More

    Instagram : Une enquête révèle l’existence d’une « prime à la nudité»

    Une enquête publiée ce lundi 15 juin sur Mediapart montre les dessous d’Instagram et donne à voir, dans la mesure du possible, le fonctionnement de l’algorithme du réseau social. Et spoiler : ce n’est pas joli, joli.

    Plus tu es nu·e, plus tu seras vu·e et, potentiellement, liké·e. C’est ce que montre l’enquête réalisée par Nicolas Kayser-Bril et Judith Duportail, autrice de L’Amour sous algorithme (éd. Goutte d’Or), travail dans lequel elle nous offrait « une plongée dans les entrailles terrifiantes de Tinder ».

    Le niveau de nudité”, facteur de visibilité

    Révélé ce lundi 15 juin dans Mediapart et repris par Atlanticactu  , cet article a été rendu possible grâce à l’analyse d’un brevet déposé en 2015 “par deux ingénieurs de Facebook, l’entreprise détenant Instagram”. On y apprend en profondeur le mécanisme d’Instagram, et les critères selon lesquels le réseau social décide que les photos des utilisateur·trices pourront bénéficier, ou non, d’une forte visibilité. Le processus commence dès lors qu’un document est posté. Celui-ci est analysé par la plateforme et reçoit ensuite un “score d’engagement qui correspond à la probabilité que tous les utilisateurs ont d’interagir avec un objet multimédia donné”, apprend-on dans l’enquête, financée par l’European Data Journalism Network et Algorithm Watch.Cette étape peut elle-même changer selon différents critères dont certains interrogent quant à l’éthique de l’entreprise. Parmi ceux-là, “le genre”“l’ethnicité” mais aussi “le niveau de nudité” entrent en compte. “L’interface de programmation peut évaluer le niveau de nudité des personnes sur une image, en détectant des bandes de couleurs spécifiques, identifiées comme des nuances couleurs de peau”, révèle l’enquête qui s’appuie sur le document.

    A lire également  Mame Mbaye Niang à Abdoul Mbaye :«Il n’y a aucun parmi nous qui serait en liberté aujourd’hui s’il avait falsifié des registres administratifs… »

    Une menace pour le droit du travail

    Si le réseau social a refusé de répondre aux questions liées à ce facteur de nudité ou d’ethniticité, Nicolas Kayser-Bril et Judith Duportail ont décidé d’observer par eux-mêmes quel était l’impact d’une photo d’une personne dénudée et d’analyser les possibles différences entre le cliché montrant un homme et celui montrant une femme.

    Rebelote. Le réseau social n’a pas souhaité répondre aux sollicitations des journalistes et estime cette enquête “imparfaite” en raison de l’impossibilité de la mener à grande échelle. Pourtant, les résultats de leur analyse menée sur 1 737 publications sont éloquents : “Nos résultats permettent toutefois d’affirmer qu’une photo de femme en sous-vêtement ou maillot de bain est montrée 1,6 fois plus qu’une photo d’elle habillée. Pour un homme, ce taux est de 1,3”, précise l’article.

    Une prime à la nudité qui questionne jusqu’au droit du travail”, écrivent les journalistes qui ont interrogé des influenceur·ses et mis en évidence les failles du “shadow ban”. Cette pratique du réseau social permet de censurer les publications d’internautes ayant mis en ligne des posts jugés“obscènes” ou bien “où la nudité est totale”.

    D’une part, cette méthode est considérée comme menaçante pour la stabilité économique des personnes dont le revenu vient directement d’Instagram, puisque celles-ci n’en sont pas informées et n’ont pas de droit de contestation, selon l’enquête. D’autre part, le fait que “les personnes handicapées, obèses, racisées ou LGBT +” sont largement plus touchées par ce “shadow ban” que les autres montre que ce dernier est biaisé.

    A lire également  À 17 ans, il refuse 8 millions de dollars pour garder son site sur le Covid-19 sans pub

    Articles récents

    Covid-19…Bamba Fall Hospitalisé, Amadou Sall Guéri

    Le maire de la Médina Bamba Fall positif à la covid-19Il n’est pas apparu en public depuis un bon bout de temps. Le très...

    LEVÉE DU CORPS DE MANSOUR KAMA : LE KHALIFE DES TIDJANES BLOQUÉ À L’ENTRÉE

    Venu assisté à la levée du corps de Mansour Kama, le président du Cnes, décédé dimanche, le khalife général des tidjanes n’a...

    LES DERNIÈRES IMAGES DE LA DÉMOLITION DU MARCHÉ SANDAGA

    Sandaga est vidé. Le bâtiment central du célèbre marché du centre vile a été démoli, ce dimanche. Ce 2 août, les bennes...

    DÉCÈS DU KHALIFE DE MÉDINA BAYE, CHEIKH AHMED TIDIANE NIASS

    Médina Baye en deuil. Le khalife général de la ville religieuse, Cheikh Ahmed Tidiane Niass, est décédé, ce dimanche, informent des sources...

    Etats-Unis : ce que pense Trump de la candidature de Kanye West

    Le président américain, Donald Trump a réagi au sujet de la candidature du rappeur milliardaire de 43 ans, Kanye West qui...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles