More

    Entretien: Abdoulaye Ndiaye, député de BBY : «l’APR Grand Yoff vit une situation difficile née de la division, du clanisme sans fondement objectif. »

    Le député de Benno Bok Yakaar, Abdoulaye Ndiaye déplore la division de son parti à Grand Yoff et n’hésite pas à le dire tout haut. Dans cette interview accordée à Dakar7, ce responsable de Grand Yoff accuse l’ancien Premier ministre, Aminata Touré d’avoir favorisé une telle situation même si elle milite désormais à Kaolack. Toutefois, il espère voir son parti retrouver l’unité d’ici les législatives.

    Le parlementaire s’est aussi prononcé sur le discours du Khalife général des Tidianes, la crise en Gambie, le processus électoral, l’absentéisme des députés…

    Que pensez-vous du discours du Khalife Général des Tidianes  qui a déploré la crise des valeurs au Sénégal ?

    Tout d’abord, je tiens à saluer le Khalife Général des Tidianes  pour ce qu’il représente pour notre cher pays avant de corroborer la dégradation de nos valeurs qu’il a bien relevée  Oui, c’est vrai, le khalife est un régulateur social de premier ordre et de ce point de vue, il est tout à fait normal qu’il se prononce sur cette problématique à prendre très au sérieux. Aujourd’hui, tout tourne autour de l’argent qui est un mal nécessaire certes, mais que l’on se doit de gérer avec intelligence et foi. La cellule familiale naguère très importante dans le dispositif sociétal sénégalais s’est disloquée sans raison objective. L’heure est venue de nous imposer le devoir de revisiter toute cette problématique a fin de corriger les insuffisances.

    Le porte-parole du khalife des tidianes, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amin a également dénoncé la prolifération des partis politiques dont la plupart des leaders s’en servent pour exercer un chantage sur le pouvoir

    Aujourd’hui nous notons un nombre impressionnant (plus de 250) de partis politiques dont les buts poursuivis sont différents et c’est là où le bât blesse. Si on consulte la typologie des leaders de partis, nous verrons qu’il y en a qui ont l’expertise et l’expérience et ont pensé, à un moment donné, vouloir  participer à la vie politique. D’autres, étant dans une logique de confrontation, d’adversité née de leurs expériences dans certaines entités, se lancent dans la création de parti dans le seul but de nuire. La dernière catégorie, ce sont ceux- là qui considèrent la politique comme une sinécure et  en font un métier. C’est impensable et des mesures contraignantes doivent être prises, si l’on sait par ailleurs que la plupart de ces partis n’ont pas de siège, d’adresse reconnue et n’envoient jamais de rapport annuel aux autorités compétentes. Sans compter leur non participation aux élections. Oui, il faut assainir.

    Que pensez-vous de la situation en Gambie ? Pensez vous que Jammeh va céder face à la pression de la communauté internationale ?

    Je crois que le président Jammeh n’a pas été bien conseillé dans sa deuxième sortie. C’est sa première position qui était la plus pertinente. Maintenant avec son durcissement, toute la communauté internationale s’est mobilisée et ne demande que son retrait purement et simplement. Deux hypothèses se présentent.

    Lesquelles ?

    La voie diplomatique qui est présentement investie et celle des armes. A cet  effet, j’invite, au regard des liens qui nous lient avec la  Gambie, nos chefs religieux à intervenir auprès de Jammeh pour qu’il revienne à de meilleurs sentiments avant que l’irréparable se produise. Je félicite le Gouvernement pour tout ce qu’il entreprend dans cette situation.

    Vous êtes Député du Parlement africain .Pensez vous pas qu’on doit utiliser la manière forte contre Jammeh ?

    Oui, effectivement. Je suis Député au Parlement africain qui polarise 53  pays sur les 54  que compte l’Union africaine. Je suis le chef de la délégation du Sénégal et je suis le Président de la commission Education, Culture, Tourisme et Ressources humaines. Nous n’avons pas encore été saisis pour le moment bien vrai que certaines voix se sont levées pour dénoncer l’attitude de Jammeh qui n’honore pas la démocratie.  Mais disons que  la meilleure approche est celle qui est articulée autour de la discussion, des échanges. La méthode forte doit être la dernière à être utilisée si un «  compromis » n’est pas trouvé

    Parlons de l’APR Grand YOFF. Avec le départ de Mimi TOURE qui milite désormais à  Kaolack, peut-on s’attendre à une unité du parti à Grand Yoff?

    A vrai dire, l’APR Grand Yoff vit une situation difficile née de la division, du clanisme sans fondement objectif. A la création du parti jusqu’au début de l’année 2014,  tout allait bien car le parti vivait et la massification était de mise. La mise en place de la coordination que j’avais personnellement initiée après l’ avoir sollicitée et obtenue du Président du parti Monsieur Macky SALL, nous avait permis de développer beaucoup  de choses et de réaliser des paris énormes.

    A lire également  Mbour: Béthio Thioune victime d'un vol par ses talibés
    A lire également  Sorties récurrentes contre le régime: L'APR réclame la tête de ABC

    Qu’avez-vous réalisé concrètement ?

    Au e 1er tour de l’élection présidentielle de 2012, nous sommes sortis premier. Un fait historique du à notre bonne organisation. Avec l’arrivée de Mimi Touré avec qui j’ai cheminé pendant un an, une nouvelle donne s’est présentée à nous compromettant ainsi  les chances d’unité de la famille APR. Des camarades se sont ligués contre moi avec l’objectif de m’enterrer politiquement et pourtant. Je m’étais sacrifié en renonçant à ma candidature à la mairie et DIEU sait que mes chances étaient réelles. C’est par la suite que j’ai pris mes distances avec l’équipe de Mimi Touré et aujourd’hui je mène comme il se doit mes activités avec une équipe très au fait des réalités de Grand YOFF. Avec son départ, les chances de retrouver l’unité du parti sont immenses d’autant plus que j’ai des rapports normaux et de fraternité,  Adama Faye,  Cheikh Bakhoum. Il n ya aucune animosité entre. De plus, Cheikh Ndiaye(conseiller technique à la Présidence de la République) est aussi un frère avec qui j’ai partagé énormément de choses.

    Qu’est ce qui empêche cette unité aujourd’hui ?  

    Et s’il plait au bon DIEU, quelque chose d’exceptionnelle se fera bientôt en direction de cette unité et qui va rassurer tous ceux qui aiment le parti.

    La division nous a beaucoup affaiblis et les gens doivent en être conscients. Ceux qui développent depuis 2009 cette culture de la division doivent cesser. Le Président Macky doit nous recevoir et je suis persuadé qu’avec cette audience Grand YOFF retrouvera son élan d’antan

    Comment appréhendez-vous les élections législatives de 2017 ?

    Comme l’ont si bien dit les autorités en charge de cette question, les élections se tiendront à bonne date. Pour ma part, je considère  que ma fonction de Député m’impose le devoir de m’adresser à la population de la commune de Grand Yoff et du Sénégal  et de leur dire ce que j’ai fait durant toute la durée du mandat. Ensuite renforcer la dynamique de massification dans une perspective de faire gagner ma coalition dans la commune. Ce qui est bien dans l’ordre du possible.  L’opposition récuse le Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO. Pensez-vous que son départ pourrait dissiper les suspicions par rapport au processus électoral ?

    La nomination d’un Ministre relève exclusivement du pouvoir de Monsieur le Président de la République. De ce point de vue, il est le seul habilité encore à le démettre de ses fonctions. Par ailleurs, je crois que c’est la direction générale des élections qui gère tout le dispositif électoral en rapport avec des structures comme la CENA. Alors vouloir récuser le Ministre sous le prétexte qu’il est du parti au pouvoir relève d’un manque d’arguments à faire prévaloir. Sous l’ancien régime, c’est cette même direction qui avait été érigée en ministère. Et pratiquement, ce sont les mêmes hauts cadres qui sont aux commandes jusqu’à présent. Les élections se gagnent par  les urnes, il faut que l’opposition le sache et aille mouiller le maillot sur le terrain .

    L’absentéisme des Députés reste problématique à l’Assemblée nationale. Le Président Moustapha NIASSE avait menacé d’appliquer le pointage .Est ce la solution ?

    D’abord, je tiens à préciser que je ne fais pas partie de ces absents dont on parle. Ceci dit, le pointage peut être une solution à la condition de réviser dans un premier temps le Règlement Intérieur en l’adaptant aux réalités. Je voudrais aussi saisir l’occasion pour dire que sur  les 150  Députés, prés de 100 travaillent correctement, en s’acquittant de leurs obligations.

    Ce n’est pas ce que l’on constate à l’Assemblée

    Il faut chercher à savoir pourquoi ils s’absentent des fois. Le moment venu, je donnerai un avis sur le fonctionnement de l’Assemblée nationale et vous verrez que souvent on nous fait un mauvais procès.

    Propos recueillis par Daouda Gbaya(Dakar7.com)

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles