Didier Raoult, l’infectiologue né à Dakar en 1952 qui veut vaincre le coronavirus par la chloroquine

Didier Raoult, l’infectiologue né à Dakar en 1952 qui veut vaincre le coronavirus par la chloroquine

facebook sharing button

 Partager

twitter sharing button

Il se décrit comme un « pêcheur de microbes ». Le professeur Didier Raoult, reconnu mondialement comme un ponte des maladies infectieuses, s’est retrouvé propulsé sous la lumière en affirmant pouvoir vaincre le nouveau coronavirus à l’aide de la chloroquine, molécule utilisée pour lutter contre le paludisme.
Mais quel est le parcours de ce scientifique, dont les compétences sont unanimement reconnues mais les prises de parole souvent critiquées ?
Didier Raoult est né en 1952 à Dakar, au Sénégal. Sa vie dans le monde de la médecine débute vingt ans plus tard, onze ans après s’être installé avec ses parents à Marseille. Après un baccalauréat littéraire en candidat libre, il s’inscrit à la faculté de médecine.
DE NOMBREUX VIRUS DÉCOUVERTS
Ses études réussies, il se fait connaître petit à petit en identifiant « Mimivirus », un virus à ADN agent de la pneumonie, puis « Spoutnik », virus nain capable d’en infecter un autre pour se développer. Il s’établit également comme un spécialiste mondial des « Rickettsies », des bactéries intracellulaires à l’origine du typhus. Près d’un siècle après l’apparition de la maladie de Whipple (maladie rare entraînant des douleurs articulaires puis des diarrhées chroniques), il décrypte le génome à son origine.
Devenu professeur, il dirige en parallèle l’unité de recherche en maladies infectieuses et tropicales émergentes puis l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection, à Marseille. Il est à l’origine de la création de six « infectiopôles » à travers la France, avance l’AFP.
Tout au long de sa carrière, avec ses équipes, il a identifié des dizaines de nouvelles bactéries pathogènes. Deux portent aujourd’hui son nom : Raoultella planticola et Rickettsia raoultii. Plus de 3.000 bactéries et virus parmi les plus dangereux du monde sont conservés dans ses laboratoires, à l’hôpital de la Timone.
HABITUÉ À SUSCITER LA POLÉMIQUE
Malgré un CV impressionnant qui parle pour lui, Didier Raoult se retrouve parfois au centre de polémiques. C’est le cas actuellement, avec le débat à propos de la molécule de chloroquine pour vaincre le coronavirus.
Il s’était également fait remarquer en prenant position contre l’interdiction du voile à l’université ou en affichant des doutes face au réchauffement climatique et aux modèles mathématiques qui tentent de l’expliquer.
En 2010, Didier Raoult a obtenu le Grand prix de l’Inserm (institut national de la santé et de la recherche médicale) pour l’ensemble de sa carrière. Il est actuellement l’un des onze membres du conseil scientifique Covid-19 auprès du gouvernement.

Commentaires

commentaires