More

    Ismaila Madior Fall et Ibrahima Faye mettent à rude épreuve l’autorité du Président Macky Sall

    WWW.DAKAR7.COM C’est une lapalissade de dire que, dans l’ensemble, le Président Macky Sall a fait un bon discours à la Nation, à l’occasion du nouvel an, malgré les nombreuses critiques. Non seulement, il a listé ses actions depuis 2012 mais il a aussi dégagé des perspectives pour 2016. De même, ses partisans, qu’il a lui-même coaché, se sont bien défendus dans les plateaux lors des débats. Alors que d’habitude, l’on avait droit à une cacophonie indescriptible. Le lendemain, c’est d’abord son Conseiller spécial, Ismaila Madior Fall, qui met du sable dans le couscous en annonçant la date du fameux référendum pour mai 2016 alors que le Chef de l’Etat s’est tu sur la question.

    Ensuite, c’est son beau-frère, Ibrahima Faye, qui conteste publiquement le coup d’arrêt noté dans la traque des biens mal acquis. «Il est inadmissible que le processus, qui a été déclenché dans le cadre des détournements de deniers publics, ne puisse concerner uniquement que le fils de Abdoulaye Wade, alors qu’il y avait presque 25 personnes qui ont été impliquées dans cette affaire», a soutenu le frère de Marème Faye Sall. Des propos qui sonnent comme une défiance vis-à-vis du Président Macky Sall par ailleurs Chef suprême de la magistrature et au-delà Dame justice. Pis, Ibrahima Faye, qui se réclame d’une légitimité dont on ignore les origines, est allé jusqu’à s’en prendre publiquement à un membre du Gouvernement en la personne de Yaxam Mbaye, Secrétaire d’Etat à la Communication. Conséquence, Abdoulaye Fall, Chef de Cabinet du ministre Mame Mbaye Niang, est entré dans la danse en traitant le frère de la Première Dame d’inconnu dans le bataillon des «apéristes» et de maitre chanteur sur les colonnes de dakaractu.com.

    A lire également  PRIVATISATION DE LA PLAGE D’ANSE BERNARD : LA POSITION DU MAIRE DE PLATEAU RELANCE LE DÉBAT
    A lire également  Le Sida: Enfin un vaccin trouvé!

    Des faits qui remettent au goût du jour l’autorité du président de l’Apr Macky Sall. En effet, pour nombre d’«apéristes» leur leader ne fait pas preuve d’assez d’autorité dans le management de leur formation politique. Des propos confirmés par les faits mentionnés plus haut et par le vice-président à l’Assemblée nationale, Moustapha Cissé Lô, qui disait lors d’une émission à Sen Tv que le problème de l’Apr c’est Macky Sall qui laisse faire. Dès lors, il urge pour le leader de l’Apr de restaurer son autorité dans ses rangs, plus particulièrement auprès de sa famille dont certains ne semblent lui vouer aucune considération.

    www.dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles