More

    «Il faut rester debout» : la deuxième vie de Lassana Bathily

    C’est chez son éditeur que Lassana Bathily nous reçoit. Chemise et pantalon en jean. Casquette vissée sur la tête, il revient de quatre heures de reportage avec une chaîne allemande. Il semble épuisé. Ses nuits sont courtes, il a du mal à dormir et il est en pleine promotion de son livre à paraître le 6 janvier prochain. Je ne suis pas un héros, c’est le titre de son ouvrage édité chez Flammarion. «On me connaît pour ce que j’ai fait le 9 janvier 2015, mais pas d’où je viens, ni qui je suis vraiment. J’avais envie de raconter mon parcours. De mon enfance au Mali jusqu’à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes en passant par mes galères à mon arrivée à Paris». Il y a tout juste un an, la France découvrait son visage, celui d’un «héros national». Le 9 janvier 2015, le jeune Malien de 25 ans dit avoir caché des otages d’Amedy Coulibaly dans une chambre froide du magasin avant de parvenir à s’enfuir et aider la police à préparer l’intervention du Raid. Sans papiers, vivant en France depuis 2006, le jeune homme s’est retrouvé, sans le vouloir, entraîné dans un tourbillon politico-médiatique.

    De Washington à Cleveland

    En l’espace de quelques mois, il a obtenu la nationalité française, rencontré François Hollande, Barack Obama et beaucoup voyagé. Interviews, cérémonies d’hommage, invitations officielles à l’étranger… Il est plusieurs fois invité aux États-Unis (Washington, New York, Cleveland…) et célébré au Mali, où il retrouve sa famille durant quelques semaines. À chaque fois, les questions sont les mêmes: «Comment vous, musulman, avez-vous pu sauver des juifs?», «qu’est-ce que ça fait d’être un héros?».

    Pour le jeune homme, son geste n’avait rien d’héroïque. Il n’a cessé de le répéter au fil des mois. «Ce que j’ai fait, c’est naturellement que je l’ai fait. Je ne me suis pas demandé si c’étaient des chrétiens ou des juifs. Pour moi, c’étaient juste des clients et des otages en danger. Je regrette seulement de ne pas les avoir tous sauvés», déclare-t-il lors d’une cérémonie organisée en mars dernier à Los Angeles par le centre Simon Wisenthal, organisation internationale juive qui lutte contre le racisme et le terrorisme à travers le monde. Il y recevra la médaille du courage.

    Difficile d’être un «héros»

    Tout n’a pas été facile durant ces mois de gloire. «Certes, j’ai connu des moments très agréables (…) Mais très durs aussi. Je n’étais pas préparé à telles situations. Être ovationné à Paris, Bamako, Washington, New York… n’est en rien aisé. Et subitement, j’étais amené à me poser de nombreuses questions. Est-ce que je mérite toutes ces louanges?», s’interroge-t-il dans son livre. Il se souvient aussi des critiques. Dans un article publié dans Libération en juin dernier, des otages qui se trouvaient au sous-sol de l’Hyper Cacher remettent en question le rôle joué par Lassana Bathily.

    «Effectivement», il «nous a proposé de nous sauver», raconte alors Jean-Luc. «Mais il n’a pas pu nous sauver, puisque nous avons tous refusé. Dehors, il a aidé la police. Les médias et les officiels ont voulu enjoliver le tableau, ajoutant qu’il nous aurait fait descendre, cachés, etc. Ce n’est pas vrai, mais ce n’est pas de la faute de Lassana. À ce moment-là, la France avait besoin d’un héros». Interrogé à ce sujet, le jeune Franco-malien répond que ces propos lui ont «fait mal au cœur». Il en parle aussi dans son livre: «Certains ont prétendu que mon rôle à l’Hyper Cacher s’est limité à sauver ma peau. Des paroles qui m’ont dérangé et attristé. Les personnes présentes au cours de l’attaque et les policiers que j’avais renseignés une fois sorti, eux, peuvent témoigner», rétorque-t-il.

    A lire également  EN PRIVE AVEC TOUMANY DIABATE ‘’Sidiki Diabaté et moi…’’

    Déçu par l’Hyper Cacher

    Une fois passés les polémiques et les honneurs, ses proches finissent par lui conseiller de se mettre en retrait. «D’après eux, je me mettais en danger en m’exposant de la sorte (…) j’ai suivi leurs conseils». Lassana Bathily reprend alors sa place «d’homme ordinaire» et repart travailler. Au lendemain de la prise d’otages, plusieurs entreprises lui ont proposé un emploi, dont Air France et la mairie de Paris. «Mais je ne me voyais pas changer d’employeur», explique-t-il. L’Hyper Cacher lui propose de reprendre le même poste qu’il occupait. Une déception. «Selon les membres [de la direction], il n’y avait aucune raison de me faire une offre plus intéressante dans un autre point de vente de la chaîne par exemple. Je me suis senti insulté», témoigne le jeune homme titulaire de deux CAP peinture et carrelage. «N’avoir pour toute perspective qu’un poste de manutentionnaire, comme avant, m’a paru inacceptable (…) Certains ont raconté que j’étais effrayé de retravailler à l’Hyper Cacher. Mais ce n’est pas une question de peur. Dans la vie, il faut progresser».

    A lire également  EN PRIVE AVEC TOUMANY DIABATE ‘’Sidiki Diabaté et moi…’’

    Aujourd’hui, Lassana Bathily a retrouvé une vie plus paisible. Il vit dans le XIe arrondissement et travaille pour la mairie de Paris en tant que technicien «dans l’évènementiel»: il monte les «sonos» les jours de match ou installe «les lumières» lors de conférences de presse. Ces six derniers mois, il a également suivi des cours de français. «Mon entourage me dit que j’ai progressé. Je suis content car c’est important pour moi de bien parler». Mi-décembre, il a obtenu sa carte d’identité, une «grande fierté» pour lui. «Je l’ai toujours sur moi et en plus, elle est valable jusqu’en 2030», fait-il remarquer en la sortant de son sac.

    «Ça m’a fait revivre l’attaque de janvier»

    Que va-t-il faire maintenant? «On ne peut pas dire qu’on est Français et ne rien faire après», s’amuse le jeune homme. «Maintenant que mon livre est terminé, je vais m’occuper de mon association». Le jeune homme compte développer des projets d’aide au développement pour son village au Mali et aider les jeunes des quartiers défavorisés en France. «Je trouve qu’on parle beaucoup trop de religion et qu’on fait beaucoup de polémiques. Pour moi, la religion est une question de vie privée. On ferait mieux de trouver des solutions pour mieux vivre ensemble». Pour l’heure, l’association a déjà un site Internet mais n’est pas encore active. Elle devrait être sur pied dans les mois à venir.

    Le vendredi 13 novembre au soir, Lassana Bathily se trouvait à quelques mètres du Bataclan. «J’étais vers la place de la République avec des amis. Quand j’ai entendu les premiers tirs, j’ai cru que c’étaient des pétards et puis j’ai compris». Rapidement, il trouve refuge dans un bar où il restera «coincé» jusqu’à 5h du matin. «Cette nuit était dramatique. Ça m’a fait revivre l’attaque de janvier». Il pense alors aux victimes. «Je veux leur dire qu’il faut savoir rester debout, être solidaire et ne pas rester seul. C’est important de sortir, d’être entouré et de continuer comme avant. Moi aussi j’avais peur au début, et puis je suis sorti de chez moi et j’ai continué à vivre. C’est ça qui m’a aidé». Mardi, il s’est rendu devant le magasin Hyper Cacher où une plaque commémorative a été apposée en présence du président François Hollande, du premier ministre Manuel Valls et de la maire de Paris, Anne Hidalgo.

    Lefigaro.fr

    Articles récents

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Urgent-Touba : Serigne Mountakha donne le Ndiguel pour la célébration du Grand magal…

    La décision a été confirmée par le Khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Regardez...

    Limogeage de Me Moussa Diop: 3e mandat, l’arbre qui cache la forêt

    Me Moussa Diop a été limogé ce mercredi 02 septembre 2020 de la direction générale de Dakar Dem Dikk (DDD). Un limogeage...

    LE CÉLÈBRE GENTLE MARA CONDAMNÉ À 3 MOIS DE PRISON ET 4 MILLIONS FCFA

    Diab Seck alias Gentle Mara est envoyé à l’hôtel zéro étoile, loin des strass et des paillettes, pour un séjour de 3...

    SUSPECTÉE D’AVOIR TUÉE SA FILLE ENCEINTE DE 6 MOIS : AWA DIOUF ARRÊTÉE À SALY

    Rebondissement dans l’affaire de la fille qui a été retrouvée morte dans les toilettes de son domicile sis au village de Mbafaye,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles