More

    Idy-Sonko : Confrontation inévitable en 2024

    Idrissa SeckOusmane Sonko. Le premier était arrivé deuxième à la dernière présidentielle et le second, troisième. Cet état de fait leur donne beaucoup d’avantage à la prochaine présidentielle, constate Senegal7. Ils seront parmi les candidats les plus en vue.
    En ce sens, leur confrontation est inévitable. Car, si l’on se fie aux propos de Moustapha Diakhaté, dans la presse, «le candidat que Macky Sall présentera n’ira même pas au second tour».
    Sonko sur les traces d’Idrissa Seck ?
    En 2007, le patron du parti Rewmi, Idrissa Seck participait pour la première fois à l’élection présidentielle de 2007. Il avait obtenu 14, 93% des voix, en se classant deuxième après le Président sortant, Me Abdoulaye Wade, qui, lui, a obtenu 55,90% des voix. En 2019, Ousmane Sonko, fondateur du parti « Pasteef » inaugurait son baptême de feu politique, en participant à la présidentielle de la même année. Au bout de la course électorale, il termine 3ème avec 15, 67%, juste derrière ce même Idrissa Seck qui a été devancé par le président sortant Macky Sall, qui a pu éviter un deuxième tour, grâce à un score, plus qu’honorable de 58, 27% de voix. Les points de ressemblance entre Idrissa Seck « Ndamal Kadior » et Ousmane « le Salafiste », ne s’arrête pas là.
    Idy, comme aiment l’appeler ses militants, a usé d’un populisme, teinté d’un discours aux allures religieuses. Il aimait si bien agrémenter ses propos politiciens par des versets coraniques et des « hadiths ». Depuis sa reconversion au mouridisme, en 2018/2019, il a troqué versets et hadiths contre les « Qassaïdes » du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. Avant de récolter les dividendes de son allégeance à la voie de Cheikh Ahmadou Bamba, Idy profita d’une conférence de presse pour s’adonner allègrement à ses envolées lyriques politiciennes et commit des impairs concernant le statut de la Kaaba, de Bayt Al Maqdiss (lieux saints de l’islam) et de la question palestinienne. Cela, lui a valu un lynchage médiatique dont il ne s’est jamais relevé. Ousmane Sonko lui, fait du populisme de bas étage, dont le leitmotiv reste la lutte contre « le système ». Au nom de cette guerre sainte, il avait sorti une fatwa, selon laquelle, les quatre premiers présidents du Sénégal notamment Léopold Sedar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et Macky Sall mériteraient la potence. Contrairement à Idy qui portait fièrement le sobriquet de « mara »(diminutif de marabout), Sonko lui, récusait le qualificatif de « salafiste » et fait tout pour que sa barbichette d’un vice émir de Daéch ne soit interprété comme le signe distinctif d’un islamiste bon teint.
    Pris dans son propre piège, Sonko a profité de la célébration de la journée du 8 mars pour s’adresser aux femmes de son parti. Là, il enfile son turban de « guide religieux » pour interpréter devant des fans médusés, les versets 10, 11 et 12 de la sourate at-tahrim ( l’interdiction).Il prend toutefois la précaution de dire à son auditoire : « Je sais que vous n’avez pas l’habitude de m’entendre parler de quelque chose qui m’est cher, mais aujourd’hui, je vais tordre la règle et vous entretenir de la conception que j’ai de la femme », a-t-il dit avant d’arborer la toge d’un « moufassir » ( commentateur du saint coran).
    En effet, ce qui intéresse le populiste, c’est le pouvoir, quel que soit le mode par lequel, on le conquiert. Compte tenu de l’impact du discours religieux sur la société sénégalaise, rien n’exclut de voir un jour, Ousmane Sonko marcher sur les traces d’Idrissa Seck, en essayant de tenter la manipulation de l’opinion via la récitation de versets et de sourates, mais dans un tel cas, il risquerait de commettre les mêmes erreurs qu’Idrissa Seck.
    …le loup sort du bois…
    Cela correspondant à la stratégie adoptée par l’ancien Premier ministre, par ailleurs leader du parti Rewmi, Idrissa Seck.
    Au sortir de la présidentielle qui a été une véritable déception pour lui et sa coalition, l’ancien maire de Thiés, s’était fait désirer. Au point que le Sénégalais lambda s’interroger sur son avenir politique.
    Cependant, en fin stratège politique qui était des années durant aux côtés du charismatique, Abdoulaye Wade, Idrissa Seck sait choisir les bons moments de communiquer.
    Car, ces derniers moments alors que les élections locales se profilent à l’horizon, il réapparait.
    Aphone depuis la présidentielle, Idrissa Seck, le patron de Rewmi prépare pourtant activement cette échéance. C’est du moins ce qu’affirme Jeune Afrique.
    « Loin d’être inactif, l’ancien Premier ministre d’Abdoulaye Wade se démène en coulisses. Depuis plus d’un an, Idrissa Seck noue des alliances en vue des municipales et des départementales. Déjà, il peut compter sur le soutien de Malick Gakou (Grand Parti), de Madické Niang (ex-PDS), de l’ancien premier ministre Cheikh Hadjibou Soumaré et de I’ex-maire de Dakar Pape Diop », soutient l’hebdomadaire dans une édition spéciale, numéro 3090, juillet 2020.
    Idy-Sonko, le combat avant la guerre
    Le parti Rewmi est sur les pas du parti PASTEF de Ousmane SONKO qui avait fait preuve d’innovation lors de la dernière Présidentielle pour financer sa campagne électorale. En effet, selon l’AS, Idrissa Seck prépare déjà la prochaine élection présidentielle. D’ailleurs les militants de Rewmi ont déjà l’esprit tourné vers la présidentielle de 2024, notamment au niveau de la diaspora. Elle a déjà lancé la mobilisation en perspective de l’élection. En Espagne, les militants ont lancé un nouveau concept dénommé «Rewmi diaspora stratégie» (RDS).
    L’objectif de ces militants de Rewmi basés à l’étranger est de participer au financement de la campagne de leur leader Idrissa Seck. Sur sa page Facebook, Mady Dian Cissé a expliqué le processus à suivre pour collecter des sous. A l’en croire, ceux qui souhaitent rejoindre l’initiative ont plusieurs moyens de le faire, avec la grande transparence.
    Tout compte fait, en se tournant d’abord vers la diaspora, Idrissa Seck veut rectifier le tir. Car, lors de la dernière présidentielle, son score au niveau de la diaspora a influencé négativement son électorat.
    Aujourd’hui, il courtise les Sénégalais de l’étranger pour damner le pion au leader de Pastef.
    Ce qui montre que la confrontation entre Idrissa Seck et Ousmane Sonko sera inévitable en 2024. En ce sens que chacun de ces deux veut conquérir le pouvoir.

    Senegal7

    A lire également  MON SECRÉTAIRE GÉNÉRAL, CE VISIONNAIRE...

    Articles récents

    Air Sénégal : Reprise timide des vols internationaux

    La compagnie aérienne Air Sénégal annonce la reprise de ses vols internationaux après plusieurs mois d'arrêt en raison de la pandémie de...

    Covid-19: Un vaccin efficace à 95% annoncé

    La société pharmaceutique Moderna annonce que son candidat vaccin contre la Covid-19 est à 94,5% efficace pour réduire le risque de contracter...

    TOUBA – 4 CENTRES COMMERCIAUX DU MARCHÉ OCASS RÉDUITS EN CENDRES

    C’est la catastrophe au marché Ocass de Touba. Pour cause, un incendie d’une rare violence s’y est déclaré vers une heure du...

    LA RÉACTION D’ABDOULAYE WADE À L’ANNONCE DE SON DÉCÈS PAR RFI

    La nouvelle a rapidement fait le tour du web. Victime d’un bug lié à la migration de son site vers un autre...

    Abdoulaye Diouf Sarr : « Le Sénégal fera partie des pays qui auront le vaccin contre la covid-19 »

    La recherche du vaccin contre le covid-19 se poursuit à l’échelle internationale. Une fois découvert, le Sénégal se positionne pour faire bénéficier...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles