More

    Elargissement des bases de l’Apr dans la Diaspora : La Section Apr de Lyon Ouest installée

    Section LyonLYON Pour faire triompher le oui au référendum du 20 mars prochain et réélire le Président Macky Sall à l’élection présidentielle de 2019, les «apéristes» de Lyon affûtent déjà les armes. Pour preuve, ce samedi, la Section Apr de Lyon Ouest a été installée et validée par Ibrahima Mbodj et Bouna Kanté, tous deux membres de la Délégation des Sénégalais de l’extérieur (Dse) de France. Une structure qui sera pilotée par Caroline Contèye, secondé par Mamadou Diarra, et une équipe d’une vingtaine de personnes. De même, la cérémonie, qui a eu pour cadre l’Ecole de commerce de Lyon, a été un prétexte pour ces «apéristes» d’échanger sur les quinze points de réformes soumises aux électeurs par voie référendaire et de prendre la défense de Macky Sall relativement au non-respect de sa promesse de réduire son mandat en cours à cinq ans.

    Ouvrant les discussions, Mangoné Tall a d’emblée souligné : «Macky Sall n’a pas terni sa promesse car, devant la parole du Chef de l’Etat, il y a le Conseil constitutionnel». Avant de s’interroger : «Macky Sall était-il en mesure de tenir sa promesse» ? A cette question, M. Tall répond : «Tel un sage, devant l’avis des cinq Sages, Macky ne pouvait ne pas suivre le Conseil constitutionnel». «Quel Président serait-il en passant outre leur avis», s’interroge à nouveau le conférencier. Non sans indiquer que son intime conviction n’est que la consolidation des acquis démocratiques. Concluant son propos, Mangoné Tall d’emboucher la même trompette que les pourfendeurs du Chef de l’Etat : «Oui, Macky a fait du ‘’wax waxeet’’ mais il n’avait pas le choix».

    A sa suite, Ibrahima Mbodj, membre de la Commission des structures de la Dse de France, par ailleurs vice-consul de Lyon, s’est inscrit en faux contre son co-débatteur : «Je suis persuadé et convaincu que le Président Macky Sall n’a pas fait du ‘’wax waxeet’’». En effet, selon M. Mbodj, «le Conseil constitutionnel est au-dessus de tout et que, par conséquent, le Chef de l’Etat ne pouvait que se conformer à cet avis». Etayant son propos, il dira qu’un «projet privé ne peut pas être absorbé par un projet public». Défendant toujours la position de son leader, Ibrahima Mbodj d’indiquer que par, les réformes initiées, «le Président Macky a voulu intégrer l’éthique dans les mœurs politiques».

    A lire également  Italie: Les migrants du Diciotti débarquent, la justice poursuit le ministre Salvini

    A la question de savoir pourquoi les réformes n’ont pas été soumises au référendum plutôt, M. Mbodj de rappeler : «C’est une question que l’on peut se poser légitimement. Toutefois, quand le Président Macky Sall prenait le pouvoir en 2012, il y avait des urgences à régler telles que le règlement de l’électricité, la préparation de la campagne arachidière, le renflouement des caisses de l’Etat, vidés par le régime libéral, entre autres. Ensuite, il fallait mettre sur pied une Commission pour se pencher sur les réformes. Autant de raisons qui font qu’il était impossible de convoquer le collège électoral pour un référendum». A noter que les différents intervenants ont pointé du doigt la communication calamiteuse de leur parti dans ce qu’il convient d’appeler les réformes institutionnelles. A les en croire, le citoyen a l’impression que toutes ces réformes se résument à la réduction du mandat en cours alors qu’il ne constitue qu’un des quinze points arrêtés». Sinon, le Mouvement des Sénégalais de la diaspora pour la réélection de Macky Sall (Msdrm), dirigée par Mariama Camara, a pris part à la rencontre.

    Pape Sarr (Envoyé spécial)

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles