FESPACO: le réalisateur Mansour Sora Wade « déçu’’ de l’absence du Sénégal de la compétition

Des réalisateurs sénégalais ont fait part de leur « déception’’ au sujet de l’absence du Sénégal de la compétition officielle pour l’Etalon d’or de Yennenga de la 26ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), qui célèbre cette année son cinquantenaire, du 23 février au 2 mars prochains, selon l’APS
Les vingt films retenus mardi par le comité d’organisation à Paris pour le prochain FESPACO, prévu du 23 février au 2 mars à Ouagadougou, proviennent de 16 pays du continent. Aucun film sénégalais n’est sur cette liste des longs métrages de fiction. Aussi, le Sénégal, détenteur du dernier trophée de l’Etalon de Yennenga, la plus haute distinction du FESPACO, avec le film « Félicité » d’Alain Gomis en 2017, ne pourra pas défendre son titre.  Le cinéaste sénégalais Mansour Sora Wade, par exemple, exprime d’autant plus sa déception qu’il dit ignorer les raisons de l’absence du pays à cette compétition. « Je ne comprends pas, on aurait pu participer à cette fête du cinéma avec un long métrage en compétition officielle, c’est dommage ! Le Sénégal ne sera pas de la fête », a déploré Mansour Sora Wade, dans un entretien avec l’APS. Le réalisateur du film « Le prix du pardon », parle d’une « déception », rappelant que le Sénégal est à l’origine de ce festival avec des cinéastes sénégalais comme Ousmane Sembène, Ababacar Samb « Makharam » et d’autres cinéastes étrangers, dont Tahar Charria de la Tunisie.  « Cet absence vient au moment où j’ai beaucoup d’espoir pour le cinéma sénégalais. [….]. Avec les succès enregistrés au FESPACO, on croyait que la relance du cinéma sénégalais était réelle », a dit Wade. Les réalisateurs Moussa Touré et Moussa Sène Absa partagent aussi cette déception quant à l’absence de films sénégalais de la compétition officielle des longs métrages fiction.  

Commentaires

commentaires