More

    Crimes rituels en Côte d’Ivoire : « Ils sont plus nombreux avant les élections »

    Un garçon de 4 ans, surnommé Bouba, a été victime d’un crime rituel à Abidjan, fin février. Son assassinat a soulevé une vague d’indignation en Côte d’Ivoire, bien que ce type de crimes ne soit pas nouveau dans le pays. Alors que des élections sont prévues en 2018, nos Observateurs expliquent que ces crimes sont récurrents en amont d’événements majeurs.

    Le jeune Aboubacar Sidick Traoré, appelé Bouba, a disparu le 24 février. Deux jours plus tard, on corps a été retrouvé enterré, les membres ligotés et la gorge tranchée, à Cocody, dans l’est d’Abidjan, comme le montre une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Il a été localisé grâce aux indications d’un bijoutier. Selon la police, ce dernier a reconnu être l’assassin et indiqué qu’il avait tué l’enfant sur les conseils d’un marabout, pour devenir riche. En revanche, celui-ci n’a toujours pas été retrouvé.

    A lire également  France : Un projet d’attentat mis «en échec» suite à une perquisition à Argenteuil

    Capture d’écran d’une vidéo tournée par la police, dans laquelle cet homme reconnaît être l’assassin du petit Bouba.
    Cette affaire a provoqué une vague de colère dans le pays et sur les réseaux sociaux, sous le hashtag #JeSuisBouba. Une marche s’est ainsi déroulée à Abidjan, le 3 mars, pour dire « stop » aux enlèvements d’enfants et aux crimes rituels, et demander aux autorités de réagir pour y mettre fin.

    France24

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles