More

    Immobile alors que ses principaux responsables sont en prison : Le Pds est-il en fin de cycle ?

    Dakar. City's portrait.Le Parti démocratique sénégalais (Pds), porté sur les fonts baptismaux en 1974 par Me Abdoulaye Wade dans un contexte on ne peut plus difficile, est-il en fin de cycle ? Tout porte à le croire car, en l’absence de son créateur et principal bailleur, ce parti n’existe qu’à travers les médias. Et les faits le démontrent à souhait. Depuis 2012, le pouvoir ne cesse de poser des actes visant à démanteler le Pds sans avoir à rencontrer une quelconque résistance. Victor Diouf, Secrétaire général du Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel), Toussaint Manga, Secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl) de même que nombre de leurs camarades en prison pour le délit de trouble à l’ordre public, ne sentent pas le soutien de leur formation politique. D’autant qu’aucun acte, même pacifique, n’a été posé par la direction de leur parti pour exiger leur libération.

    Auparavant, le fils de l’ancien Président Wade, poursuivi par la Crei et condamné pour le délit d’enrichissement illicite, lors d’un procès fleuve, a vécu le même sort. A l’exception des mouvements de soutien, dont le plus en vue, est le Mouvement libérez Karim (Mlk), les principaux responsables du Pds ont brillé par leur mutisme et leur manque de solidarité. Idem pour le Secrétaire général adjoint, Oumar Sarr, en détention préventive, pour le délit faux, usage de faux et diffusion de fausses nouvelles, suite aux révélations de Lamine Diack sur de l’argent qu’il a remis à l’opposition, aujourd’hui, au pouvoir.

    A lire également  Burundi : L'Onu dresse un tableau alarmant sur la situation
    A lire également  Barthélémy Dias avertit Macky Sall: "Il y'aura pas d'élection, si nous n'avons pas de fichier électoral"

    Tout ce beau monde en prison, le Secrétaire général national à Versailles, le Pds se contente d’inonder les rédactions de communiqués et autres déclarations. Alors qu’il aurait fallu resserrer les rangs et densifier la lutte, en usant de procédés légaux, pour obtenir gain de cause. Mais, les uns et les autres se positionnent pour l’après-Wade d’où la création d’un courant de pensée animé par des soi-disant réformateurs avec à leur tête Modou Diagne Fada. Autant de signaux qui augurent d’un déclin du Pds qui, pourtant, a joué un rôle on ne peut plus important dans la consolidation de la démocratie au Sénégal. Mais, ces acquis ont eu lieu après d’âpres combats menées par Me Wade & Cie qui ont pleinement joué leur partition. En ayant compris, très tôt, qu’en politique, rien ne se donne mais se conquiert.

    www.dakar7.com

     

     

     

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles