant la ville d’est en ouest, sont devenus des déversoirs de déchets solides et d’eaux usées, constituant des niches assimilables à des usines de fabrication de moustiques pour le Sénégal.

    En lieu et place de ses anciennes fabriques et usines de biens alimentaires, du textile (Icotaf) ou de la chaussure (Bata) qui faisaient la fierté des habitants de la ville de Coumba Lamba, se sont installées des industries de fabrication de moustiques avec les canaux à ciel ouvert qui ont engendré le chômage chronique, la pauvreté et les maladies endémiques tels que le paludisme et le choléra.

     

    Les Sénégalais ne se rendent pas compte de la forte densité de concentration de moustiques au km² à Rufisque, non seulement pendant l’hivernage, mais ,durant les douze mois de l’année, faisant de cette ville, un mouroir avec le paludisme qui décime les populations à pas de géant, comme la mer dévore sans résistance, les plages et les quartiers du littoral.

    Le paludisme est omniprésent durant toute l’année dans cette zone la plus durement touchée du Sénégal, où toute la population est exposée à cette maladie. Les gîtes larvaires de moustiques sont engendrés par des collections permanentes d’eaux usées et non traitées, mélangées de déchets solides, faisant de ces endroits insalubres, couvrant tout le territoire communal, une zone hyper endémique. Le tableau panoramique des nombreux canaux à ciel ouvert avec leurs eaux stagnantes et déchets solides, offre un décor de la ville véritablement ahurissant, au paroxysme de l’irresponsabilité.  Le développement du paludisme n’épargne aucun habitant de Rufisque ; il suffit d’ouvrir la bouche pour qu’une bonne quantité de moustiques pénètre dans la gorge, en plus de piqûres  et autres dégâts collatéraux  sur la peau ; il est à cet effet plus pernicieux et encore plus grave que l’avancée de la mer qui concerne une partie de la population.

    Toutefois, il y a lieu de considérer l’éradication du paludisme et le blocage de l’avancée de la mer comme les deux problèmes majeurs de Rufisque. Point n’est besoin de convoquer des assises dites de Rufisque pour l’état des lieux et la détermination d’un plan de développement pour des questions urgentes qui sautent aux yeux. Le drame est, en dépit de l’approche de l’hivernage, il n’existe aucune mesure préventive de protection civile des populations par la mise en œuvre d’opérations d’envergure de destruction des niches de moustiques, de saupoudrage régulier de la ville, de réalisation d’infrastructures d’assainissement, de couverture des canaux à ciel ouvert ou de leur réhabilitation.

    A lire également  Ce que vous ne savez pas sur Ousseynou Diop, meurtrier du taximan Ibrahima Mbaye Samb

    Rufisque, en effet, est abandonnée à un triste sort et on se demande où sont les autorités locales et que font-elles pour que cette ville multiculturelle, chargée d’histoire qui n’a ni un grand marché moderne, ni une grande formation hospitalière digne de ce nom, ni de routes intérieures en bon état, puisse retrouver sa splendeur d’antan.

    Tout au moins, dans une zone propice au développement de maladies  et à la mortalité, le minimum était de mettre en place une formation hospitalière capable de relever les défis pour soigner les nombreux malades victimes d’un environnement insalubre. Malheu­reusement, le dispensaire Youssou Mbargane Diop, car il s’agit bien d’un dispensaire et non d’un hôpital, est lui-même une niche de moustiques ; Si on y est interné pour cause de paludisme, le paludisme finira par vous emporter du fait de nouvelles piqûres aggravant davantage la situation du malade ; si on y est admis pour une autre cause de maladie même bénigne, le paludisme finira par vous abattre et il ne serait pas exagéré de dire que «l’hôpital» Youssou Mbargane Diop, doté d’un plateau technique très faible, est lui-même un vecteur de paludisme, si bien qu’on se demande parfois dans quelle planète on se trouve à Rufisque  ? Pourtant, les moyens sont disponibles avec un budget municipal de 7 milliards de francs CFA qui d’ailleurs ne progresse plus depuis une quinzaine d’années et devrait avoisiner de nos jours, le montant de 15 milliards de FCFA, au vu du doublement du Pib local dans la période, non sans évoquer les nombreuses opportunités inexploitées avec l’instrument de la coopération décentralisée et la très mauvaise allocation des ressources publiques municipales.

    A lire également  Tamxarit : 7 pratiques particulièrement recommandées par le prophète

    C’est dire qu’en définitive, ce sont les volontés politiques qui font défaut, à travers l’inexistence  d’une réelle ambition pour Rufisque. Au plan du développement et de la restauration économique pour faire retrouver à cette ville multiséculaire sa richesse d’antan, il y a lieu de réaliser le vieux projet du port minéralier de Bargny-Rufisque qui fera retrouver à la ville son port naturel et, subséquemment, ses activités économiques abandonnées. La réalisation de ce projet de dégagement  du port minéralier de Dakar à  Sendou, est venue à son heure avec la mise en service prochaine de l’aéroport de Diass , au regard de la valeur ajoutée qu’on pourrait tirer du transport multimodal. De ce point vue, les Emases (entrepôts maliens) et d’autres activités portuaires du Sénégal pourront être transférés à ce nouveau port minéralier de Bargny-Rufisque (pétrole, phosphate, fer, sel), ce qui permettrait de désengorger Dakar qui étouffe et nous rapprocher davantage du Mali, notre hinterland naturel. Nous ne pouvons pas finir de citer quelques causes du blocage du développement de  la ville sans évoquer la perte progressive de la partie rurale du département de Rufisque qui a provoqué la disparition de formations forestières et de zones propices au développement des cultures horticoles et maraîchères au profit d’une urbanisation effrénée et non maitrisée ; cette destruction d’une importante partie de la zone agro-écologique des Niayes participe à la destruction de zones protégées et  de zones de production, accroissant d’avantage la pauvreté des populations du département de Rufisque, à la suite de la désindustrialisation de l’ancienne capitale économique du Sénégal.

    Cependant, nous espérons avec le prochain conseil des ministres décentralisé, que rien ne sera plus comme avant, avec cette innovation majeure d’une politique de proximité du président Maky Sall, afin de mieux prendre en charge la destinée des localités intérieures

     

    Kadialy  GASSAMA

    Economiste // Rue Faidherbe X Pierre Verger

    Rufisque

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles