More

    Front de lutte contre la covid-19 : Le « cas » Aly Ngouille Ndiaye

    Depuis le 02 mars dernier, le pays vit une situation exceptionnelle. Etat d’urgence, couvre-feu, restrictions dans la mobilité urbaine : la Covid-19 a fini de s’installer  dans le pays sans que personne ne puisse dire quand sa propagation prendra fin. Les très contraignantes mesures prises par Macky Sall se comprennent d’autant plus que le phénomène est inédit ; et mêmes les diseurs de bonne aventure ne peuvent pas préjuger de comment ils finiront…Seule fausse note, la mise en œuvre de ces mesures

    Alors que l’ampleur des moyens destinés à une prise en charge sanitaire de grande ampleur se précise, sur un sinistre fond de décompte des infectés, malades, cas graves et décès, en sourdine, on voit la confrontation de l’Etat de droit avec les intérêts particuliers. Et c’est à ce niveau que toute défaillance va apparaître, dans toute sa nudité, surtout si elle émane de l’autorité.

    On voit que dans plusieurs foyers religieux, des résistances sont encore fortes. A Medina-Gounass, en dépit de toutes les interdictions administratives, les prières en groupe ont continué. Si dans les principales « capitales » confrériques, les chefs religieux ont réussi à faire adopter les consignes, on a vu ces derniers jours que des guides estiment encore ne pas être concernés par la menace.

    Ainsi, à Léona-Niassène, l’imam de ce vénérable foyer a estimé être dans son bon droit en continuant à braver les mesures prises par l’autorité étatique. Sans doute, pense t-il que la Covid-19 est un moindre mal devant ce qui serait une abdication de la foi des musulmans. Il a régulièrement continué à diriger les prières en groupe, en faisant fi des menaces réelles qui pèsent sur sa communauté. Les autorités administratives de Kaolack et les forces de défense et de sécurité ont été jetées en pâture à l’opinion car, elles ont assumé (une partie) de leurs responsabilités  en activant la loi. Mais, au-delà, sont-elles les seules à devoir être questionnées sur leurs responsabilités ?

    L’Etat, on le sait, et en principe, ne connait personne. Aucun particularisme, aucune catégorie. En somme, c’est un monstre froid comme disait l’autre. Seul doit compter à ses yeux l’intérêt général. Or, depuis le début de la crise, seuls sont visibles la Force Covid-19, les relais du ministère de la Santé et de l’Action sociale, les sommités académiques en médecine et pharmacie, entre autres nouvelles références médiatiques vers lesquelles se tournent des populations qui ont besoin d’un « traitement » sociologique pour apporter des réponses à leurs questionnements.

    A lire également  Dialogue politique: voici les Termes de références.

    Mais où se trouve le principal acteur du déroulement régalien de l’action de l’Etat, à savoir le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique. Quand tout marche, les premiers rôles sont faciles à jouer. Mais quand les temps sont durs, voilà que doivent monter en première ligne ceux qui ont le sabre dans le fourreau. Un célèbre ministre français de l’Intérieur, honni des immigrés africains dans son pays mais tellement respecté, Charles Pasqua, disait en substance : « La démocratie s’arrête là où commence l’intérêt de l’Etat ». Mais il ajoutait qu’il faut des hommes d’Etat pour faire « la sale besogne »….

    Chef de la police, maître d’œuvre des mesures de restriction des libertés, Aly Ngouille Ndiaye ne saurait être en confinement trop direct. Les populations ont besoin de mettre un visage sur l’Etat et ses hommes. Cette fonction de ministre de l’Intérieur est révélatrice de ce que peut être le tournant d’une carrière politique. Au Sénégal, l’histoire retient de grands noms : Valdiodio Ndiaye, Jean Collin, Amadou Clédor Sall ; puis la génération de Jean Collin qui aura donné au portefeuille l’aura qui lui est resté, Djibo Kâ, les généraux Lamine Cissé et Mamadou Niang. Sans oublier celui qui est actuellement aux commandes des destinées du Sénégal, le président Macky Sall…

    A lire également  Violences électorales à Grand Dakar: Bby et Manko taxawu Sénégal se renvoient la balle

    Or, l’actuel locataire de l’imposante bâtisse de la Place Washington, au cœur du quartier administratif du Plateau de Dakar, semble se complaire plus dans son entregent avec les familles religieuses, l’entretien de sa base politique dans le Djolof et des valses-hésitations qu’à sévir contre les récalcitrants aux mesures impopulaires mais nécessaires contre la Covid-19. Les commentateurs politiques ont souvent présenté Aly Ngouille Ndiaye comme habité d’ambitions présidentielles. Un aperçu de cette éventualité se déroule actuellement. Couvre-feu sur une carrière ?

    Journal Kritik

    Articles récents

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Urgent-Touba : Serigne Mountakha donne le Ndiguel pour la célébration du Grand magal…

    La décision a été confirmée par le Khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Regardez...

    Limogeage de Me Moussa Diop: 3e mandat, l’arbre qui cache la forêt

    Me Moussa Diop a été limogé ce mercredi 02 septembre 2020 de la direction générale de Dakar Dem Dikk (DDD). Un limogeage...

    LE CÉLÈBRE GENTLE MARA CONDAMNÉ À 3 MOIS DE PRISON ET 4 MILLIONS FCFA

    Diab Seck alias Gentle Mara est envoyé à l’hôtel zéro étoile, loin des strass et des paillettes, pour un séjour de 3...

    SUSPECTÉE D’AVOIR TUÉE SA FILLE ENCEINTE DE 6 MOIS : AWA DIOUF ARRÊTÉE À SALY

    Rebondissement dans l’affaire de la fille qui a été retrouvée morte dans les toilettes de son domicile sis au village de Mbafaye,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles