More

    Frais d’envoi élevés: un casse-tête pour les sénégalais de l’extérieur

    placer-argent

    Grand pourvoyeur de l’économie nationale avec près de 1000 milliards CFA injectés dans les caisses de l’État, les sénégalais de l’extérieur apportent pleinement leur part dans le plan Sénégal Émergent. Mais à quel prix ?

    C’est connu, les sénégalais sont de grands voyageurs dans l’éternel. Présents dans les quatre coins du monde, les sénégalais de l’extérieur n’en oublient pas moins leurs progénitures restés au bercail. Chaque mois, ils envoient des milliers de francs en surplus des frais élevés des services de transfert. Un écueil qui freine leur élan.

    La double peine

    D’après une étude récente publiée par une ONG britannique, la diaspora africaine perd aux alentours de deux milliards d’euros par an en raison des frais d’envoi élevés exigés par les sociétés de transfert d’argent. D’où le cri de cœur des africains en général et des sénégalais de l’extérieur en particulier pour une réduction drastique des charges de transfert. Etabli en France, Malamine Sané, un sénégalais, dénonce : « je fais parvenir des sommes de 60 (39300 CFA) à 150 euros (98250 CFA) plusieurs fois dans le mois à ma famille et cet argent représente une bonne partie de mon budget. En plus, je dois payer également les frais d’envoi qui sont trop chers ». Une complainte partagée par tous. Pour se convaincre de la véracité des propos de ce jeune sénégalais qui vit de « petits boulots », il faut jeter un coup d’œil sur le barème des coûts appliqués par les opérateurs de transfert. Pour Money Gram, le client doit débourser 10 euros (6550 CFA) comme frais pour un envoi de 200 euros (131000 CFA) tandis que chez Western Union, le client devra payer prés de 8 euros (5240 CFA) pour la somme envoyée vers l’Afrique. A contrario, un envoi vers l’Inde ou le Pakistan revient moins cher. En effet, pour 500 euros (327500 CFA) envoyée vers ces destinations, le client débourse (seulement) 11 euros (7205 CFA) comme frais de transport. S’il en est ainsi, c’est parce que les frais de transfert sont établis en fonction du lieu d’habitation en France. En banlieue et en province, ils sont différents en fonction du fait que l’agence soit une agence dédiée, en sous-traitance comme à la poste ou dans les cybers gérés par les Maghrébins et les Pakistanais.

    A lire également  Crash d’un avion médical de Sénégal Air
    A lire également  Tribunal de Grande instance de Paris : Les avocats de l’Etat muets devant ceux de Karim qui se défoulent sur la Crei…

    Pour s’extirper de ce bourbier, les Sénégalais de l’extérieur contournent le système. Ainsi, dans certaines arrières boutiques de Paris, un système moins cher est mis en place dans la clandestinité. Pour le modus opérandi, aucun papier n’est fourni au client et le système traite avec un cercle limité de connaissances. Les Sénégalais de l’extérieur y trouvent leur compte car cela les soustrait des frais prélevés par les opérateurs de transferts habituels comme Western Union ou Money Gram.

    Daouda CAMARA

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles