Franchement, les politiciens nous pompent l’air !

ASSEMBLEEDe la politique, toujours de la politique et encore de la politique. Tel semble être le lot des braves citoyens sénégalais qui, chaque jour, se lève pour aller à la recherche de leur pain quotidien. Non seulement les politiques, aussi bien de la majorité que de l’opposition, n’apportent de solutions aux questions de leurs concitoyens mais, ils les tympanisent à longueur de journée avec des questions futiles. Si nous en parlons, c’est que, depuis que le député Modou Diagne Fada a dit prendre acte de son exclusion du Parti démocratique sénégalais (Pds), le débat sur la perte de son mandat occupe la place publique. Certes, la question mérite d’être posée mais elle ne doit pas occulter l’essentiel : crise scolaire, chômage endémique, économie en panne, perte des valeurs etc. D’autant que les députés qui sont certes élus par le peuple ne servent pas à grand-chose. Sinon, s’assujettir au pouvoir exécutif et tourner le dos aux véritables préoccupations de leurs concitoyens. En atteste les réunions que les députés de la majorité tiennent au Palais, à la veille de l’installation de leur bureau, afin que le Chef de l’Etat distribue les postes. Idem pour l’opposition. Donc, qu’un tel perde son poste, c’est le cadet des soucis des Sénégalais dont les impôts servent à entretenir ces élus qui brillent par leur absentéisme et leur incompréhension des attentes du peuple. Heureusement que le peuple vient de comprendre que ses préoccupations ne sont point celles de ses élus qui ne sont intéressés que par des situations de position. Alea jacta est !

Pape Sarr  

Commentaires

commentaires