More

    En difficulté en 2015, l’économie africaine risque de connaitre une situation chaotique en 2016

    73252830A travers le Plan Sénégal émergent (Pse), le Gouvernement du Sénégal ambitionne d’accélérer le taux de croissance qui, de 5,4% en 2015, est projeté à 6,0% en 2016, selon la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee). Mais, cette ambition pourrait être freinée par les perspectives économiques en 2016, selon Africa Buisiness Report. Relevant d’emblée que 2015 a été une année difficile pour les économies africaines, il souligne que «bon nombre de problèmes pourraient empirer en 2016, à cause d’un manque de demande pour les matières premières du continent, du manque de pluie, de la dévalorisation des monnaies, à cause de l’instabilité politique». Le décor ainsi campé, Matthew Davis, éditeur d’Africa Buisiness Report, passe au crible les perspectives économiques africaines en 2016 en listant cinq domaines clefs sans lesquels une économie ne peut connaitre une embellie.

    Les produits de première nécessité

    Les prix des produits de base ont fortement chuté en 2015 et ne devraient pas hausser cette année. Cela a des effets économiques à travers tout le continent. En Zambie, le cuivre, qui est la principale exportation du pays, est difficilement commercialisé. Certaines sociétés minières ont même interrompu la production. Ce qui a conduit à la chute de la monnaie locale, le kwacha, et une hausse de l’inflation qui devrait se poursuivre. Plusieurs pays d’Afrique, y compris les grands producteurs de pétrole comme le Nigeria et l’Angola, sont dans le même pétrin.

    Le rôle de la Chine

    Une grande partie des prix des matières premières est en baisse en Chine. Et, comme son économie a ralenti, la demande pour les métaux et les minéraux dans les sols des pays africain est réduite de façon spectaculaire. L’effet d’entrainement n’a pas seulement touché les prix des produits de base mais aussi des pertes d’emplois et une baisse des recettes fiscales recueillis par les gouvernements africains. Ainsi, comme on pouvait s’y attendre, les choses s’empirent et nous pouvons nous attendre à ce que les gouvernements africains réduisent les dépenses publiques ou augmentent les impôts ou les deux à la fois. Plus les turbulences de l’économie chinoise trébuchent autour de la recherche d’un bon pied et une orientation, claire, plus les gouvernements africains prennent des mesures pour faire en sorte que les problèmes économiques de la Chines n’impactent pas leurs économies.

    Les devises

    La situation économique de la Chine et la chute résultante des prix des matières premières ont également conduit à un effondrement des valeurs dans plusieurs monnaies africaines. Du Cap au Caire et de Dakar à Monbasa, de nombreuses monnaies ont vu des baisses significatives de leur valeur. Par exemple, en Zambie, une journée nationale de prière a même été consacrée à la kwacha en difficulté. En effet, la décision finale de la Réserve fédérale américaine à augmenter les taux d’intérêt a atteint les devises émergentes. Cela a été d’une importance particulière pour le rand sud-africain qui a connu à deux reprises des moments difficiles en l’espace de deux mois. Au Nigéria, la Banque centrale a introduit le contrôle des changes pour tenter de soutenir la création d’un ancrage de facto pour le ‘’naira’’ par rapport au dollar américain. Et les analystes estiment que le niveau de cette monnaie est trop élevé, ce qui est synonyme d’une autre dévaluation tout au long de 2016. Autre grand exportateur de pétrole de l’Afrique, l’Angola a également des problèmes similaires avec sa monnaie. Ainsi, en 2016, les Banques centrales, à travers l’Afrique, devront équilibrer finement la nécessité d’augmenter les taux d’intérêt avec la nécessité de soutenir la croissance.

    A lire également  Pr Modou Fall, chimiste: "Le riz en plastique, c'est une rumeur infondée"

    La dette publique

    Il y a quelques années, de nombreux gouvernements africains ont commencé l’émission des Eurobonds – obligations émises en monnaie étrangère – comme un moyen de recueillir de l’argent. Le Nigeria, le Kenya et la Zambie ont testé leur chance de sensibilisation sur les marchés mondiaux. Les paiements d’intérêt sur certains de ces Eurobonds doivent être payés en dollar américain. Et ce n’est pas très bien si la monnaie locale a perdu jusqu’à la moitié de sa valeur par rapport au dollar. Comme les investisseurs sont de plus en plus préoccupés par la capacité de certains gouvernements africains à rembourser leurs Eurobonds, les notations de crédit de nombreux pays ont chuté à un niveau indésirable. Conséquence ? Les coûts d’emprunt passent à des niveaux que les gouvernements n’avaient pas prévus. Par exemple, la Zambie a publié son premier Eurobond en 2012 à 5,4%. La chute des prix du cuivre, une crise énergétique et une cote de crédit de basse facture signifient que les investisseurs ont prêté de l’argent à la Zambie en 2015 avec une marge de risque plus grande qu’en 2012. Par conséquent, lorsque le pays a publié son troisième Eurobond, le taux était de 8,5%. Ce qui fait que la Zambie a maintenant des paiements d’intérêt qui ont considérablement augmenté.

    La sécheresse et la sécurité alimentaire

    Pour tirer la sonnette d’alarme, il suffit de regarder les chiffres. Près de deux tiers des terres arables du monde sont en Afrique. Une proportion similaire de la population active africaine est impliquée dans l’agriculture et, selon la Banque mondiale, au moins 32% du Pib de l’Afrique est basée sur l’agriculture d’une manière ou d’une autre. Toutefois, le phénomène ‘’El Nino’’ est à l’origine des températures élevées et des faibles précipitations généralisées. Et l’Organisation des Nations Unies a dénombré 29 millions de personnes en Afrique australe qui ne disposent pas d’un approvisionnement alimentaire fiable et 10 millions en Afrique de l’Est auront besoin d’aide alimentaire cette année. Mais, le Sénégal n’a pas de soucis à se faire par rapport à la famine si l’on s’en tient aux chiffres avancées par le docteur Pape Abdoulaye Seck, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural. A savoir des productions record de 1.121.400 tonnes d’arachides, 917 000 tonnes de paddy, sans oublier les performances faites sur le maïs, le niébé etc.

    WWW.DAKAR7.COM

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles