More

    France : Christiane Taubira coûte encore près de 300.000 euros par an à l’Etat

    Selon Le Point, Christiane Taubira est, malgré sa récente démission du gouvernement, toujours sous protection policière. Une «faveur» qui a un coût… «Parfois, résister, c’est partir». C’est avec cette phrase hautement philosophique que Christiane Taubira a annoncé sur Twitter en janvier dernier qu’elle claquait la porte du gouvernement. Mais l’ancienne garde des Sceaux n’a pas pour autant tiré un trait sur tous ses privilèges de ministre. En effet, selon Le Point, en kiosque ce jeudi, l’ex-locataire de la place Vendôme a toujours à sa disposition les quatre officiers de sécurité qui lui étaient alloués lorsqu’elle était au gouvernement. « Une faveur » qui lui est accordée, précise l’hebdomadaire, rappelant que, « selon la règle, seuls les anciens présidents de la République, Premiers ministres et ministres de l’intérieur ont le droit d’être protégés à vie par des fonctionnaires ». D’autant que ce petit privilège a un coût. Et il n’est pas dérisoire : 71.879 euros par policier et par an, selon nos confrères, soit un total de 287.516 euros à l’année pour quatre agents.

    A lire également  La leçon à tirer de la défaite de Bathily : Macky Sall le "mal aimé" des chefs d'Etat Africains

    Un privilège qui va durer… «au moins jusqu’à la présidentielle»

    Du côté de la place Beauvau, on tente de limiter la casse, insistant sur le fait que cet avantage dévolu à Christiane Taubira ne durera pas éternellement… Mais jusqu’à quand ? La question reste en suspens. « Au moins jusqu’à la présidentielle de 2017 ? », se demande un Haut fonctionnaire. Contactée par Le Point, l’ex-ministre de la Justice se dédouane de toute responsabilité et renvoie la balle à « ceux qui prennent la décision de (m’attribuer) cette protection ». « Vous prenez les officiers de sécurité pour du décor ? », ironise-t-elle. Comprendre : s’ils sont là, ce n’est pas (seulement ?) pour faire joli.

    Cloosermag.fr

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles