More

    Détention arbitraire de Karim Wade : Les avocats de l’Etat vilipendent le Groupe de travail de l’Onu

    Après que le Groupe de travail de l’Onu a confirmé son arrêt alléguant que Karim Wade est en détention arbitraire, les avocats de l’Etat n’ont pas manqué de répliquer. Pour ces robes noires, ce Groupe a commis nombre de manquements parmi lesquels : «La violation de son mandat qui lui donne pour mission d’enquêter sur les cas de détention imposée arbitrairement que sous réserve qu’aucune décision définitive n’ait été prise dans ces cas, conformément à la législation nationale, par les juridictions nationales». Egalement, ils soulignent que cet organe n’a pas veillé au respect des articles 2 et 5 du Protocole facultatif se rapportant au Pacte International relatif aux droits civiques et politiques.   «Le non-respect du délai n’est pas sanctionné dans les méthodes de travail du Groupe de travail et la computation des délais faite ne repose pas sur une base référentielle admise par l’Assemblée générale des Nations Unies».

    Concernant le rejet de leur requête, les avocats affirment que «la sanction de la non admission de la requête du Sénégal ne s’explique pas au regard des précédents rendus par le Groupe de Travail». Conséquence, le «le principe du contradictoire n’a pas été respecté à l’égard de l’Etat du Sénégal dans la mesure où le Groupe de travail a reconnu que la source a constamment rapporté des informations actualisées tant que le Groupe de travail n’avait pas vidé son délibéré». Aussi, ces avocats considèrent que les experts ont fait une mauvaise appréciation de la procédure d’instruction et de jugement de Karim Meissa Wade. En effet, détaillent-ils, «au moment de sa saisine, la Cour de Justice de la Cedeao par son arrêt en date du 19 juillet 2014 avait déjà considéré que ‘’l’arrestation et la détention de Karim Meissa fondées désormais sur une base légale ne sont pas arbitraires et ne constituent pas une violation de l’article 6 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme».

    A lire également  Niassane: La bataille de succession lancée

    Non sans rappeler que la Chambre Criminelle de la Cour Suprême, dans son arrêt en date du 20 août 2015, a répondu que «nulle part dans l’Avis en question, il n’est mentionné une obligation de mise en liberté provisoire, contrairement à ce qui est allégué ; qu’il ne saurait en être autrement, le Groupe de travail n’étant pas une juridiction ; qu’aucune mesure de mise en liberté ne peut intervenir dans le cas où, comme en l’espèce, la durée de la peine prononcée en dernier ressort est supérieure à celle de la détention provisoire. Donc, «pour l’instant, cet arrêt clôt les débats sur cette affaire en attendant la décision sur la demande de rabat d’arrêt formée par un des condamnés », ajoute le Collectif des avocats de l’Etat», concluent-ils.

    WWW.DAKAR7.COM

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles