More

    Crash dans le Sinaï : la commission d’enquête n’en dit pas plus

    CrashUne semaine après le crash de l’A321 de la compagnie russe Metrojet en Egypte, le chef de la commission d’enquête a donné une conférence de presse ce samedi 7 novembre après-midi au Caire. Conclusion : plusieurs hypothèses, mais « pas encore de conclusions » sur la cause de la dislocation de l’appareil. Une semaine après, le mystère demeure. Les raisons du crash de l’A321 de la compagnie russe Metrojet dans le Sinaï sont toujours inconnues. « Les premières observations ne permettent pas d’identifier l’origine de la dislocation de l’appareil », a déclaré ce samedi le chef de la commission d’enquête, Ayman el-Mokaddem, lors d’une conférence de presse au Caire.

    Seule avancée, un bruit entendu à la dernière seconde de l’enregistrement du Cockpit Voice Recorder. « Une analyse spectrale est à venir pour déterminer l’origine de ce bruit », a annoncé le chef des enquêteurs. Pour le reste, Ayman el-Mokaddem avance la possibilité de l’explosion d’une batterie au lithium, une déflagration dans le circuit de carburant ou encore l’usure de la carlingue pour expliquer l’usure de la carlingue.

    Ainsi, alors que Londres et Washington évoquent la thèse de l’attentat, que Moscou a suspendu ses vols civils vers l’Egypte et ordonné le rapatriement de ses ressortissants, les autorités du Caire le répètent : aucune piste n’est privilégiée pour expliquer le crash. « Nous n’avons écarté aucune possibilité, mais il n’y a pas encore d’hypothèse avant que l’enquête soit finie et qu’un rapport complet soit prêt », a affirmé plus tôt dans la journée le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri.

    A lire également  Malte: un avion espion s'écrase avec cinq Français à bord

    Samedi 31 octobre, 23 minutes après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, l’Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet s’écrasait dans le Sinaï. A son bord, 217 passagers et 7 membres d’équipage. Quelques heures plus tard, la branche égyptienne de l’organisation Etat islamique affirmait être à l’origine du crash. Si cette revendication a été rapidement rejetée par les autorités russes, la répartition des débris sur une distance de plus de 13 kilomètres indiquait que l’avion s’était disloqué en vol, pouvant faire penser à l’explosion d’une bombe à bord.

    A lire également  Malgré un recul de la mobilisation: Les Gilets jaunes lancent l'acte VII

    Une source proche du dossier a indiqué vendredi 6 novembre à l’Agence France-Presse que l’analyse des deux boîtes noires confirmait le caractère « brutal, soudain » de l’événement précédant le crash et, croisée avec des relevés sur les lieux, permettait de « privilégier fortement » l’hypothèse d’un attentat à la bombe.

    Rfi.fr

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles