More

    France: le documentaire «Salafistes» interdit aux moins de 18 ans

    2013-02-26T221236Z_1773122762_GM1E92R0GUR01_RTRMADP_3_MALI-REBELS_0Le documentaire « Salafistes » qui sort en salles ce mercredi en France suscite remous et polémiques. Il sera d’ailleurs interdit aux moins de 18 ans, a indiqué le ministère de la Culture. Réalisé par Lemine Ould Salem et François Margolin, ce film plonge au coeur du salafisme et donne à entendre ses discours les plus radicaux. Les auteurs ont fait le choix de ne pas commenter ces propos et de ne pas les mettre en persective, ce qui suscite de vives critiques. Ils se sont cependant engagés à supprimer certaines scènes qui apparaissaient dans le film, comme l’assassinat du policier Ahmed Merabet lors de l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015.

    Pas de commentaires, pas de voix off, mais des images souvent insoutenables et des propos extrémistes. Salafistes fait le choix de montrer les islamistes radicaux tels qu’il sont. Le documentaire débute au Mali dans les villes de Gao et Tombouctou durant l’occupation jihadiste de 2012. On y suit la police islamique et on assiste aux préparatifs d’une décapitation puis l’on s’assied à l’hôpital, à côté d’un jeune plombier tout juste amputé pour vol, sous l’oeil de son bourreau.

    Loghorrée glaçante

    La deuxième partie du documentaire donne la parole à des prédicateurs mauritaniens. Une loghorrée glaçante sur la démocratie, jugée incompatible avec l’islam, où les juifs sont considérés comme des ennemis. Ces prédicateurs défendent l’indéfendable, comme les crimes terroristes de Mohamed Merah à Toulouse en 2012.

    A lire également  Jeux de la Francophonie : "CRAZY ÉLÉMENTS" du Sénégal, éliminé en quart de finale du concours danse hip-hop

    « Ce que Mohamed Merah a fait au coeur de la France, clame ce jihadiste dans le film, sert la cause des musulmans. Son action a un fondement islamique légitime. Car la France et ses soldats combattent les musulmans ».

    Un sujet qui divise

    Nous avons choisi de montrer des images « qu’on ne veut pas voir », des propos « qu’on ne veut pas entendre », disent en exergue les auteurs. Lemine Ould Salem et François Margolin se réfugient derrière l’intelligence du spectateur qui « saura, disent-ils, faire la différence ». Mais il n’est pas certain que ce pari soit le bon sur un thème aussi clivant et aussi sensible.

    « Compte tenu du parti pris de diffuser sans commentaires des scènes et des discours d’une extrême violence, j’ai décidé de suivre l’avis de la commission (de classification des oeuvres cinématographiques) » pour une interdiction aux moins de 18 ans, a indiqué Fleur Pellerin, la ministre de la Culture dans un communiqué. Le film, qui est programmé en salles ce mercredi 27 janvier, sera accompagné d’un avertissement.

    A lire également  Saint-Louis: Une Greffière se lance dans la musique

    RFI

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles