More

    Eloges du Non : Réponses aux propos hérétiques d’Apr-istes égarés

    On entend depuis deux jours des propos tendant à faire croire qu’il y a une contradiction entre la demande citoyenne du quinquennat et le choix du NON au référendum. Au-delà de la superficialité de leur analyse, il y a derrière leurs arguties, une volonté de brouiller les pistes et d’égarer des concitoyens. De grands responsables politiques ont poussé le ridicule jusqu’à affirmer que voter le NON c’est donner carte blanche à l’actuel Président pour faire quatorze ans ! Ces gens sont tellement asservis par le pouvoir que leur jugement a perdu toute forme de clairvoyance. NON au référendum ou au OUI : c’est avant tout un symbole et les symboles ne s’évaluent en termes de résultats politiques, somme toute, mesquins. On ne peut, sous ce rapport, qu’être révolté face aux élucubrations des personnes qui prétendent que l’histoire du NIAANI BAGN NA renvoie à une défaite. NON ! En matière de patriotisme, la défaite ce n’est pas la perte d’un combat ou même d’une guerre. La défaite n’est pas dans la mort collective d’un bataillon qui défendait avec abnégation les territoires d’une patrie ! Être défait en défendant le bien, le juste, le vrai : c’est mourir pour des valeurs, or mourir pour des valeurs c’est mériter d’être HOMME. Les anges et les hommes justes savent qu’il y a de ces victoires qui sont pires que la défaite. Les hommes éclairés et justes refusent justement la compromission, même dans la pire adversité, car ils savent qu’il y a des victoires viles et des défaites glorieuses. Les traitres ne savent pas perdre et ils ne perdent jamais : ils ont la silhouette d’homme, mais l’âme de charognard.

    NON au référendum ou au OUI : c’est accomplir son devoir de s’abstenir de tomber dans le piège des calculs politiciens qui ont pour norme l’efficacité immédiate et pour boussole le salut personnel. Notre référence le prophète Mohamed (PSL) nous recommande d’agir par principe, par conviction, d’où le précepte qui veut qu’on s’acquitte de son devoir de « planter un arbre » même si on sait qu’on doit mourir le lendemain. C’est Macky Sall qui aura des problèmes avec sa propre conscience et non les citoyens qui savent parfaitement ce que veut dire leur NON. Nous devons à nous enfants l’héritage d’une démocratie dans laquelle la démagogie et le mensonge ne seront plus les principes de l’action politique.

    NON au référendum ou au OUI : c’est un refus citoyen d’être embarqué dans un processus machiavélique de légitimation d’une forfaiture politique manifeste. Le Sénégalais refusera d’être une bête de somme politique qu’un Président inutile et incertain manipulera de façon aussi éhontée. On ne peut pas mesurer la portée d’un NON citoyen au destin politique d’un homme dont la gouvernance a fini de montrer l’étendue de sa médiocrité. Qu’un Macky Sall ou un Al Demba fasse cinq, 10 ou 14 ans au pouvoir n’importe que très peu au Citoyen, car ce sont les principes qui fondent les républiques et non les contingences personnelles. Le sens du NON c’est un REFUS d’une tare profondément enracinée dans le sol de la politique sénégalaise. Accepter les réformes de Macky Sall c’est prendre une part active à une compromission républicaine dont les conséquences futures sont pires que l’éternité d’un homme au pouvoir, fut-il le plus médiocre !

    Rousseau a dit « Pour découvrir les meilleures règles de société qui conviennent aux hommes, il faudrait une intelligence supérieure qui vît toutes les passions humaines et qui n’en éprouvât aucune ; qui n’eût aucun rapport avec notre nature et qui la connût à fond ; dont le bonheur fût indépendant de nous… ». Rousseau met justement le doigt sur l’anomalie des pseudos réformes de Macky Sall : lorsque les citoyens soupçonnent dans des lois quelques germes de personnalité, ils ne peuvent plus faire confiance au « législateur ». Or on dénonce partout l’ambigüité des réformes, c’est-à-dire l’absence très suspecte de précision dans une loi référendaire, parce qu’elles pourraient faire l’objet d’interprétations astucieusement perverses. Macky Sall lui-même avoue la légitimité des réticences du peuple dans la mesure où il continue encore à toucher à la mouture initiale à trois semaines du référendum ! C’est humain de vouloir graver son nom dans l’histoire constitutionnelle de son pays, mais en faire la motivation principale d’un empressement qui congédie toute forme de sagesse est une passion dont un chef d’État ne devrait pas souffrir. La plupart des actes de grandeurs que les hommes retiennent de leurs semblables ou de leurs gouvernants ont été, pour leurs auteurs, des actes faits par devoir, par FOI, jamais par excitation du pauvre MOI. Le MOI est trop petit et trop fugace pour être la locomotive de l’histoire d’un peuple. Hegel a dit que la force des grands hommes c’est que leurs buts sont conformes à ceux de l’Esprit de leur peuple ou s’y dissout complètement. C’est ce qui fait que les grands hommes sont toujours modestes : ils trouvent leurs œuvres normales et presque anodines.

    A lire également  Audience avec les étudiants de l'Ugb: Macky divise les étudiants
    A lire également  Vidéo-Le message touchant de Imam Ndao aux juges et journalistes

    NON au référendum ou au OUI : c’est rompre le bail de confiance avec un Président dont toutes les réformes ont échoué (Acte 3 de la décentralisation, CREI, Réforme de l’enseignement supérieur, exploitation ou mise en valeur des travaux du CNRI, etc.). Dante a raison de parler d’éloquence du vulgaire : l’adage qui dit que « quand un ami te trompe une fois dans la vie, il ne faut plus lui faire confiance, car il pourra indéfiniment te tromper même en jurant de ne plus te tromper » est la réponse la plus pertinente qu’on peut opposer à Macky Sall et à ses éléments. Quatre ans de promesses non tenues : ce serait suicidaire pour les Sénégalais de continuer encore à faire confiance à Macky Sall. NON au référendum ou au OUI : c’est poser un autre jalon dans le processus de reconstruction d’une nation fondée sur des valeurs et d’une démocratie qui a pour principe l’éthique et pour force la conviction. C’est surtout dire à ceux ressemblent à Macky Sall que le Sénégal et le Sénégalais ne s’offrent jamais à une personne : nous voulons désormais des contrats de confiance avec nos leaders et nous les jugerons uniquement par leur respect ou non de ces contrats : s’il y a dans la scène politique des leaders inaptes à comprendre cela, c’est qu’ils ne méritent pas notre intérêt.

    Et pour dire encore un mot sur l’ignominie qui consiste à tourner en dérision les partisans du non, nous ne ferons que rappeler cette profonde et grave sagesse de Rousseau « les âmes basses ne croient point aux grands hommes : de vils esclaves sourient d’un air moqueur à ce mot de liberté ». LIBERTÉ : tel est le sens du NON. Liberté de refuser ce que Macky Sall nous OFFRE (12 ans au lieu de 14) parce que nous exigeons ce qu’il nous DOIT (il avait fait un bail avec un « patron » inamovible et désormais incorruptible). LIBERTÉ de risquer encore sa médiocrité et son inconstance sept longues années pour ne pas perdre la faculté de choisir, car un peuple qu’on force à choisir entre un mensonge et un mensonge n’hésitera pas à choisir de ne pas choisir. Voter non c’est justement choisir de ne pas choisir entre les cinq ans hypothétiques de Macky et l’imposture d’un chantage sur la fatalité des sept ans en cas de victoire du NON.

    Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles