More

    El Hadj Songué Diouf, professeur de philosophie : «Le référendum du Peuple, c’était la réduction du mandat présidentiel en cours»

    El Hadj Songué Diouf, professeur de philo au Lycée Limamou Laye, dénonce le non-respect de l’engagement du Président Macky Sall de réduire son mandat en cours de sept à cinq ans. Selon le lui, cela suscite la réflexion quand le chef de l’Etat perd la «sacralité» de sa parole. Dans cet entretien, il jette aussi un regard sur le système éducatif sénégalais.
    Quelle appréciation faites-vous du maintien du mandat présidentiel en cours à 7 ans ? Et, pourtant, le chef de l’Etat avait fait la promesse de le réduire à cinq.
    Vous savez, moi, je ne suis pas juriste. Eux-mêmes, ils ont du mal à s’accorder sur l’avis ou la décision du Conseil constitutionnel. Mais je dis, dans tous les cas, que c’est très grave. Nous avons réalisé le miracle de faire en sorte que la Constitution soit au-dessus du Peuple, alors que nous l’avons engendrée et enfantée. Aujourd’hui, elle ne correspond plus à nos aspirations qui, sur cette question précise du mandat, ils disaient que «c’était un consensus que nous souhaitons avec le chef de l’Etat qu’on fasse les cinq ans, qu’on entre ensemble dans l’histoire et que le Sénégal soit conforté dans sa tradition de leadership en matière de démocratie en Afrique, et même dans le monde». Mais malheureusement, on invoque des dispositions de la Constitution qui empêcheraient un Peuple de réaliser ses aspirations. Et, je crois que, dans tous les pays démocratiques, c’est le peuple qui est au-dessus de la Constitution. Il me semble qu’elle est en déphase avec les aspirations du Peuple. Lorsque la parole du chef de l’Etat, qui doit être doublement sacrée et symbolique, perd de sacralité, je dis qu’il y a matière à réfléchir. Pour moi, il y avait deux référendums : celui du Peuple et des politiciens. Donc, je dis que la consultation du 20 mars prochain, c’est le référendum des politiciens. Celui du Peuple, c’était simplement la réduction du mandat à 5 ans applicable à celui qui est en cours. Toute autre perspective est complètement en rupture avec les aspirations du Peuple.
    Donc, pour vous c’est du «Wax waxeet»…
    Le terme est déjà tellement utilisé que je ne veux pas le reprendre. Alors, je dis clairement qu’il y a une charge symbolique et sacrée tellement forte liée à la parole du premier des Sénégalais qu’on devrait tout faire pour que la Constitution rende possible son applicabilité de réduire son mandat en cours. C’est une exigence de la raison, de la morale. On ne peut pas imaginer quelqu’un qui donne sa parole, et son Peuple le suit, qu’on vienne nous servir l’argument selon lequel la Constitution, qui est censée servir le Peuple, n’est pas apte à rendre possible sa promesse. Donc, je considère que c’est un paradoxe absolument absurde. C’est un acte de rupture avec l’histoire de son Peuple et ses valeurs fondamentales. Présen­tement, tout le pays est en otage. Vous voyez des jeunes, des femmes, etc. qu’on transporte partout avec des slogans : «Votez Oui», etc. moi, tout cela me renvoie il y a 20 ou 30 ans en arrière. Les questions électorales doivent attendre le calendrier qui leur est prévu par la Constitution.
    Vous dites que le référendum du 20 mars est celui des «politiciens». Donc, vous appelez au boycott ou à voter «Non»…
    (Rires). Bon, je suis allé plus loin. En réalité, je suis en train de montrer, de m’interroger sur la signification même de ce référendum. Le seul enjeu du Peuple, c’était un référendum dont les termes restaient la réduction du mandat en cours. Est-ce que le référendum prend en charge cette exigence là ? Non, je ne pense pas. Donc, à partir de ce moment là, je dis que le référendum a été vidé de substance parce qu’il ne permet pas d’aller dans ce sens du respect de la parole donnée du chef de l’Etat et de la volonté populaire. Non, je n’appelle pas au boycott parce que nous sommes en démocratie. Mon niveau, c’est celui de l’analyse et de réflexion. Et je refuse d’être dans un carcan de «Oui» ou de «Non».
    A votre avis, la rupture prônée par le Président Macky Sall et son équipe est-elle au rendez-vous ?
    En tout cas, dans les actes qu’ils posent, rien n’incite à penser qu’ils sont dans la rupture. C’est de l’ordre du discours, de la revendication théorique. Mais il y a des actes symboliques forts qui font qu’on ne peut pas parler de rupture. Si vous vous mettez à repêcher des gens qui étaient en eaux troubles parmi les hommes et les femmes les plus puants qui incarnent l’ancien régime ou précédent et que vous les précipitez aux affaires, le Peuple n’y comprend absolument rien. Ces actes peuvent être banals. Mais en réalité, ils ont une charge symbolique très forte qui montre qu’au fond de la réclamation purement théorique, la rupture en tant que telle n’existe pratiquement pas.
    Donc, êtes-vous déçu ?
    Oui, je suis déçu parce qu’on m’avait beaucoup promis. On avait promis une gouvernance sobre et vertueuse. Aujourd’hui, nous avons les mêmes images qu’on pensait complètement enterrer. Des millions sont distribués partout pour qu’on vote «Oui». Et, nous étions persuadés que ces actes là avaient été rayés de notre paysage politique. Et je dis que nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge.

    A lire également  LOUGA : Benno Bokk Yakaar gagne tous les bureaux
    A lire également  Accident mortel sur l’autoroute à péage : Gérard Sénac empoche 70 millions par jour et pas de dispositions sécuritaires!

    SOURCE: Le Quotidien

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles