IMPOSSIBLES RETROUVAILLES SOCIALISTES


Quand la rose exhale son pollen, c’est la nation qui éternue. La morve politisée à outrance entraîne tout son monde à  vau l’eau, l’accessoire prenant le pas sur le principal. Le Parti socialiste est un patrimoine historique pour la nation et un contrat d’avenir pour nous militants socialistes.
 
Notre organisation inspire par sa structuration façonnée durant plus d’un demi-siècle de pratique notamment de la gestion de l’État. Les vicissitudes de la politique ont vu le PS connaître beaucoup de départ qui ont, à chaque fois, semblé annoncer une implosion. Mais que nenni ! Le parti, tel le sphinx, survit aux hommes, aux générations et même à l’histoire.
 
Le débat relatif aux retrouvailles au Parti socialiste est soulevé depuis quelques temps dans le landerneau politique. Le retour de camarades transhumants, démissionnaires ou exclus est dans l’ordre des choses tout à fait souhaitable. Il est bien reconnu qu’en politique, mieux vaut additionner que soustraire. Toutefois, il s’agit plutôt d’en apprécier le moment opportun. Cette question est de souveraineté, vu les incidences que cela devrait engendrer. En effet le processus des renouvellements déjà entamé doit se terminer, avant que ce chantier long et sinueux des retrouvailles inclusives ne soit engagé. Ainsi une fois élu après le prochain congrès, le nouveau secrétaire général aura alors toute la latitude de discuter aussi bien avec les partis de la gauche d’obédience socialiste que ceux de nos camarades bannis plus récemment de nos rangs. Le Secrétaire général est alors investi par le congrès de toutes les prérogatives pour traiter légitimement de ces questions.
 
Ni la passion, encore moins la précipitation ne pourraient mener à la sérénité de mise pour engager des discussions devant mener à des retrouvailles sincères. Il faut dire que la fracture ouverte depuis la manifestation de velléités subversives, ayant comme toile de fond la réalisation d’ambitions présidentielles personnelles précoces, ne saurait se refermer en un coup de baguette magique. Certains de nos camarades n’ont pas su mettre en avant et prioritairement l’intérêt supérieur de notre organisation, à travers le respect de la hiérarchie et de la discipline de parti. La tension lancinante entretenue devait alors atteindre son paroxysme un certain cinq mars, ponctuée d’agressions physiques sur des responsables loyaux à la direction du parti. L’exclusion des dissidents s’en suivit naturellement.
 
Une organisation bien structurée se reconnait dans sa capacité de résilience lorsqu’elle est agressée de l’intérieur…, comme de l’extérieur ! Cette capacité à retrouver son état normal, et à rester debout à chaque fois qu’on la croit à terre, abattue ou vaincue, est le secret de la longévité inaltérable de notre formation politique, malgrè les aléas de la camaraderie et les bégaiements de l’histoire. Bref, cette qualité suppose que les conditions soient réunies pour permettre à l’organisation de triompher des différents traumatismes qu’elle a subis. Les ressources existent et doivent donc etre mises à contribution pour ce but précis.
 
Mais que penser alors des perspectives politiques du Parti socialiste dans la coalition Benno Bokk Yakaar dans cette perspective ? Qui peut envisager un retour du PS dans l’opposition, côtoyant le PDS dont on avait grandement contribué à la défaite en 2012 ? Que dire alors de retrouvailles avec le camp des Khalifistes si l’on sait que ces derniers connaissent dans leurs rangs des inconditionnels qui s’accommoderaient difficilement d’un retour docile de leurs mouvements et de leur mentor dans les rangs du Parti socialiste, alors qu’ils n’ont jamais pensé y militer ? N’est-ce pas un casus belli ?
 
Voilà une multitude de questionnements auxquels toutes réponses tanchées revêtiraient indubitablement un caractère loufoque, voire utopique. C’est bien de ce cadeau de remariage dont la Pari socialiste serait amené à s’accommoder si de telles retrouvailles devraient être envisagées en ces moments. En l’état actuel des choses, toutes retrouvailles sincères ne sauraient être fusionnelles au regard de ce contexte. Tout au plus, Il serait plus judicieux et plus sage d’envisager une forme d’alliances organiques circonstancielles avec toutes obédiences d’idéologie socialiste du fait de la complexité des approches d’un bord comme de l’autre.
 
Mamadou Mbodji Diouf
MBA Paris Dauphine
Membre du Bureau Politique du Parti Socialiste

Commentaires

commentaires