Élections locales, dossiers de candidatures : Les incohérences de l’État

Le processus de confection des listes des candidats aux élections locales du 23 janvier 2022 a laissé apparaitre plusieurs incohérences de la part de l’Etat. En effet, Dakar7 a pu constater que sur la fiche de candidature individuelle, certaines informations ne sont pas mises à jour par le ministère de l’Intérieur, chargé d’organiser le scrutin. Par exemple, il est demandé aux candidats de décliner(obligatoirement) leur identité( Prénom, Nom, nom du père, nom de la mère, profession)

Mais, sur la photocopie légalisée de la carte d’identité biométrique CEDEAO(pour chaque candidat, titulaire comme suppléant), exigée, il n’y a aucune mention sur l’identité du père et de la mère, encore moins de la profession. Ce qui a posé d’énormes soucis aux états majors des partis ou coalitions de parti en lice. Pour combler ce « vide », certains mandataires étaient obligés d’appeler au téléphone chaque candidat(une centaine parfois,) pour recueillir ces informations complémentaires, avec toutes les peines du monde. Tandis que d’autres partis ou coalitions n’ont pas daigné renseigner ces cages avec le risque de voir leurs listes rejetées. Et c’est ce qui est arrivé à la coalition « Gaalu Sénégal » dont la liste au niveau de Dakar-Plateau n’a pas été acceptée. Quant aux listes validées, il y a un grand risque de fraude puisque l’autorité préfectorale n’a pas les moyens de vérifier la véracité des informations données par les candidats. D’où la nécessité de mettre à jour cette fiche individuelle pour qu’elle soit conforme aux cartes d’identité biométrique de la CEDEAO dont la « biométrie » n’est que de nom. Car aucune disposition logistique n’est mise en place par le gouvernement pour vérifier les informations contenues sur ces cartes d’identités dans les sous préfectures.

D’ailleurs, ce problème dépasse même les élections locales. Les citoyens, qui veulent obtenir un casier judiciaire, en font les frais tous jours dans les tribunaux. En effet, les juges refusent de délivrer ce précieux document sur la base de ces cartes d’identité biométriques de la CEDAO car ne comportant pas l’identité du père et de la mère. Ils réclament la photocopie de l’ancienne d’identité nationale qui n’est plus valides. Certains juges plus tolérants demandent juste au requérant des informations complémentaires  sur un bout de feuille. Aujourd’hui, il est impératif que l’Etat règle définitivement ces incohérences administratives auxquelles sont confrontés les citoyens au quotidien. Il y va de notre sécurité.

Dakar7.com

Comments are closed.