More

    Discours du ministre Abdoulaye Diouf Sarr à la Journée mondiale du recyclage, ce samedi

    Abdoulaye D SarrMonsieur le Représentant du Président de l’Association des Maires du Sénégal, Mesdames, Messieurs les Maires, Mesdames, Messieurs les Représentants des Partenaires techniques et financiers, Mesdames, Messieurs les Représentants des Sponsors et Partenaires, Mesdames, Messieurs les Représentants du secteur privé, Mesdames, Messieurs, distingués invités, c’est un réel plaisir pour moi de présider, ce matin, la cérémonie célébrant la Journée mondiale du Recyclage autour du thème «Le recyclage des déchets solides : la place du secteur privé».

    Au moment où le Sénégal s’est engagé résolument dans la voie de l’émergence, avec toute la place donnée au secteur privé dans la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent, thème ne pouvait être plus pertinent et opportun. En outre, ce thème correspond parfaitement à la vision de Monsieur le Président de la République qui a inscrit la gestion des déchets solides parmi ses priorités. En effet, la gestion des déchets constitue une préoccupation majeure du Gouvernement, car l’insalubrité et la dégradation du cadre de vie risquent de voir saper tous les efforts entrepris pour l’émergence de nos territoires.

    La rencontre d’aujourd’hui constitue, sans nul doute, une étape importante pour apporter une réponse efficace et durable à la problématique de la gestion des déchets. Mesdames, Messieurs, si en 1994, l’objectif de la journée mondiale du recyclage était de promouvoir la consommation de produits fabriqués à partir de matériaux recyclés, il en est autrement aujourd’hui. La réflexion actuelle sur le recyclage doit nous pousser plus loin du fait des énormes enjeux écologique, énergétique, sanitaire et économique. Cette technique qui consiste à réutiliser des produits usagers, comme le plastique, le verre, le métal, les habits, les meubles, etc… pour fabriquer d’autres objets, permet de réduire l’utilisation des ressources naturelles en leur offrant une seconde vie. C’est également un moyen de préserver l’environnement, en réduisant le taux de pollution et, enfin une source de création d’emplois.

    Je suis convaincu que la résolution de la problématique de l’insalubrité de nos territoires passera par une restructuration, une professionnalisation et une modernisation du secteur. Cela passera également par le développement d’un partenariat public-privé (PPP), en vue de la mise en place d’un système intégré de gestion et de valorisation des déchets solides, adossé aux principes du développement durable. Pour y parvenir, beaucoup d’efforts restent à faire afin de convaincre tous les acteurs, plus particulièrement les populations et les patrons d’industrie à transformer plus intelligemment les déchets et à investir dans le marché du recyclage.

    Mesdames, Messieurs, la conférence, animée par Monsieur DIAGNE, Coordonnateur de l’Unité de Coordination de la Gestion des déchets solides (UCG), sur « le marché des déchets », permettra d’identifier les forces et les opportunités du secteur de la gestion des déchets, sur la base d’une étude de marché approfondie, réalisée selon une démarche participative.

    C’est le lieu de réitérer mes félicitations et mes encouragements à l’UCG qui, par cette initiative, travaille à traduire en acte la vision de son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République, de construire un « Sénégal zéro déchet ».

    Le nouveau paradigme, porté par le Gouvernement, cherche à valoriser le potentiel économique des déchets dans une perspective de développement harmonieux des territoires, conformément à la vision inscrite dans la réforme dite « Acte 3 de la décentralisation », à savoir « organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable». Aussi, avons-nous voulu inscrire cette journée dans le cadre de la préparation de notre participation au sommet COP 21, prévu dans une quinzaine de jours à Paris.

    En effet, au niveau mondial, les émissions de gaz à effet de serre, associées aux déchets ménagers et assimilés, sont estimées à 1 460 millions de tonnes équivalent CO2 et représentent près de 5% des émissions totales. Cette situation exige de mettre en œuvre une stratégie ambitieuse d’atténuation des effets du changement climatique qui englobe la gestion intégrée et durable des déchets solides. Nous sommes sensibles aux nouveaux enjeux mondiaux, marqués essentiellement par la rareté des ressources naturelles qu’il faudra mieux préserver.

    Nos défis sont, entre autres : la mise en place d’une gestion écologiquement rationnelle des déchets ; le développement d’un système de gestion des déchets économiquement viable ; l’installation d’un dispositif socialement équitable. Ainsi, le Programme national de Gestion des Déchets (PNGD), mis en place par l’Etat du Sénégal, a été conçu puis mis en œuvre dans le but de trouver une solution durable aux difficultés que connaît le secteur des déchets solides au Sénégal, tant du point de vue environnemental, sanitaire qu’économique. Le but est d’arriver à ce qui est convenu d’appeler la salubrité universelle.

    Je marque toute ma reconnaissance, pour cette responsabilité sociétale manifestée, aux entreprises qui ont bien voulu accompagner l’Etat dans ce processus innovant et contribuer ainsi à la parfaite organisation et à la réussite totale de cette cérémonie. Je veux citer nos partenaires que sont : SOCOCIM, SONATEL, SGBS, SIMPA, PROPLAST, le groupe KIRENE et tous les exposants, …. Mesdames, Messieurs, le recyclage ou la valorisation des déchets est devenu un business florissant. Je n’en veux pour preuve que la récupération des vieux vêtements en France, autrefois réservée aux associations caritatives et qui est devenue un marché lucratif.

    Aujourd’hui, associations, entreprises privées et multinationales spécialisées dans les déchets se disputent les 200.000 tonnes de vieux vêtements données chaque année. La réussite du PNGD est sous-tendue par une forte mobilisation du secteur privé et l’impulsion de filières de valorisation des déchets solides municipaux. Je suis persuadé qu’après la présentation des résultats de l’étude du marché et après la prise de connaissance des opportunités qu’offre le marché des déchets solides, des projets intéressants seront identifiés et des partenariats utiles « gagnant gagnant» seront noués au profit des collectivités locales et de vos entreprises. Je sais pouvoir compter sur l’engagement et la collaboration active de tout un chacun, afin d’atteindre les objectifs fixés et de créer une dynamique collective, dans une perspective d’économie solidaire et de responsabilité assumée. Ensemble, je suis certain que nous réussirons à relever les défis liés à la salubrité de nos localités, à l’emploi des jeunes et à l’émergence de nos territoires. Sur ces mots d’espoir, je déclare ouverte la célébration de la Journée mondiale du Recyclage édition 2015 Discours du ministre Abdoulaye Diouf Sarr à la Journée mondiale du recyclage, ce samedi

    A lire également  Affaire PetroTim-Aliou Sall: La Chambre africaine de l’énergie accable BBC

    Monsieur le Représentant du Président de l’Association des Maires du Sénégal, Mesdames, Messieurs les Maires, Mesdames, Messieurs les Représentants des Partenaires techniques et financiers, Mesdames, Messieurs les Représentants des Sponsors et Partenaires, Mesdames, Messieurs les Représentants du secteur privé, Mesdames, Messieurs, distingués invités, c’est un réel plaisir pour moi de présider, ce matin, la cérémonie célébrant la Journée mondiale du Recyclage autour du thème «Le recyclage des déchets solides : la place du secteur privé».

    Au moment où le Sénégal s’est engagé résolument dans la voie de l’émergence, avec toute la place donnée au secteur privé dans la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent, thème ne pouvait être plus pertinent et opportun. En outre, ce thème correspond parfaitement à la vision de Monsieur le Président de la République qui a inscrit la gestion des déchets solides parmi ses priorités. En effet, la gestion des déchets constitue une préoccupation majeure du Gouvernement, car l’insalubrité et la dégradation du cadre de vie risquent de voir saper tous les efforts entrepris pour l’émergence de nos territoires.

    A lire également  Après les attentats à Paris, le secteur de l’hôtellerie est inquiet

    La rencontre d’aujourd’hui constitue, sans nul doute, une étape importante pour apporter une réponse efficace et durable à la problématique de la gestion des déchets. Mesdames, Messieurs, si en 1994, l’objectif de la journée mondiale du recyclage était de promouvoir la consommation de produits fabriqués à partir de matériaux recyclés, il en est autrement aujourd’hui. La réflexion actuelle sur le recyclage doit nous pousser plus loin du fait des énormes enjeux écologique, énergétique, sanitaire et économique. Cette technique qui consiste à réutiliser des produits usagers, comme le plastique, le verre, le métal, les habits, les meubles, etc… pour fabriquer d’autres objets, permet de réduire l’utilisation des ressources naturelles en leur offrant une seconde vie. C’est également un moyen de préserver l’environnement, en réduisant le taux de pollution et, enfin une source de création d’emplois.

    Je suis convaincu que la résolution de la problématique de l’insalubrité de nos territoires passera par une restructuration, une professionnalisation et une modernisation du secteur. Cela passera également par le développement d’un partenariat public-privé (PPP), en vue de la mise en place d’un système intégré de gestion et de valorisation des déchets solides, adossé aux principes du développement durable. Pour y parvenir, beaucoup d’efforts restent à faire afin de convaincre tous les acteurs, plus particulièrement les populations et les patrons d’industrie à transformer plus intelligemment les déchets et à investir dans le marché du recyclage.

    Mesdames, Messieurs, la conférence, animée par Monsieur DIAGNE, Coordonnateur de l’Unité de Coordination de la Gestion des déchets solides (UCG), sur « le marché des déchets », permettra d’identifier les forces et les opportunités du secteur de la gestion des déchets, sur la base d’une étude de marché approfondie, réalisée selon une démarche participative.

    C’est le lieu de réitérer mes félicitations et mes encouragements à l’UCG qui, par cette initiative, travaille à traduire en acte la vision de son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République, de construire un « Sénégal zéro déchet ».

    Le nouveau paradigme, porté par le Gouvernement, cherche à valoriser le potentiel économique des déchets dans une perspective de développement harmonieux des territoires, conformément à la vision inscrite dans la réforme dite « Acte 3 de la décentralisation », à savoir « organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable». Aussi, avons-nous voulu inscrire cette journée dans le cadre de la préparation de notre participation au sommet COP 21, prévu dans une quinzaine de jours à Paris.

    En effet, au niveau mondial, les émissions de gaz à effet de serre, associées aux déchets ménagers et assimilés, sont estimées à 1 460 millions de tonnes équivalent CO2 et représentent près de 5% des émissions totales. Cette situation exige de mettre en œuvre une stratégie ambitieuse d’atténuation des effets du changement climatique qui englobe la gestion intégrée et durable des déchets solides. Nous sommes sensibles aux nouveaux enjeux mondiaux, marqués essentiellement par la rareté des ressources naturelles qu’il faudra mieux préserver.

    Nos défis sont, entre autres : la mise en place d’une gestion écologiquement rationnelle des déchets ; le développement d’un système de gestion des déchets économiquement viable ; l’installation d’un dispositif socialement équitable. Ainsi, le Programme national de Gestion des Déchets (PNGD), mis en place par l’Etat du Sénégal, a été conçu puis mis en œuvre dans le but de trouver une solution durable aux difficultés que connaît le secteur des déchets solides au Sénégal, tant du point de vue environnemental, sanitaire qu’économique. Le but est d’arriver à ce qui est convenu d’appeler la salubrité universelle.

    Je marque toute ma reconnaissance, pour cette responsabilité sociétale manifestée, aux entreprises qui ont bien voulu accompagner l’Etat dans ce processus innovant et contribuer ainsi à la parfaite organisation et à la réussite totale de cette cérémonie. Je veux citer nos partenaires que sont : SOCOCIM, SONATEL, SGBS, SIMPA, PROPLAST, le groupe KIRENE et tous les exposants, …. Mesdames, Messieurs, le recyclage ou la valorisation des déchets est devenu un business florissant. Je n’en veux pour preuve que la récupération des vieux vêtements en France, autrefois réservée aux associations caritatives et qui est devenue un marché lucratif.

    Aujourd’hui, associations, entreprises privées et multinationales spécialisées dans les déchets se disputent les 200.000 tonnes de vieux vêtements données chaque année. La réussite du PNGD est sous-tendue par une forte mobilisation du secteur privé et l’impulsion de filières de valorisation des déchets solides municipaux. Je suis persuadé qu’après la présentation des résultats de l’étude du marché et après la prise de connaissance des opportunités qu’offre le marché des déchets solides, des projets intéressants seront identifiés et des partenariats utiles « gagnant gagnant» seront noués au profit des collectivités locales et de vos entreprises. Je sais pouvoir compter sur l’engagement et la collaboration active de tout un chacun, afin d’atteindre les objectifs fixés et de créer une dynamique collective, dans une perspective d’économie solidaire et de responsabilité assumée. Ensemble, je suis certain que nous réussirons à relever les défis liés à la salubrité de nos localités, à l’emploi des jeunes et à l’émergence de nos territoires. Sur ces mots d’espoir, je déclare ouverte la célébration de la Journée mondiale du Recyclage édition 2015.

    www.dakar7.com

    Articles récents

    Mansour Faye : « Si l’Ofnac me convoque je n’irai pas repondre »

    Mansour Faye, était l’invité de grand jury de la Rfm, ce dimanche. A propos de la plainte déposée contre lui à l’Ofnac...

    Rififi aux GMD: La Direction appelle à la réconciliation, lundi

    Malgré les grèves répétées de certains travailleurs des Grands Moulins de Dakar depuis près de trois mois, la direction générale de l'entreprise...

    Magal à Ngabou : Sokhna Aïda rompt le silence

    Sokhna Aïda Diallo a réagi aux mesures annoncées par la police religieuse de Touba, Safinatoul Amane, dans le cadre de la célébration...

    Mali : La mère de Sidiki Diabaté arrêtée pour complicité d’avortement .

    C’est une étape de plus dans la tentaculaire affaire  de violence conjugale contre l'ex-compagne de Sidiki Diabaté.   La mère...

    Voici Les Bouffons De La République…Les 6 Fous Au Pouvoir

    Les bouffons de la République. Ils sont au nombre de 6. Deux au Palais, deux dans le gouvernement et deux dans la...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles