More

    Conseil n’est pas louange…

    «Vous avez cru être dorénavant libérés de l’obligation de soumettre à l’épreuve votre façon de vivre. Or, je vous l’annonce, c’est tout le contraire qui vous arrivera : le nombre augmentera de ceux qui pratiquent cette mise à l’épreuve envers vous (…) ils seront d’autant plus sévères qu’ils seront plus jeunes, et vous, vous en serez davantage irrités.»

    Ainsi parla Socrate contre les sophistes et le régime politique qui valorisait leur système philosophique. Ainsi parle aujourd’hui Ousmane Sonko contre le traditionalisme politique que nos gouvernants nous ont représenté jusque-là comme modèle immuable de gouvernance. Malgré les alternances, les promesses de ruptures, de «Sopi» et d’émergence…

    Comme Nietzsche en publiant ses Considérations intempestives (à 30 ans), le propos de Sonko a quelque chose d’intempestif. En effet, dans la perspective du philosophe autrichien, «intempestif qualifie une affirmation hors de saison, à contre temps, un événement qui vient soudain contrarier un projet.»

    En l’occurrence, il s’agit de la volonté de pérenniser un système de prédation que ni aucune légalité ni aucune obligation de réserve d’aucun haut fonctionnaire ne sauraient justifier. Le discours de Sonko procède ainsi d’une attitude et d’une démarche dont le surgissement inattendu est fondateur d’une nouvelle positivité politique. En effet, ce sont aujourd’hui les incohérences volontairement et délibérément entretenues du système, ainsi que les abus de ses acteurs, qui de l’intérieur, sont littéralement mis à nu, disqualifiés et discrédités. Et qui plus est, par un jeune dont la jeunesse réside notamment dans l’impertinence (au sens ontologique), la vigueur et la force novatrice des nouvelles pratiques politiques qu’il propose, en opposition aux vieilleries purement politiciennes que l’on nous a toujours fait prendre pour des nouveautés.

    De sorte que sur la scène politique actuelle, le leader de «Pastef» apparaît comme ces «penseurs originaux» qui à chaque fois qu’ils formulent de nouvelles propositions, sont jugés «injustes», «arrogants» et «irrévérencieux» par ceux pour qui le pouvoir ne saurait être que monolithique. La vérité, c’est leur vérité, c’est-à-dire leur façon routinière et irrévocable de juger les êtres et les choses. C’est ce qui explique le déchaînement actuel de tous les obligés du Président Sall. Non pas avec des arguments de réfutation, mais par une lapidation systématique de la personne de Sonko : haut fonctionnaire et adversaire politique que l’on cherche à présenter à l’opinion comme un ennemi public à neutraliser et mettre hors d’état de nuire… à l’Etat. Mais dans cette dynamique, faute d’arguments juridiques ou de base légale et objective, ils en sont réduits à des considérations purement sentimentales : «se réjouir» de la mesure de radiation, comme Abdou Mbow.

    A lire également  Succession de Khalifa Sall: Barthélémy Dias a fait son choix

    Ou comme Viviane Bampassy, «ne pas accepter qu’on s’attaque comme ça au Président.» Exactement comme les courtisans dont parle du Bellay, prêts à tout pour le plaisir du roi : «Plutôt auront-ils vu, afin de lui complaire, la lune en plein midi ; à minuit le soleil.» Pourtant, ce comportement totalement oblique et décalé, est parfaitement cohérent par rapport à la double sanction qui frappe aujourd’hui M. Sonko : une mesure aussi grave et radicale que la radiation d’un fonctionnaire, dont le concerné lui-même a été informé de façon officieuse, par voie de presse!

    Ce, après que le même pauvre fonctionnaire a informé son supérieur hiérarchique de sa suspension, dont ce dernier, précisément, devait être l’initiateur de la procédure. Finalement, nos Etats de droit ont ceci de singulier que le chef de l’Etat y a tous les droits. Tous ses actes sont justifiés, expliqués, valorisés par ses gens. Mais à l’échelle humaine et à l’aune de la démocratie, le chef de l’Etat comme l’Etat lui-même, n’ont de sens que par rapport aux citoyens. Qui ne sont pas que des électeurs, mais aussi et surtout des humains, capables de s’indigner devant l’intolérable et de refuser l’inacceptable.

    Le Président Sall devrait se le rappeler en permanence, lui qui n’a émergé que parce qu’on a voulu l’immerger injustement. Car comme le dit La Rochefoucauld : «Les vertus se perdent dans l’intérêt comme les fleuves se perdent dans la mer.» Loin des invectives et autres règlements de comptes entre politiciens, il a le devoir de s’élever au-dessus de ces «miasmes morbides» de la démocratie. Et suivre ce conseil de Boileau : «Aimez qu’on vous conseille et non pas qu’on voue loue.» Un conseil n’est pas une louange.

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles