«Faire de la politique: un sacerdoce.. et non une sinécure »

Un parti politique n’a pas vocation à gérer les intérêts personnels et individuels de ses militants. Sa vocation est plutôt de conquérir le pouvoir et de l’exercer pour accomplir un projet de société aux bénéfice de la nation.

Résumer notre parti à une tontine, juste bonne à satisfaire des intérêts individuels serait donc une vision myope et tres réductrice de notre mission. Ressaisissons-nous, le spectre des perturbations qu’avait connu le PS en 2012 au lendemain de la mise en place du premier gouvernement du Président Macky Sall plane à nouveau. En effet, le parti devait proposer alors des compétences pour nous représenter dignement dans le gouvernement. Le choix fut difficile, mais il fallait le faire. Mais finalement 2012 avait vécu !

Nos ministres ont été plébiscités à la tête de leurs départements ministeriels, c’est tout à l’honneur du PS et de ses militants. On ne doit pas changer pour changer car le peuple nous regarde, ou changer pour satisfaire des intérêts égoïstes. Devant le parterre de cadres que compte le Parti socialiste, qui est plus méritant que qui ? Changer encore ou choisir pour éteindre des frustrations ne ferait qu’en créer davantage. La vie d’un Parti politique transcende nos destins de mortels.

A l’instar de Senghor et Diouf, il arrivera un jour où on parlera politiquement de chacun d’entre-nous au passé. Oeuvrons donc à laisser à la postérité une contribution à la hauteur de l’héritage de nos devanciers. Une oeuvre grandiose se mesure à sa portée et à l’impact qu’elle produit dans la société, mais non dans l’aisance d’une auto réalisation personnelle. »

Mamadou Mbodji Diouf
MBA Paris-Dauphine
Directeur du Projet de Modernisation des Daara au Sénégal (PAMOD)
Membre du Bureau Politique du Parti socialiste

Commentaires

commentaires