More

    Criminalité au Sénégal, oui, mais avec des mobiles sans “tête ni queue”

    Trente quatre (34) personnes ont été arrêtées en 2015 pour meurtre, selon le rapport d’activités 2015 de la police durant l’année passée. Des chiffres qui risquent de connaitre une hausse vu les récentes scènes meurtrières que vit le pays.

    Les meurtres sont presque sans mobile. Pour un oui ou un non, on peut facilement rejoindre l’au-delà, victime d’une cruauté quasi-gratuite. Retour sur quelques meurtres sans mobiles aucun ces derniers mois.

    En effet, il y’a de cela plus d’une année, le Sénégal a connu une période funèbre similaire. Un cas qui a ému l’opinion, celui de Ndiaga Fall, plus connu sous le nom de ‘’Baye Fall’’, tué devant les locaux de Walfadjri. Cet assassinat (puisqu’il s’agit d’un acte prémédité) de Baye Fall a eu lieu, moins de 48 heures après le meurtre d’un taximan à Louga.

    Papa Ndiaye a été poignardé par des individus. Il a perdu beaucoup de sang. Et malgré l’intervention des sapeurs-pompiers qui l’ont évacué à l’hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye, cet homme d’une quarantaine d’années a succombé à ses blessures. Les sources policières ont indiqué à la presse qu’il s’agirait d’un règlement de comptes. Puisque la victime avait reçu quelques coups de fils de ses bourreaux et a été, à deux reprises, dissuadée par sa femme de sortir, intriguée par des appels nocturnes.

    La semaine d’avant, précisément le mercredi 12 août 2015, c’est Yoff qui a été sous les projecteurs, à cause d’un couple sénégalo-espagnol. Manuel Sanchez a abattu son épouse Fama Diop d’une balle de pistolet dans la tête, avant de se donner la mort.

    Deux jours avant, le nommé Moustapha Ngom s’est illustré de la plus macabre des manières. Cet individu s’est introduit dans un daara à Thiès. En l’absence du maître des lieux, il s’est acharné sur trois pauvres talibés. Le petit Pape Ndiaye devait sans doute être sa cible principale. Il a été retrouvé mort, le lendemain. Sa famille affirme que son meurtrier lui a assené quarante sept (47) coups de couteau. La presse affirme d’ailleurs qu’il a été égorgé. Les deux autres, Médoune Lô et Djiby Kassé, sont plus chanceux, mais ils s’en sont tirés ‘’éventrés’’. Au total, c’est cinq (5) meurtres en quinze (15) jours. Et le décompte macabre se poursuit.

    A lire également  (Reportage) Débat sur l'avortement médicalisé au Sénégal: Entre lobbying et résistance
    A lire également  Marième Faye intime : « Je dis à mes enfants… »

    Toujours en 2015, au mois de janvier, la dame Rama Ndiaye, âgée de près de 80 ans, a été poignardée par son petit-fils au quartier Pikine Sor Daga de Saint-Louis. A l’origine du drame, une dispute familiale. L’étudiant Saër Boye a été tué devant le restaurant Central du Coud pour une affaire de respect ou non du rang.

    En 2013, Amadou Sékou Diallo a été tué par Ismaïla Bâ au marché Grand Yoff. A l’origine du drame, 50 F Cfa. Une dame avait acheté du poivre chez Ismaïla, elle s’est fait trancher ses oignons par Amadou Diallo dont c’est l’activité au marché. Elle a donné deux cents (200 F) à Ismaïla pour qu’il remette les cent cinquante (150 F) à Amadou. Mais ce dernier a estimé que son service valait deux cents (200 F). Une altercation s’en est suivie et Ismaïla a poignardé son vis-à-vis pour aller se coucher ensuite chez lui, où il a été cueilli, rapporte une analyse du quotidien “Enquête”.

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles