Du populisme de Sonko au financement mafieux d’une présidentielle.(Par Mamadou Mbodji Diouf)


Le populisme de Ousmane Sonko expose le Sénégal à la convoitise de cercles politico et affairo-mafieuses, dangereux pour notre paix et notre stabilité.

Aujourd’hui, on nous annonce que Sonko a récolté plusieurs centaines de millions d’euros entre l’Amérique et l’Europe pour financer sa campagne à l’élection présidentielle. Cela devrait plutôt amener l’opinion publique à s’inquiéter, plutôt qu’à vouloir s’émerveiller sur de telles supposées prouesses autant alarmantes que dangereuses.

A entendre Ousmane Sonko, tout tourne autour des nouveaux intérêts en jeu dans l’exploitation du pétrole et du gaz nouvellement découverts au large de nos côtes atlantiques, ainsi que de la remise en cause de contrats de concessions d’entreprises s’activant déjà dans le secteur. Il n’est nul besoin d’en dire davantage pour attirer comme des mouches toute une horde de groupes d’investisseurs douteux, friands d’économies vulnérables et possédant de hauts potentiels de ressources énergétiques tant convoitées. Disons-nous bien que certains de ces groupes, disposant de moyens financiers énormes et capables de financer des milices voire des coups d’État rien que pour disposer librement et à volonté de telles ressources, verraient comme du pain béni la main tendue d’un candidat dont on dit prometteur à une élection présidentielle.

Que ne seraient-ils pas capables de faire pour soutenir, financer et même encadrer un porteur de telles opportunités, du reste ouvert à toute compromission pour atteindre son objectif ? Il faut dire qu’en plus de l’enjeu du pétrole et du gaz, avoir comme programme de renégocier des contrats d’entreprises, ou encore nationaliser le secteur pour plus tard les céder à nouveau à d’autres privés triés sur le volet, ouvre la porte à des investisseurs de tous bords aussi déterminés et généreux que l’enjeu financier est important.

Arrêtons alors de nous émerveiller du succès peu orthodoxe de Ousmane Sonko à amasser facilement du financement pour sa campagne présidentielle. Dire donc que des sénégalais de la Diaspora font preuve de générosité dans leurs contributions, occulte ce côté pervers de la chose ! N’importe quels Business Angels, investisseurs douteux et même des groupes mafieux peuvent se cacher derrière des prête-noms pour financer et apporter des contributions for appréciables à un appel de fonds qui sera très bénéfique dans un avenir très proche.

Il ne saurait être question de permettre que cette campagne présidentielle de février 2019, soit celle de l’argent facile, du bradage programmé de nos ressources nouvellement découvertes et celle de l’envahissement de prédateurs de tout acabit venus contrôler notre destin.

Les lobbys financiers sont à l’affût et Sonko l’a bien compris. Il nous faut arrêter la machine avant qu’elle nous broie et rende impossible tout retour en arrière !

Mamadou Mbodji Diouf

MBA Paris-Dauphine

Membre BP du PS

Commentaires

commentaires