More

    DR ALIOU SOW, SECRETAIRE GENERAL DU MPD/LIGGEY: ‘’ Qu’il pleuve ou qu’il neige, j’irai me faire installer comme député’’

    ali sowAliou Sow est décidément prêt à occuper le poste de député laissé vacant par Me Ousmane Ngom à la suite de sa démission. L’ex-militant du Parti démocratique sénégalais devenu leader du Mouvement des patriotes pour le développement (Mpd/Liggey) n’a en effet cure des menaces et autres vociférations des libéraux qui estiment que le poste doit être plutôt occupé par un autre responsable libéral dès lors qu’il a démissionné du Pds. ‘’Qu’il pleuve ou qu’il neige, j’irai me faire installer en tant que député’’, a fulminé Aliou Sow qui aborde dans cet entretien avec EnQuête l’affaire Aïda Mbodj et la gestion du Pds par ce qu’il considère comme un groupuscule de gens qui s’illustrent par la haine, la menace, l’accusation facile et simpliste sans preuve.

    Aïda Mbodj a été récemment destituée de la tête du Conseil départemental de Bambey pour cumul de mandats. Quel est votre avis sur la question ?

    Nul citoyen ne peut occuper en même temps plus de deux mandats électifs. Nos textes sont clairs là-dessus. Cependant, selon la voie empruntée, les règles de procédure sont aussi clairement définies et les délais impartis également, aussi bien pour la tutelle que l’élu concerné.

    Elle soutient avoir démissionné du Conseil municipal de Bambey depuis le 2 mars dernier, c’est-à-dire plus de deux ans après son installation officielle de la tête du Conseil départemental de Bambey. Pour quelqu’un qui avait un délai de rigueur d’un mois, n’a-t-elle pas, selon vous, prêté le flanc ?

    Absolument ! Sans le vouloir sûrement, elle a facilité la tâche à la tutelle de mettre un terme à une de ses importantes fonctions d’actrice politique de premier plan.

    L’Etat n’a-t-il pas péché dans la procédure ayant conduit à sa destitution ?

    La démarche est à la fois suspecte et maladroite. Elle révèle une négligence notable dans le suivi quotidien des dossiers du secteur.  Je me demande pourquoi les services du ministère qui représentent l’État au niveau des assemblées locales n’ont pas noté cet impair pour y mettre un terme dans les délais normaux. Finalement, on peut considérer que tous sont fautifs d’une manière ou d’une autre et naturellement, les conséquences des dites négligences doivent être assumées par toutes les parties.

    Pourquoi attendre le lendemain du référendum pour agir ? N’y a-t-il pas, selon vous, un règlement de comptes politique ?

    En politique, il faut savoir que le contexte et le statut politique de la personne sont aussi importants que les décisions prises aux yeux de l’opinion publique. Au Sénégal, tout est presque politique. Je ne peux pas reprocher à un homme politique ou une autorité étatique une senteur politique à son action, ses décisions et ses orientations tant qu’il respecte les lois et règlements.

    Le Gouvernement a promis de traquer les cumulards et à cet effet, des noms commencent à sortir. Pensez-vous que l’Etat ira jusqu’au bout de sa logique ?

    Le président de la République du Sénégal, par ailleurs chef de parti et dirigeant d’une coalition politique, a un grand intérêt dans cette affaire. Il doit donner les instructions nécessaires à l’effet d’appliquer les dispositions invoquées par le ministère concerné à tous les élus et nommés qui se trouvent dans une situation de cumuls interdits, d’incompatibilité ou d’inéligibilité masquées. Il y va de la crédibilité de l’action publique et de la posture non partisane des institutions étatiques, des hommes et femmes qui les incarnent. Même les fautifs qui tentent de masquer leurs cumuls avec la possibilité de bénéficier de complicité pour antidater des démissions nouvelles de rectification doivent être traqués et des sanctions prévues par nos textes prises à leur encontre. Je ne doute pas une seule fois que le Président va s’inscrire dans cette direction pour rétablir l’équité étatique dans l’application de nos textes.

    Modou Diagne Fada est toujours  à la tête du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates alors qu’il est exclu du Pds. Est-il dans ses droits ?

    Si je vous prends au mot, vous avez bien dit qu’il est exclu. Mais comment une sanction peut-elle être contre lui en tant que député ou président du groupe parlementaire libéral et démocratique ? Je ne suis pas juriste, mais il est évident que sans avoir démissionné formellement de son parti en étant député, ce que défendent ses anciens frères et sœurs de parti qui veulent sa peau, personne ne peut constater la perte de son mandat. Pour le poste de président de groupe parlementaire, on peut s’en référer aux conclusions de Me Abdoulaye Babou, brillant juriste ayant marqué la vie parlementaire du Sénégal en ses qualités de député et de président de la commission des lois. Pour lui, le sieur Diagne n’a plus le droit de présider aux destinées du groupe. Cependant, on peut aussi prendre en compte le fait que l’Assemblée nationale n’a d’injonction à recevoir d’aucune personne encore moins de partis politiques.

    On peut considérer que cette question doit se régler entre les membres du groupe conformément aux dispositions du règlement intérieur de l’institution. Politiquement, c’est à Fada de prendre sa propre décision. Sur ce plan, il faut intégrer les dimensions humaines dans l’adversité politique qui oppose désormais beaucoup d’acteurs de premier plan de l’ancien régime. Nous sommes loin de l’époque pendant laquelle on interprétait les dispositions du règlement intérieur d’un parti politique pour constater ce que certains aiment appeler une ‘’démission de fait’’ d’un député, pour ensuite l’évincer de son poste comme les cas Mbaye Ndiaye et Moustapha  Cissé Lô. Nous sommes également loin de l’époque où on réduisait le mandat d’un président de l’Assemblée nationale de cinq à un an avec effet immédiat pour ne pas parler d’effet rétroactif.

    Pourtant, le président de l’Assemblée nationale, M. Moustapha Niasse qui est un chef de parti, a un député ou même plus de son parti, qui travaille contre les intérêts de celui-ci au profit d’un autre parti. Ce que certains appellent une démission de fait. Mais il gère ce problème dans son parti loin de l’Assemblée dont il refuse de se servir pour le déchoir de son mandat. Je le souligne pour illustrer et, honni soit qui mal y pense, comme disent les Britanniques.

    Mais le petit groupe préposé à ces genres de besogne est toujours à la manœuvre après avoir réussi à dépeupler le Pds et à mettre à mal de brillants hommes et femmes politiques avec le président Abdoulaye Wade pour qui ces derniers ont une grande affection, depuis qu’ils ont choisi de le soutenir dans l’opposition sans aucune garantie. Tout ce beau monde qui évolue en dehors de ce parti n’est pas fautif. L’échec managérial d’un groupuscule s’illustre par la haine, la menace, l’accusation facile et simpliste sans preuve et l’injure. Il a engendré aujourd’hui des positions fermes et des cas Fada, Aliou Sow, Pape Diop, Baldé, Souleymane Ndéné Ndiaye, Ngoné Ndoye, Serigne Mbacké Ndiaye, Abdoulaye Sow, Khafor Touré qu’on accuse de tout et de son contraire au point de ne pas l’utiliser conformément à son potentiel.

    A lire également  Macky raille ses adversaires: «Il n'y aura pas combat»

    Le Comité directeur du Pds s’est réuni récemment pour exiger le remplacement de Me Ousmane Ngom par Mamadou Lamine Keita alors que vous êtes le suivant sur la liste après Mamour Cissé qui a renoncé au poste. Que pensez-vous de tout cela ?

    Sur cette question, je n’ai aucune injonction à recevoir de la part d’un groupuscule d’adversaires trop haineux vis-à-vis de moi. Encore non satisfait de m’avoir fait trop de mal dans ma vie politique et privée, ils continuent toujours de faire recours à toutes formes de méchancetés par la parole, l’écrit, la manipulation, les manœuvres, des appels téléphoniques à des supposées proches personnes pour m’atteindre. Je n’ai encore moins de leçons de morale ou de conseils politiques à recevoir d’eux. Ils se sont pris à moi encore, je ferai face sans concession. Ce n’est pas à Aliou Sow qu’on apprend à démissionner ou à renoncer à un poste. Moi qui ai démissionné en 2007 du gouvernement sans contrainte pour avoir décliné le poste de ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. J’ai décidé de quitter le gouvernement solidairement à Fada par amitié et fraternité. J’ai exposé ma vie à la furie de gens qui voulaient bloquer sans raison le fonctionnement de l’Assemblée nationale. J’ai subi le complot de la même bande pour forcer le Secrétaire général national du Pds de me faire éjecter de la présidence de la commission des Affaires étrangères.

    A lire également  Système de parrainage : le Pr. Bathily se démarque de Macky

    Vous acceptez d’être installé dans vos habits de député sur convocation du Bureau de l’Assemblée nationale comme cela se fait de coutume. Mais comptez-vous occuper le poste ?

    Qu’il pleuve ou qu’il neige, j’irai me faire installer dans mes nouvelles fonctions de député du Sénégal à l’Assemblée nationale conformément à la décision prise par le bureau de l’Institution compétente en la matière. Que cela déplaise à mes adversaires de tous les temps ou leur sous-groupe de petits intellos peu connus qui cherchent à se faire un nom sur les cendres de l’objectivité scientifique et de l’honnêteté intellectuelle.

    Enseignant-chercheur de rang A, pour les politiciens qui ne voient qu’intérêts matériels et financiers quand on parle de fonctions à occuper, qu’ils sachent qu’il me reste 25 ans de carrière professionnelle pour faire valoir mes droits à la retraite. Mon salaire de maître de conférences du CAMES qui va passer Professeur assimilé avec la nouvelle loi sur la réforme des titres, est presque le même que celui du député simple et sans heure complémentaire en me limitant à mes obligations horaires de 5 heures par semaine. Cela, sans parler de mes activités de prestations intellectuelles en termes de conseils et de facilitation que je mène actuellement sur l’international dans le domaine de la décentralisation et du développement local qui m’ont fait visiter une quinzaine de pays depuis 2012. Je vais y renoncer en devenant député alors qu’aucune d’elles ne me rapporte moins de 500 dollars jour en dehors du Sénégal. Les documents qui l’attestent sont en ma possession pour qui en doute.

    Vous n’êtes plus membre du Pds. Vous avez votre propre formation politique. Pourquoi donc vouloir  occuper ce siège qui revient de droit aux libéraux ?

    L’Assemblée nationale compétente en la matière n’a pas dit cela. Ma profonde conviction est que nul n’est censé mieux connaître qu’elle son propre règlement intérieur ou la constitution du Sénégal. Je suppose qu’elle a également pris toutes les dispositions nécessaires. Vous n’allez pas tenter tout de même d’apprendre au président Moustapha Niasse qui a organisé l’audience entre mon maître en politique et le président Senghor pour la création du Pds, comment se conformer à la loi encore moins comment traiter avec les acteurs politiques et les institutions de son pays ! C’est vous qui en faites une propriété du parti auquel vous faites allusion.

    Je ne milite pas en faveur de cette tentative de manipulation de l’opinion par mes adversaires qui parlent de leur bien qu’un étranger à eux veut prendre. Il faut se rappeler la contribution de nous tous dans la collecte des suffrages pour l’élection des 9 députés issus de la liste nationale de 2012. Parmi les leaders des députés libéraux, les départements de certains ont beaucoup moins contribué en termes de voix que le mien sans parler de mon implication au niveau national. Il y a un ou une député dont le département a donné moins de 1500 voix à la liste. Allez vérifier les résultats globaux des élections législatives de 2012. Finalement, les gens doivent savoir raison garder. En plus, ils font injustement du tort au Président Macky Sall et au Président Moustapha Niasse.

    Si le Chef de l’État voulait se servir de moi contre eux, ce n’est pas par le canal d’un poste de député parmi 150 membres, même si tous les témoins de l’histoire politique récente du pays connaissent la cordialité de nos relations fraternelles en dépit de mon opposition à son régime. Je ne suis pas dans la haine ou le refus du destin des autres comme certains de mes détracteurs. Qu’ils arrêtent d’imputer le retard des pluies et l’excès de piment dans leurs repas de midi au Président pour justifier leurs échecs et autres ruptures. Ils ont plus intérêt à se remettre en cause et d’arrêter d’opposer notre leader commun, Me Wade, aux plus brillants et plus vertueux qu’eux. Je parle de la bande des 5 destructeurs qui prennent en otage le Pds. Désormais beaucoup de libéraux ne les suivent plus dans leur propension à créer et à entretenir des conflits au quotidien. Ces gens me redonnent le goût du combat et de la gestion de l’adversité.

    Source: enquête

    WWW.DAKAR7.COM

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles