More

    Groupe Keur Gui:  »Nos collègues rappeurs sont jaloux et méchants »

    keur guiKilifeu et Thiat, membres du groupe  »Keur Gui Crew », se sont confiés dans un entretien avec « L’Observateur » où ils sont revenus sur leur soirée anniversaire du 12 mars dernier au Grand Théâtre. Ils ont saisi l’occasion pour mettre les pendules à l’heure concernant le sambay mbayane déguisé dont on les accuse notamment à cause du prix des billets de 1 million F Cfa et de 500.000 F Cfa.

    « Il faut arrêter le culte du misérabilisme. En tout cas, cela ne devrait choquer personne. Ça doit même faire la fierté de tous les musiciens, particulièrement des rappeurs. Par là, nous avons montré que ce que nous faisons a de la valeur. Personne n’a le droit de nous l’usurper. C’est comme dans la lutte. Au départ, on ne payait pas 1 million aux lutteurs. Quand Mohamed Ndao Tyson demandait 50 millions F Cfa, tout le monde le taxait de fou prétentieux. Maintenant, on paie 100 millions F Cfa aux lutteurs », explique Kilifeu qui accuse ses collègues rappeurs de jalousie. « Ce sont nos pairs rappeurs qui le disent. Ils sont méchants et jaloux. Sambay mbayane, par exemple c’est le fait de désigner plusieurs parrains et marraines pour avoir de l’argent. Nous, nous n’avons qu’une seule marraine. Une amie qui n’a même pas payé son billet d’entrée. Les gens nous font un mauvais procès », glisse Kilifeu qui confie, par ailleurs, que le secret de la longévité de leur duo est lié à leur confiance mutuelle, la fidélité, la constance, leur professionnalisme, et la rigueur qu’ils s’imposent au travail.

    A lire également  Doudou Ndiaye Coumba Rose s'est éteint
    A lire également  Livre: Le journaliste Jean Meïssa parle du "cybersalon des épouses qui ont mal au lit."

    « Et là, on se chamaille tout le temps. On ne se fait aucune concession. Cela va vous surprendre, on ne se fréquente même pas en dehors du travail. On ne s’habille pas de la même façon. J’ai une femme, lui, non. Il y a beaucoup de choses qui nous séparent », dit-il.

    Des propos confirmés par Thiat. « C’est qu’on n’a pas les mêmes goûts. Lui est dans l’élevage des animaux, moi, dans la rédaction de mes livres ».

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles