DPG : un PM qui assume son rôle et assure ses arrières !(Par Mamadou Mbodji Diouf)

La déclaration de politique générale du Premier Ministre Mouhamed Boune Abdallah Dione à l’Assemblée Nationale a encore confirmé la dimension de l’homme aux yeux de l’opinion. Celui que l’on considère flegmatique, voire timoré, a convaincu par sa maîtrise de son propos et sa clairvoyance amplement démontrée. Son discours a charmé, et il a démontré qu’il sait joindre l’action à la parole. C’est de cela dont dépend sa longévité dans ses fonctions, de même que son avenir et ses ambitions politiques.

Parmi les PM qui se sont succédé à ce poste, deux seuls ont réussi à grimper plus haut que cette station primatoriale pour devenir Président de la République, à savoir les Présidents Abdou Diouf et Macky Sall. Deux exemples qui peuvent illustrer le parcours inexorable de chemin de croix à arpenter pour décrocher le saint graal. L’histoire politique a montré que la meilleure façon d’y parvenir est de vivre dans l’ombre de son Président, ne penser que pour lui et par lui.

Savoir faire profil bas et savoir se plier en deux ou même en quatre pour s’assurer de ne jamais gêner la visibilté de son Excellence aux yeux de l’opinion, est aussi gage de loyauté.

Habib Thiam et Mame Madior Boye dans une moindre mesure, mais surtout Moustapha Niasse, Idrissa Seck, Abdou Mbaye et la dernière en date Aminata Mimi Touré en ont fait les frais. Abdou Diouf et Macky Sall ont été les champions incontestables du « dameu looss » (faire des courbettes) et cela leur a été très profitable. Leur placidité et leur effacement devant les présidents en exercice, interprétés par moment comme une faiblesse, ont laissé par la suite la place à une personnalité très forte qui leur a permis d’arborer parfaitement et aisément le manteau de chef d’Etat.

Le moins que l’on puisse dire du PM Dione est qu’il a réussi depuis sa première nomination à se faire tout discret, voire même invisible. Contrairement à un Idrissa Seck qui aimait se gausser de la dualité au sommet ou d’une Mimi Touré qui étalait ostensiblement sa maladie diarrhéique du verbe facile, notre bienheureux PM s’efface et attend d’être hélé pour pointer prudemment sa stature impeccable, avant de se replier de nouveau dans sa loyauté et sa discrétion d’homme d’arme. La dernière campagne avait fini par prouver que PM Dione a plus d’un arc pour ses flèches. La danse en est un, et il avait réussi à séduire avec ! La caravane passe…

Bref, l’expérience doit bien servir à quelque chose et être volubile n’a jamais profité à un premier ministre au Sénégal !

Commentaires

commentaires