More

    France: licencié par l’Élysée, Alexandre Benalla placé en garde à vue

    Quarante-huit heures après les révélations du Monde, l’Elysée a fini par céder à la pression. Selon le site Le Monde visite par Dakar7, la présidence de la République a annoncé, vendredi 20 juillet, avoir engagé « la procédure de licenciement » d’Alexandre Benalla, pour des « faits nouveaux » concernant ce collaborateur de l’Elysée mis en cause après la diffusion de vidéos le montrant frappant un manifestant le 1er mai.

    « Il a été porté à la connaissance de la présidence de la République des faits nouveaux, qui sont constitutifs d’une faute commise, et qui font l’objet d’une procédure judiciaire », déclare l’Elysée, qui précise que M. Benalla « aurait été destinataire d’un document de la préfecture de police qu’il n’était pas autorisé à détenir ».

    Du côté de l’Elysée, on explique que ce sont « les faits nouveaux », et non l’incident du 1er mai, qui ont conduit à « la décision d’engager la procédure de licenciement d’Alexandre Benalla »« conformément au courrier de sanction qui lui avait été notifié le 4 mai ».

    Jeudi, le porte-parole de l’Elysée Bruno Roger-Petit avait expliqué qu’à la suite des incidents du 1er mai, Alexandre Benalla avait « été immédiatement convoqué par le directeur de cabinet du président, qui lui a notifié une sanction disciplinaire »: mise à pied de deux semaines avec suspension de salaire et changement d’affectation. Cette sanction constituait « un dernier avertissement avant licenciement », avait prévenu le porte-parole.

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles