More

    Crise dans l’enseignement : L’Etat multiplie les convocations d’enseignants à la police et à la gendarmerie, le Grand cadre se radicalise

    cadreLe bras de fer entre les enseignants et l’Etat du Sénégal devient de plus en plus intense. Malgré les convocations qu’ils reçoivent au niveau des commissariats de la police et de la gendarmerie, les enseignants restent campés sur leurs positions par rapport à leurs revendications. Déterminés face à l’Etat, ils ne veulent guère plier. Tant que leurs revendications ne seront satisfaites, ils continueront à faire la rétention des notes des élèves, malgré les réquisitions à eux faites par les autorités étatiques, notamment le ministère de l’Education nationale. Le Coordonnateur du Grand cadre des syndicats de l’enseignement, Mamadou Lamine Dianté ne décolère pas. Dans le quotidien Enquête de ce vendredi 3 juin, il indique que de nombreux enseignants qui suivent le mouvement de grève décrété par le Grand cadre sont convoqués, soit à la police, soit à la gendarmerie. M. Dianté cite Mbacké, Foundiougne, Keur Momar Sarr, Kaffrine où des enseignants sont intimidés. Selon la Rfm dans son journal parlé de ce vendredi 3 juin de 12 heures, des enseignants ont été convoqués ce jour à la brigade de la gendarmerie de Ouakam. C’est toujours pour exiger d’eux, la fin de la rétention des notes. Seulement avertit Mamadou Lamine Dianté : « Quels que soient la brigade ou le commissariat qui convoqueront un enseignant, Abdoulaye Ndoye (du Cusems) et moi seront les premiers à nous présenter. Nous demanderons à tous les enseignants de Dakar d’arrêter toute activité pour nous retrouver là-bas. Si les autorités sont éprises par le fonctionnement des établissements, elles peuvent laisser tranquilles les camarades et venir nous chercher, Abdoulaye Ndoye et moi ».

    A lire également  Le message du Président au Symposium sur le Radicalisme et la réponse de l’école de Maodo

    DAKAR7.COM

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles