Hommage à Baba Touré, le virtuose du ballon rond

3de1b70a302c23b7daa3bb280dce5ce915997655Baba Touré s’en est allé. Eh oui mon héros, mon joueur préféré, celui qui m’a fait aimer la Jeanne d’Arc. En vérité, Baba Touré fait partie des footballeurs qui ont fait découvrir à notre génération les charmes du foot art après nos moments de folle course dans les ruelles du quartier autour d’un ballon de fortune. Avec Babacar Thiam du mythique Mbossé de Kaolack et tant d’autres des années 80, ils nous ont procuré beaucoup de plaisir, ravivé nos passions et alimenté nos discussions d’après match. J’aimais bien Baba Touré, footballeur au talent débordant mais personnage déroutant qui aimait provoquer et même bouder. Ses caprices et son « sale » caractère feront dire à mon ami Laye Diaw dans un commentaire historique après des déboires de l’enfant de Pikine- Guédiawaye que « Baba Touré n’aime pas le football, c’est le football qui aime Baba ».

Et pourtant, lors de la demi-finale de la coupe du Sénégal entre Niary Tally et Sunueor, je voulais secrètement réaliser mon vœu, celui de te serrer la main et te rendre hommage. Hélas, entre deux actions de jeu entrecoupées de salamalecs, ta haute silhouette disparut dans les gradins. Sans perdre espoir, j’attendrai la finale, me disais-je pour te fêter à ma manière, te remettre un « petit quelque chose » symbolique pour te dire merci. Le Bon Dieu en a décidait autrement. Je te pleure champion, toi avec qui j’ai virtuellement voyagé en Afrique jusqu’en Algérie sur les terres du Mouloudia d’Oran ou sur les gradins du Kenitra du Maroc. J’ai maintes fois dormi tard attendant avec impatience le dernier journal de l’unique radio à l’époque pour espérer avoir le résultat d’un match. Mais lorsque je te savais dans le onze de départ, j’étais à priori rassuré. Toi avec Diakhaby sur le flanc, Roger et Ignace dans l’axe sans oublier l’élégant capitaine Sadio Demba, Fidel, le régulateur du milieu. Avec comme gardien du temple Cheikh Oumar Sy Disco ou Mamadou Salla. Jeanne d’Arc, club de mon enfance, je chante ton héros oublié. Baba Touré, l’enfant terrible du football Sénégalais, le joueur qui a certainement le plus marqué les jeunes de son époque et qu’on surnommait Kempés, le prodige argentin avant Diego et Messi. En effet, beaucoup de nos amis portaient le sobriquet de Baba Touré soit pour inspiration soit par consécration. Certains trainent toujours ce surnom au point qu’on oublie leur véritable patronyme. Tu as toujours été un sportif. Tu étais toujours présent au stade pour vivre ta passion et certainement revoir les images défiler dans ta tête, tes images qui ont marqué Demba Diop surtout lors de la finale de la coupe du Sénégal contre le Casa ou les chauds derbys. Ces JA- JARAAF qui nous faisaient rêver et souvent nous faisaient pleurer lorsque les co-équipiers de Boy Bandit et Quénum brisaient notre espoir comme ce fut le cas lors du match inaugural du stade Léopold Sedar Senghor. Une chose est sûre Baba : ton ombre va continuer de planer sur le stade Demba Diop et tes actions d’éclat inspirer les jeunes générations.

Repose en paix champion.

Moussa TAYE

Comments are closed.