Hydroxychloroquine : l’Agence du médicament recense 500 cas d’effets indésirables

L’hydroxychloroquine, prônée par le professeur Raoult, est à nouveau pointée du doigt pour sa cardiotoxicité. D’après une étude espagnole elle entraîne aussi des troubles neuropsychiatriques.

Les signalements d’effets indésirables des traitements liés au Covid-19 atteignent plus de 500 cas, selon un point de l’Agence du médicament (ANSM), qui souligne en particulier que le « signal de cardiotoxicité » de l’hydroxychloroquine « continue à être confirmé ».

L’agence sanitaire indique par ailleurs avoir été informée par l’Agence espagnole des médicaments (AEMPS) de la survenue chez des patients atteints de Covid-19, traités par hydroxychloroquine, de troubles neuropsychiatriques connus : soit six cas dont trois suicides et une tentative de suicide. L’agence française n’a pas pour sa part eu de signalement de troubles neuropsychiatriques graves comparables à cette date.

Ces troubles neuropsychiatriques sont apparus principalement pendant les premiers jours de traitement, à des doses élevées, y compris chez des patients sans antécédents psychiatriques.

L’ANSM rappelle que le risque de troubles neuropsychiatriques est déjà connu avec l’hydroxychloroquine et la chloroquine (psychose, nervosité, insomnies, dépression, etc.) et pourrait être aggravé par le contexte lié à la pandémie et au confinement. Une évaluation à ce sujet est en cours au niveau européen.

Moins de traitements à l’hydroxychloroquine en ville

Concernant les autres effets indésirables surveillés, l’ANSM remarque que « le nombre de cas d’effets indésirables cardiaques des traitements avec l’hydroxychloroquine seule ou en association connaît une augmentation moins importante par rapport aux semaines précédentes ». Elle fait état d’une baisse assez significative de son utilisation tant en ville qu’à l’hôpital.

En tout, « au 12 mai, 562 cas d’effets indésirables ont été déclarés en lien avec une infection à Covid-19, dont 78 % de cas graves, concernant 64 % d’hommes », détaille l’ANSM, qui avait annoncé plus de 300 cas le 25 avril et une centaine le 10 avril.

Parmi ces cas, 348 (62 %) sont imputés aux médicaments utilisés dans le traitement du Covid-19, les autres cas étant répartis entre les médicaments ayant pu aggraver la maladie (12 %) et les cas liés aux autres médicaments prescrits chez ces patients (25 %).

Comments are closed.