Décès de Mbaye Diack: Wade rend hommage à son ex-collaborateur


C’est un jour de l’époque de Senghor que j’ l’ai rencontré pour la
première fois lors d’une conférence de la LD/MPT, un soir à
Soumbédioune.
Je fus particulièrement impressionné par son intervention logique et
pertinente. On sentait l’impact sur lui de la rigueur marxiste. Je regrettai
déjà qu’il ne fût pas avec moi. Je l’aurais formé avec les autres jeunes et
nul doute, pour moi, qu’il aurait été parmi mes plus proches
compagnons. J’appris par la suite qu’il enseignait les mathématiques, ce
qui me confortait dans mon impression de jeune homme logique et
rigoureux.
Je pris contact avec lui mais ne réussis pas, malgré nos longues
conversations, à le départir de la gangue marxiste dont on ne pouvait
jamais se débarrasser une fois qu’on était pris dans la glu.
Nous conservâmes d’excellentes relations, lui me considérant comme
son grand frère et moi, comme mon petit frère. Il fut pour beaucoup dans
le rapprochement PDS/LD, Abdoulaye Bathily/Abdoulaye Wade.
En dépit de nos appartenances idéologiques opposées, nous devînmes
des amis. A telle enseigne qu’on se demandait pourquoi on était dans
deux partis différents. Le mimétisme de transmission automatique des
idéologies occidentales lorsque nous revenions d’Europe avait fait
beaucoup de mal en nous divisant profondément, en nous haïssant
même, bourgeoisie contre capitalisme, alors qu’en réalité nous n’étions
ni l’un ni l’autre. Nous étions tout simplement aliénés.
Nous nous retrouvâmes cependant compagnons de lutte pendant des
années et partageâmes souvent les geôles du pouvoir. Tout ceci nous
rapprochait et nous fit comprendre qu’au fond nous avions les mêmes
adversaires.
Lorsque je fus absent du Sénégal pour assez longtemps, Abdoulaye
Bathily était le seul à s’opposer à toute prise de décision importante ‘’tant

Commentaires

commentaires