CRISE GAMBIENNE: Les droits de l’hommistes sénégalais se lâchent sur Jammeh et la CEDEAO

droits de lhommisteSeydi Gassama n’est pas seul responsable des droits de l’homme à monter au créneau pour exprimer sa solidarité au peuple gambien. Alioune Tine est montée aussi au créneau pour dire son indignation sur ce qui se passe en Gambie. Venu soutenir les responsables gambiens, Alioune Tine n’a pas mâché ses mots pour qualifier le régime de Jammeh. « Il est temps que la Cedeao se réveille. Sinon c’est ce courageux peuple gambien qui va en pâtir. Il faut trouver vaille que vaille une solution définitive à ce régime de tyran, ce régime de terreur qui ne fait que des actes ignobles. Cette oppression doit finir. On doit mettre fin à ce régime de terreur, de la tyrannie », fulmine-t-il en marge du rassemblement organisé ce vendredi à la place de l’obélisque.

Alioune Tine villipende Yahya Jammeh

La Gambie étant membre intégrante de la Cedeao, Alioune Tine invite le peuple sénégalais, qui est le premier voisin du peuple gambien, à se solidariser. « Je demande au peuple sénégalais de soutenir nos frères gambiens qui sont opprimés par un tyran en commençant d’abord par le chef de l’État. Parce que ce qui se passe en Gambie doit nous affecter, c’est nos frères. Nous devons nous lever pour dire non à ce régime oppresseur. Vingt ans c’est trop. Tous les présidents des pays membres doivent prendre leur responsabilité pour imposer à Yaya Jammeh de faire la lumière sur les personnalités décédées ou portées disparues. Il fait ce qu’il veut », dit Alioune Tine.

Me Assane Dioma Ndiaye cogne aussi 

L’avocat sénégalais, par ailleurs président de la Ligue sénégalaise des droits de l’homme, Me Assane Dioma Ndiaye a estimé, vendredi à Dakar, lors d’une manifestation de soutien au peuple gambien, qu’attendre de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) une quelconque réaction sur la situation qui prévaut actuellement en Gambie, relève de «l’illusion». «Aujourd’hui, attendre de la Cedeao une quelconque réaction relève de l’illusion. En principe le Cedeao n’aurait pas dû être insensible par rapport à ce qui se passe en Gambie depuis longtemps. D’ailleurs, elle a proposé des conventions à la ratification pour tous les pays membres. Il s’agit de la charte de la démocratie et des élections, de celle sur les droits fondamentaux, de la criminalité transfrontalière. Tout cela, auraient dû amener la Cedeao à taper sur la table depuis longtemps, puisque la Gambie n’a jamais éprouvé le besoin de traiter ou de donner corps à ces conventions », a affirmé Me Assane Dioma Ndiaye. Selon le défenseur des droits de l’homme, face ce paroxysme de contradictions, la Cedeao «aurait pu se ressaisir et penser un instant», à ces «innocents» qui sont en train «d’être exécutés sommairement, extrajudiciairement, en train d’être torturer, d’être arrêtés arbitrairement» pour «simplement» avoir réclamé des droits garantis la constitution gambienne et les conventions internationales. «Mais, on n’entend aucune sirène venant de la Cedeao. Donc, pour nous, le combat doit venir de la population, des sociétés civiles», a-t-il déploré.

WWW.DAKAR7.COM

 

Comments are closed.