More

    Industries créatives : L’Ugb ambitionne de créer un cluster culturel

    Dr Saliou Ndour, enseignant chercheur, a réaffirmé la farouche volonté des autorités universitaires de Saint-Louis d’aménager un espace qui sera dédié à la création et à l’innovation, permettant aux ressources créatrices de s’exprimer. Ce sera un cadre d’interaction entre plusieurs acteurs : artistes, étudiants, chercheurs, enseignants, créateurs, artisans. M. Ndour s’exprimait à l’occasion d’une grande conférence publique sur les industries culturelles et créatives, organisée par l’Association des diplômés sénégalais de l’Université Senghor d’Alexandrie (Adissen).

    Introduisant la conférence sur le thème « Les industries culturelles et créatives : Quelles opportunités pour le Sénégal ? », organisée à l’Ugb par l’Adissen (Association des diplômés sénégalais de l’Université Senghor d’Alexandrie d’Egypte), l’enseignant-chercheur, Dr Saliou Ndour, a laissé entendre qu’aujourd’hui, dans un contexte de mondialisation caractérisé par des difficultés de tous ordres, il urge d’identifier les secteurs susceptibles d’apporter une valeur ajoutée. En se tournant vers les ressources endogènes, il est possible, en faisant preuve d’imagination créatrice, d’explorer de nouveaux horizons.

    Selon M. Ndour, face à une exigence  de mutualisation des compétences, des ressources, des pratiques, des savoir-faire, des idées et des connaissances, l’Ugb compte s’inspirer des modèles de constitution de pôles pour offrir un espace d’expression et de partage à tous les créateurs, particulièrement à la communauté universitaire.  L’espace sera également un terrain d’expérimentation des innovations pédagogiques.

    En présence de la présidente de l’Adissen, Mme Ndèye Khoudia Diagne, du directeur du Centre culturel régional, Moustapha Ndiaye Och, représentant le ministre de la Culture et de la Communication, du Dr Ibrahima Thiam, représentant le recteur Baydallaye Kâne, M. Ndour a précisé que l’Ugb regorge d’énormes potentialités créatrices qu’il suffit d’encadrer, de mettre en réseaux et de valoriser pour en tirer des bénéfices considérables.  L’idée, a-t-il poursuivi, est de mettre en synergie des domaines qui, d’habitude, ont des terrains d’expression relativement éloignés tels que les arts et la technologie. Cet espace est innovant et se différencie fondamentalement  de ce qui a existé jusque-là au Sénégal tels que le village des arts, le village artisanal, les galeries d’art. Outre le fait d’être logé dans un espace universitaire où la recherche en est le moteur, la différence se situe dans le pari de laisser libre cours à la création et au dialogue incessant entre les arts et les sciences.

    Sur le plan économique, l’espace devra avoir des retombées positives pour l’institution, les créateurs et l’environnement par  la création d’emplois et la visibilité des œuvres.

    Création et innovation
    L’objet général est de favoriser la création et l’innovation dans l’espace universitaire par la mise à disposition d’un cadre d’expression pour toute la communauté et son environnement.
    Aujourd’hui, de l’avis du Dr Ndour, il faudrait changer de paradigme : l’ère n’est plus à la défense des identités : la politique culturelle, portée à bras-le-corps par une logique économique, est capable de faire de la culture un véritable vecteur du développement. L’ère des industries culturelles commence avec cette rencontre du culturel, de l’économique et du technologique. Pour autant, l’idéologie n’a pas déserté la politique culturelle.

    A lire également  Forum francophone: Dakar recevra l’Afrique "fin 2018’’

    Mme Ndèye Khoudia Diagne, présidente de l’Adissen, a rappelé que cette association, dans le cadre de la décentralisation de ses activités, a porté son choix sur la région de Saint-Louis pour le lancement de sa première activité, qui s’inscrit dans son programme « Une région, un thème ».

    A lire également  UGB: le ministre du Budget rompt le contrat avec l'entreprise CEMPA

    Saint-Louis, a-t-elle souligné, regorge d’énormes potentialités culturelles et abrite l’un des plus grands centre de réflexion de notre pays, l’Ugb, qui a fini de gagner ses lettres de noblesse dans le panthéon du savoir.A en croire Mme Ndèye Khoudia Diagne, les industries culturelles et créatives constituent un secteur à fort potentiel économique qui contribue à la création d’emplois et à la lutte contre la pauvreté. Pour elle, il serait heureux que tous les acteurs du développement culturel de notre pays, en l’occurrence les administrateurs, les universitaires, etc., s’engagent collectivement et solidairement à renforcer davantage le positionnement des industries culturelles et créatives dans les politiques de développement de nos territoires.

     …MME MÉLANIE SADIO GOUDIABY, REPRÉSENTANT LA DIRECTION DE LA FRANCOPHONIE
    « Aujourd’hui, l’attractivité d’une ville se mesure à ses infrastructures culturelles » 
    De plus en plus, il est avéré que les industries culturelles et créatives suscitent davantage d’engouement dans les économies modernes. Chaque territoire, en fonction de ses spécificités sectorielles, développe une activité propre. De fait, chaque ville devrait se doter d’une politique de développement économique, dédiée à des secteurs à fortes composantes créatives et socioéconomiques afin de répondre à la question de l’emploi des jeunes et du mieux-être des communautés.
    C’est ce qu’a déclaré, en substance, Mme Mélanie Sadio Goudiaby, représentant la Direction de la Francophonie, conférencière émérite, qui a contribué efficacement aux débats.
    Elle a précisé qu’il  est aujourd’hui reconnu que les facteurs d’attractivité d’une ville se mesurent grâce aux infrastructures culturelles, aux services de haute technologie, aux bonnes conditions de vie et de loisirs, au dynamisme des communautés culturelles et à la vigueur des industries créatives locales. Ces facteurs d’implantations indirects peuvent aider à stimuler la compétitivité économique des villes et terroirs, le tourisme. Au Sénégal, a-t-elle souligné, des villes sont en train d’être assimilées à un évènement et/ou une discipline : Saint-Louis Jazz, Fesfop de Louga, Festival Koom Koom de Ziguinchor, Bargny Rythmes sur mer, Gorée Diaspora Festival, Festival des Ondes d’intégration de Bakel, Festival des Blues du Fleuve, Festival du Sahel. De plus, les évolutions technologiques font que nous disposons d’une industrie en profonde mutation de l’image, de la presse, de l’édition et de l’industrie musicale. La différenciation entre les créateurs locaux s’apprécie par la qualité des formations, le type d’appui, le type d’évènement, le dynamisme des partenariats, la qualité des expériences et des interactions … Ceci pour faire face à la concurrence des produits culturels importés.

    Le soleil

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles