More

    (Entretien exclusif)-Cheikh Guèye, LD DEBOUT: « Je demande à Khoudia Mbaye juste de revoir par derrière »

    Bien que suspendu par la Direction de son parti, Cheikh Guèye, responsable de la Ligue démocratique(LD)  par ailleurs maire de la commune de Dieupeul-Derklé reste plus que jamais déterminé à se battre pour le triomphe des idéaux de la Gauche. Dans cet entretien exclusif accordé à Dakar7, à 48 heures de la tenue du 8ème congrès de son parti, Cheikh Guèye est revenu sur la suspension de la « LD Debout », dont il est l’un des éléments moteurs. Selon lui, cette décision est « non événement » car ayant été prise de manière illégale par des « gens qui se sont affaissés » devant leurs alliés de l’APR. 

    Proche de Khalifa Sall, Cheikh Guèye s’est, par ailleurs, prononcé le déroulement du procès sur la Caisse d’avance. Convaincu que le maire de Dakar n’a rien fait, ce responsable de la « LD DEBOUT » dit « se préparer à tout » par rapport à l’issue du procès. Entretien!

    Vous et 17 autres de vos camarades membres avez été suspendus par la direction de la LD. Comment vous avez accueilli cette décision?

    Je dois d’abord dire que c’est un non événement parce que tout simplement le bureau politique n’a pas été convoqué dans les conditions régulières. C’est le secrétariat permanent dont je suis membre et certains d’autres suspendus qui a la prérogative de convoquer le bureau politique. Deuxièmement, le bureau politique s’est tenu dans des conditions irrégulières, donc a pris des décisions irrégulières. De quoi s’agit-il ? Comment un secrétaire général intérimaire peut prendre de telles décisions ? Alors qu’il s’agit tout simplement de gérer les affaires courantes jusqu’au prochain congrès. Comment il peut prendre des décisions aussi importantes de suspension, d’exclusion ?

    Vous-êtes juste suspendus et non exclus..

    Oui, ils disent: ils sont suspendus en attendant qu’ils regagnent les rangs. Si c’était pas le cas, ils vont être exclus au congrès. ça ne change rien. Et puis, gagner quel rang ?

    Des légalistes

    C’est les rangs des gens affaissés, des gens qui refusent de se battre, des gens qui refusent justement de brandir les valeurs, des gens qui refusent de choisir l’intérêt du peuple. Nous ne pouvons pas faire cela. ça ne nous correspond pas. La LD/MPT est un parti de militants, de l’esprit brillant, de débat, d’intellectuels.

    Mais Nicolas Ndiaye, le secrétaire général par intérim, vous a plusieurs fois tendu la main. Pourquoi vous n’avez pas saisi cette main tendue ?  

    Pourquoi tendre la main ? C’est pas à Nicolas de nous tendre la main. Nous lui avons à plusieurs reprises tendu la main. Parce que c’est lui qui semble perdu. Nous lui avons tendu la main pour lui dire: « Camarade reviens, redresse-toi et tiens debout ». Lui(Nicolas Ndiaye), il ne peut pas nous tendre la main.

    Vous considérez que la LD Debout est dans la légalité ? 

    Mais bien sûr. Ceux qui exercent aujourd’hui les fondamentaux du parti, c’est la LD Debout.

    Moi je parle  des textes..

    Mais écoutez, Mamadou Ndoye qu’est ce qu’il est pour nous ? Quelqu’un qui a sacrifié toute sa vie, qui a payé de sa poche, de son sang, de sa sueur, de sa liberté, sa famille… il a tout donné à ce parti là. Comment un secrétaire général intérimaire peut nous suspendre ? Quelqu’un comme Pape Sarr, Souleymane Guèye Cissé et qui encore. Ces ténors du parti, cette crème du parti.

    Vous remettez en cause la légalité de la décision du Bureau politique ? Mais est ce que vous n’êtes pas en contradiction avec vous même quand vous décidez de convoquer le 17 février prochain un congrès ordinaire ?  

    Justement, la dernière réunion du Bureau politique avait retenu entre autres comme points de synthèse, la convocation dans les meilleures délais du Bureau politique. Ne convoquant pas le bureau politique, nous, nous avons pensé qu’il était important pour être conforme aux recommandations du bureau politique du parti de convoquer ce 8ème congrès. Nous sommes dans l’orientation du parti, nous sommes dans l’application des recommandations du parti.

    Qu’est-ce-qu’on peut attendre de ce 8e congrès ? 

    ça va être un congrès de rectification, un congrès où tous les camarades de LD vont se regrouper pour aménager un espace de débats, d’échanges, de discussions. Comme ça a toujours été le cas à l’occasion des congrès du parti pour repositionner le parti sur l’échiquier politique sénégalais. Pour lui permettre justement d’être présent et d’être debout à côté des populations pour leur intérêt général

    Votre camarade Khoudia Mbaye a déclaré que si cela ne dépendait que d’elle, vous seriez exclus du parti. Comment jugez-vous sa déclaration ? 

    Je ne veux pas répondre aux déclarations personnelles. Ce qui me lie, c’est les instance du parti. Khoudia est une camarades, une sœur pour moi et elle demeurera une camarde, une sœur pour moi. C’est quelqu’un pour qui j’ai  beaucoup de respect. Mais de là à dire que si cela dépendait d’elle, ces personnes allaient être exclues. Je lui demande juste de revoir par derrière. On a fait vingt ans de vie ensemble, vingt ans de lutte militante. Nous avons vécu toutes les contradictions politiques dans ce pays. Mais quelles que soient les situations, nous avons eu à faire preuve d’intelligence, de hauteur de vue et à nous entendre. Je ne pense pas que c’est aujourd’hui qu’une camarade du parti veuille se séparer des autres.

    Selon elle, vous aviez tous été d’accord du compagnonnage avec Benno Bokk Yaakar. Donc, vous devez assumer cette position

    Le parti n’avait pas encore tiré un bilan sur le compagnonnage. Je vous ai dit que le BP qui a vu partir le secrétaire général  Mamadou Ndoye a été un BP qui a divisé le parti en deux. Ceux-là qui pensaient il faut poursuivre  le compagnonnage avec Benno Bokk Yaakar et ceux là qui pensaient qu’il n’était pas question de suivre Benno Bokk Yaakar. Maintenant ce qui devait arriver arriva.  Les gens sont allés conformément à leur volonté et engagement. Cela ne peut pas être une raison d’exclusion ou de suspension. Je pense que dans un parti on peut avoir divergence de vue. Mais il faut aménager des espaces pour discuter et pour échanger.

    Est-ce que vous maintenez toujours le congrès ?

    A lire également  Appel à "l’insurrection": La réplique de l'APR

    Bien-sûr nous sommes au dernier tournant. Et justement c’est le moment de dénoncer les dérives. Nous avions un mois au paravent déposé une caution pour la location du CICES où devrait se tenir le congrès compte tenu des péripéties. Aujourd’hui,(Hier) le CECES nous appelle pour nous dire: « vous ne pouvez plus tenir votre congrès. »

    Pour quelle raison?

    Au motif que la salle est occupée. Mais nous comprenons. Et c’est pourquoi nous allons accuser le CECES de rendre juridiction. On ne  peut pas jouer avec les gens  nous sommes dans une République, nous sommes en démocratie et ce n’est pas élégant; ce n’est pas respectueux; ce n’est pas conforme à nos valeurs habituelles.

    Vous maintenez toujours la date du congrès?

    Nous tenons le congrès le 17 février et nous allons tenir une conférence de presse demain(aujourd’hui) ou il sera question de toutes les péripéties et la préparation du congrès. En sommes vous aurez toutes les informations.

    Que pensez-vous du mutisme de votre camarade Abdoulaye Bathily?

    A lire également  Conséquence du meurtre d'un jeune orpailleur à Kédougou: La Douane et la Gendarmerie incendiées

    Je ne suis pas dans la tête d’Abdoulaye Bathily.  Tout ce que je sais, c’est un camarade sur qui nous avons tous du respect et ceux au-delà de la LD, c’est un homme de valeur, un homme dont la trajectoire, la posture, imposent le respect. Il faudra l’interroger.

    Après 14 jours du procès de Khalifa Sall, quelle appréciation en faites vous ?

    Je suis très fier de Khalifa Sall. Quelque soit ce qu’on lui reproche et malgré les accusations, il est resté digne, debout. Pendant son procès, il aura montré l’homme qu’il est, la posture qu’il incarne. Je pense que le procès va aider quelques sénégalais à ouvrir les yeux, à comprendre ce que nous disions depuis le début. Aujourd’hui, la question des fonds politiques est aussi claire que le soleil à midi aux allés du centenaire. Les avocats de la partie civile de l’Etat de la ville, les avocats de la défense, les juges, tout le tribunal et même ceux qui viennent suivre le procès ont fini de comprendre que Khalil Sall ne peut pas faire l’objet de poursuite. Il a été constant dans ses déclarations. Et celles de responsables et d’anciens maires qui ont eu à gérer ces fonds politique ont conforté la thèse qu’il n’a rien à se reprocher. Pour des raisons politiques qu’on vaille éliminer un prétendu concurrent, je pense que notre pays ne mérite pas ça.

    Durant ce procès, on a assisté  à des déballages à propos des bénéficiaires de la caisse d’avance. Pensez-vous que cette ligne de défense a été payante ?

    Khalifa est constant. Il l’a dit que ses prédécesseurs, qui ont ces fonds politiques, n’ont pas laissé de trace en partant. Lui, non plus, il ne laissera pas de trace. Ces fonds politiques ne nécessitent pas de trace. C’est des fonds qu’on dépense comme ça et qui ont servi à soulager des démunis.

    Mais ces fonds sont encadrés tout de même.

    Biensur ! Sur l’encadrement, Khalifa Sall a indiqué les différentes destinations de ces fonds au niveau de l’administration.

    Mais l’Etat, lui, estime que Khalifa Sall a usé de « faux » …

    Mais, c’est des fonds politiques. Ce qu’on appelle « faux  et usage de faux », c’est ça qui est faux. C’est uniquement des factures qui servent à la comptabilité. Je donne un exemple. Le ministre des Finances alloue des crédits aux enseignants. Mais pour en bénéficier, il faut bénéficier de facture. C’est des factures pour prouver que ce crédit a été alloué à un enseignant. Mais ce n’est pas des factures réelles. C’est un mécanisme seulement pour bénéficier de prêt. C’est exactement le même mécanisme qui va permettre au comptable, demain, de dire : « 30 millions a servi à ça ».

    Au-delà de l’affaire Khalifa Sall, est-ce qu’il n y a pas nécessité de revoir la gestion de la caisse d’avance ?

    Moi, je suis un acteur des Assises nationales. Et je me rappelle dans une des rencontres, la question des fonds politiques était posée et l’idée majoritaire est que tous les fonds politiques doivent être encadrés. Quand Mitterrand a eu à utiliser des fonds politiques pour ses vacances, il a eu à justifier. C’est exactement la même chose. Il y a des deniers publics publics et des deniers publics privés.

    Expliquez-vous ?

    Les deniers dont il est question, c’est des deniers propres de la ville. Qu’est-ce que l’Etat a à faire dans ce procès ? Ce n’est pas l’argent de l’Etat. C’est l’argent de la ville de Dakar.

    Mais la ville de Dakar est un démembrement de l’Etat.

    Absolument, c’est un démembrement de l’Etat, mais la nature des dépenses fait que l’Etat n’est pas concerné. Parce que l’argent que l’Etat alloue aux collectivités locales a une destination précise.

    Avez-vous espoir quant à l’issue du procès ?

    Ecoutez ! Espoir ou pas, moi je suis un acteur politique. Je me prépare à tout. Nous avons vu en Afrique, des cas similaires. A chaque fois qu’il s’agit d’élection, on essaie de casser des adversaires. Ce n’est pas nouveau. Mais j’avais pensé très sincèrement qu’avec l’avènement de la 2 ème alternance, notre génération n’allait plus revivre cette situation. Qu’on allait avoir un peu de la hauteur, d’élégance pour respecter et faire respecter la démocratie, les positions des uns et des autres. Mais ce n’est pas en instrumentalisant la justice, en utilisant l’administration qu’on veuille gagner des élections.

    Récemment, Bamba Fall avait déclaré que si Khalifa Sall est condamné, il choisira Idrissa Seck comme candidat en 2019. Est-ce que vous vous retrouvez dans ces propos en tant que proche de Khalifa Sall?

    Nous n’en sommes pas encore  ce niveau-là. Demain (l’entretien a été réalisé hier, mercredi : NDR), nous retournerons au tribunal pour suivre le procès voir jusqu’où ces gens iront. Et partir de là, en tant que scientifique, on appréciera. Analyse concrète d’une situation concrète.

     

     

     

     

     

     

                  

     

     

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles