More

    Forum national de l’Administration : De profonds changements de paradigmes s’imposent malgré les réticences des fonctionnaires

    GouvernementDimanche dernier, le Président Macky Sall, s’adressant aux Sénégalais, à l’occasion du 56ème anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale avait annoncé qu’il présidera les 09 et 10 avril prochains un Forum national de l’Administration. Avant d’ajouter : «Je souhaite que cet exercice d’échanges francs et critiques soit l’occasion de jeter les bases d’un renouveau du service public ; pour une administration plus moderne, plus performante dans son fonctionnement, plus efficace dans ses résultats et plus accueillante à l’endroit des usagers». Une mesure salutaire même si elle a tardé à être prise d’autant que, l’Administration sénégalaise, jadis réputée pour sa performance et la qualité de ses services, n’est, aujourd’hui, que l’ombre d’elle-même. En effet, conservatrice par essence, elle n’a pas su organiser sa mue à l’instar de l’administration française qui pourtant l’a enfantée. Pis, elle est restée une administration de commandement et de bureaucratie très lourde au point que, pour une peccadille, pour ne pas dire une broutille, on est obligé de s’en référer au chef. Last but not least, tous les jours, s’indigne un haut cadre, des séminaires, ateliers et autres colloques sont organisés entre Saly et Dakar alors que les conclusions et recommandations ne servent qu’à remplir les archives.

    Conséquence ? Des Impôts et Domaines au Trésor en passant par le tribunal sans oublier les centres d’état-civil, l’Institut de prévoyance retraire du Sénégal (Ipres) et la Caisse de sécurité sociale (Css), les commissariats de Police et Brigade de gendarmerie, les hôpitaux et centre de santé etc., les usagers rencontrent d’énormes difficultés et perdent énormément de temps pour accéder aux services. Tantôt, les usagers sont renvoyés chez eux au motif qu’un tel est malade. Tantôt, c’est la personne qui signe les documents qui disparait dans la nature. Tantôt, le service ne démarre pas parce qu’un tel n’est pas encore arrivé. Et nombre de gens s’empressent de jeter l’anathème sur les fonctionnaires alors qu’en réalité c’est le système qui est dépassé, voire inopérant. Par exemple, pour un avancement, l’enseignant qui sert à Fongolembi est obligé de se déplacer jusqu’à Dakar pour diligenter son dossier. Une perte de temps et d’argent que l’administration pouvait lui épargner à l’heure des Tics.

    AdministrationOutre le système, des brebis galeuses, à l’instar de tous les secteurs d’activité, qui gangrènent l’administration, ne constituent qu’une minorité. Car, des fonctionnaires performants et consciencieux  s’acquittent quotidiennement de leur mission avec abnégation et professionnalisme. Et ce ne sont pas les usagers du Centre d’Etat-civil de Grand Dakar qui nous démentiront. Officier d’Etat-civil de son état, Madame Ndiaye abat un travail colossal en récusant systématiquement les petits billets que les usagers lui glissent dans les dossiers. Du matin au soir, son bureau, dont la porte est toujours ouverte, ne désemplit pas. L’autre femme qui force le respect dans un secteur gangrené par la corruption et les faux et usage de faux est Maguette Guissé. Récemment nommée patronne du Service des Mines de Colobane, elle a réussi, en un temps record, à faire le ménage en coupant l’herbe sous les pieds des intermédiaires. Une démarche qui lui a valu nombre d’ennemis dont certains n’ont pas hésité à vandalisé son bureau. Un coup d’épée dans l’eau d’autant que Maguette Guissé n’est mue que par la volonté de servir et bien servir son pays. Des Dames envers qui la Nation doit respect et considération.

    A lire également  URGENT: Ça chauffe au bureau politique du parti socialiste

    Le décor ainsi campé, un changement de paradigmes s’impose et c’est tout à l’honneur du Chef de l’Etat qui a décidé de convoquer ce Forum qui, outre le volet échange, doit constituer un moment de «ndëp» (Ndlr : cérémonie d’exorcisation) – un terme que nous empruntons au brillant psychologue Serigne Mor Mbaye – pour l’administration. Afin que le citoyen passe du statut d’usager à celui de client. Ainsi, le regard que les fonctionnaires auront des usagers va radicalement changer d’autant que, pour satisfaire un client, on est obligé de veiller sur la qualité du service : l’accueil, les délais etc. Mais, l’administration sénégalaise, malgré les multiples appels du Président pour une rupture radicale, semble ne pas être disposée à bouger. Car, si tel était le cas, la décision du Chef de l’Etat de confier le Programme d’urgence pour le développement communautaire (Pudc) au Pnud allait constituer un déclic. Que nenni ! Vivement que de fortes recommandations sortent de ce Forum sur l’administration. Et que le Président sache que l’on ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs même si le temps politique est balisé par les échéances électorales. Sinon, tous les efforts consentis depuis des lustres seront vains.

    WWW.DAKAR7.COM

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles