More

    Elections en Catalogne : un plébiscite sur l’indépendance de la région

    CatalogneCe dimanche, en Catalogne, les électeurs votent pour renouveler le Parlement régional. Ces élections se sont transformées en véritable plébiscite en faveur ou non d’une indépendance. Et les indépendantistes sont donnés clairement favoris pour ce scrutin. Le vote des jeunes, et notamment des nouveaux inscrits, pourrait faire pencher la balance dans un sens comme dans l’autre. C’est l’heure du déjeuner sur le campus de l’Université autonome de Barcelone. La politique est aussi au menu.

    Hector, un jeune étudiant de 21 ans souhaite un changement. Rester au sein de l’Espagne avec un nouveau statut pour sa région ne lui déplairait pas, mais selon lui, c’est impossible. C’est pourquoi il votera pour la CUP, les indépendantistes de la gauche radicale catalane, mais pas pour Artur Mas, le président sortant de la région et chef de fil de « Junts pel si » en qui il n’a pas confiance. « C’est compliqué parce qu’en réalité on ne sait pas si ce qui va se passer ce dimanche va entraîner un véritable changement ou si cela restera juste la promotion de l’image de l’actuel président du parti au pouvoir qui profite de cet élan pour se relancer. Moi, j’espère des changements », explique le jeune homme.

    Hector est indépendantiste. Ce n’est pas le cas de sa camarade, étudiante en criminologie. Elle préfère rester au sein de l’Espagne et votera pour la version catalane de Podemos. « Moi je vais voter pour « Catalogne si vous le pouvez », même si je ne sais pas s’ils souhaitent un nouvel accord fédéral ou quelle est leur position par rapport à l’indépendance. Mais plutôt que de voter pour Artur Mas, je préfère voter pour eux », affirme-t-elle. Si Artur Mas mobilise une grande partie des Catalans, les jeunes semblent se tourner vers les nouvelles formations politiques. Podemos et Ciudadanos, dans leur version catalane, devraient bénéficier de leurs voix. Une tendance qui pourrait se confirmer au niveau national lors des élections générales espagnoles du 20 décembre prochain.

    Un enjeu de taille

    Un peu plus de 5,5 millions de Catalans sont appelés à voter ce dimanche. Ces élections devraient mobiliser. On s’attend à une forte participation, en tout cas supérieure à celle de 2012 où plus de 67% des électeurs s’étaient déplacés. L’enjeu est de taille. La coalition Junts pel si, « Ensemble pour le oui », souhaite lancer un processus d’indépendance de la Catalogne qu’il souhaite mener à terme dans les 18 prochains mois. Mais il ne le fera qu’en cas de majorité absolue et de majorité de voix.

    A lire également  France-Racisme : le gouvernement d'Édouard Philippe veut s'attaquer aux contenus illicites sur Internet

    Cette coalition dirigée par Artur Mas, le chef sortant du gouvernement catalan, compte sur la CUP, la gauche radicale catalane pour augmenter le nombre de sièges des indépendantistes au Parlement de Catalogne. Si tel est le cas, ce dimanche 27 septembre pourrait être historique. Mais pour que cela soit envisageable, il faut que ces deux formations atteignent les 68 sièges sur les 135 que compte le Parlement catalan. Un chiffre qui semblait atteignable lundi dernier lors de la publication des derniers sondages.

     Une sécession négociée

    «En cas de majorité absolue, la seule chose qui sera négociée, c’est l’indépendance. Mais en fait, ce que l’on souhaite faire, c’est négocier un processus menant à l’indépendance comme ce qui avait été prévu au Royaume-Uni avec l’Ecosse, ou au Canada avec ceux qui souhaitaient l’indépendance », explique Jaume Lopez, politologue et professeur à l’université Pompeu Fabra. Une sécession, donc, mais une sécession négociée. Mais le gouvernement actuel espagnol ne semble pas ouvert à de telles négociations. Il faudra donc attendre le nouveau gouvernement qui sera issu des élections générales du 20 décembre prochain pour les entamer avec une certaine légitimité. «Ce processus doit être négocié avec l’Etat. C’est notre souhait, parce que nous estimons que pour que ce processus soit légitime, il doit bénéficier d’un soutien populaire, mais également qu’il y ait une véritable volonté des Catalans de négocier avec l’Espagne pour parvenir à cette indépendance », estime Jaume Lopez. Les électeurs catalans sont avertis : le temps des arrangements pour rester au sein de l’Espagne est passé. Désormais, ce que souhaitent une majorité de Catalans, c’est tout simplement quitter l’Espagne, mais en bon terme, en négociant un processus qui pourrait en fait s’avérer très long.

    A lire également  Arabie saoudite: le gouvernement met fin à l'interdiction des cinémas

    Rfi.fr

    Articles récents

    Air Sénégal : Reprise timide des vols internationaux

    La compagnie aérienne Air Sénégal annonce la reprise de ses vols internationaux après plusieurs mois d'arrêt en raison de la pandémie de...

    Covid-19: Un vaccin efficace à 95% annoncé

    La société pharmaceutique Moderna annonce que son candidat vaccin contre la Covid-19 est à 94,5% efficace pour réduire le risque de contracter...

    TOUBA – 4 CENTRES COMMERCIAUX DU MARCHÉ OCASS RÉDUITS EN CENDRES

    C’est la catastrophe au marché Ocass de Touba. Pour cause, un incendie d’une rare violence s’y est déclaré vers une heure du...

    LA RÉACTION D’ABDOULAYE WADE À L’ANNONCE DE SON DÉCÈS PAR RFI

    La nouvelle a rapidement fait le tour du web. Victime d’un bug lié à la migration de son site vers un autre...

    Abdoulaye Diouf Sarr : « Le Sénégal fera partie des pays qui auront le vaccin contre la covid-19 »

    La recherche du vaccin contre le covid-19 se poursuit à l’échelle internationale. Une fois découvert, le Sénégal se positionne pour faire bénéficier...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles