More

    J MOINS 2 : MAMADOU TALLA DÉROULE LE PROGRAMME DE LA REPRISE

    « La première condition est le respect du protocole sanitaire. Une fois que ceci est réglé, nous passons à la partie pédagogique ». C’est la consigne donnée par Mamadou Talla, ministre de l’Éducation nationale. La tutelle rassure à deux jours de l’échéance sur les conditions de réouverture des classes d’examen prévue mardi prochain, 2 juin, louant entre autres apports, celui des collectivités locales dans l’effort de guerre.


    16% des 3,5 millions d’élèves concernés

    Invité de l’émission Point de vue sur la RTS, ce dimanche, 31 mai, il assure que « toute la communauté éducative est prête », évoquant la dynamique de reprise observée dans différentes écoles qu’il a visitées : « Jusqu’au moment où on parle, on est dans les temps de sauver l’année. »

    D’emblée, il rappelle « que quand il s’est agi de protéger les 3,5 millions d’élèves, leurs enseignants, et leurs familles, l’accès à l’école a été fermé. » Pourquoi ouvrir aujourd’hui ? Il met en avant deux certitudes. D’abord, détaille-t-il : « On sait que la maladie est encore là, donc, il faut vivre avec. » Ensuite, « pour le moment, on n’a pas de vaccin, il suffit tout simplement d’utiliser les mesures barrières. »

    « Partant de ces deux éléments et sachant que le jeune sénégalais a droit à l’éducation, le chef de l’État, (Macky Sall), a décidé qu’on puisse reprendre les cours, ne serait-ce que pour les trois classes d’examen (CM2, 3e et Terminale) », ajoute-t-il, soulignant que ces apprenants représentent 16% de l’effectif des élèves.

    Ce dimanche, dernier jour du convoyage

    Avant d’en venir au sujet polémique concernant le retour des enseignants vers leur lieu d’affection : « Nous avons installé au niveau du ministère de l’Éducation nationale, un comité extrêmement large où nous avions quatorze ministères qui étaient représentés. En parlant du transport, vous me permettrez de remercier le ministre du Transport qui a mis à notre disposition des directeurs, des techniciens, des chefs de services qui ont une expertise dans ce domaine. Qui ont eu à gérer ce dispositif de transport. Mais ce n’est pas du tout évident, quand on sait que c’est plus de 14 mille enseignants à transporter. L’algorithme est tellement complexe que ce n’est pas seulement de région à région. Au début c’était ça mais le président (Macky Sall) a dit non : ‘’continuez jusqu’au niveau départemental’’. Donc, c’était Dakar-Goudomp, Dakar-Saint Louis, Dakar-Rosso. Vous repartez partout dans le Sénégal. Globalement, cela s’est bien passé. Mais le premier jour effectivement, il y a eu beaucoup de monde. Ça, on le reconnait. Il y en a qui était venus pour regarder, il y avait aussi l’administration qui était là, les ministères, les personnes qui devaient repartir le lendemain et même le surlendemain, ont voulu venir voir… »

    A lire également  Retard de trois mois de salaires: Les contractuels menacent d'aller en grêve

    Au total, 19 mille enseignants sont concernés par la reprise des cours le 2 juin, soit 20% de l’effectif global : « Cela veut dire que les 80% des enseignants sont déjà sur place avant même qu’on transporte », précise la tutelle, soulignant « plus de 10 mille enseignants ont été transportés hier (samedi, 30 mai) compte non tenu des déplacements entre régions. Ce dimanche, 31 mai, est le dernier jour » du convoyage, qui concerne également des élèves, et des familles d’enseignants.

    Par ailleurs, corrige-t-il, les deux enseignants testés positifs à Ziguinchor ne sont pas liés au transport, affirmant que « l’un était à l’extérieur du Sénégal, et qu’il est revenu avant même (le démarrage du transport). En réalité, à Ziguinchor, c’est avant-hier qu’on a commencé les opérations. Un autre qui vivait au niveau local et qui a des contacts comme ce qui se passe un peu partout à Dakar. » Et, déclare-t-il, « il est même précisé dans notre protocole sanitaire que s’il y a un enseignant ou un élève qui a certaines maladies qu’il n’ait pas accès à l’école. »

    A lire également  DECLARATION LIMINAIRE DU COLLECTIF DES ETABLISSEMENTS PRIVES D’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL CEPEP

    « Y aller avec méthode à Dakar »

    S’agissant de Dakar, il annonce un dispositif particulier pour la capitale sénégalaise devenue l’épicentre de la pandémie, avec les ¾ des cas recensés au Sénégal. « Le ministère du Transport a décidé de reprendre le transport scolaire avec des lignes spécialement pour les élèves surtout qu’à Dakar, il faut y aller avec méthode », dit le ministre de l’Éducation nationale. Qui rappelle qu’un décret va réaménager le calendrier scolaire.

    En attendant, les élèves des classes intermédiaires, qui « ne sont pas laissés en rade », continueront à suivre les cours via les plateformes numériques. « Nous avons utilisé ce qui était à notre portée dans ce 21e siècle c’est-à-dire le numérique », conclut-il.

    Articles récents

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Entretien explosif avec un ex-pensionnaire des centres de redressement de Kara

    Il se nomme Moustapha Mbaye, un ex-pensionnaire des centres de redressement de Serigne Modou Kara Noreyni. Âgé seulement de 25 ans, ce...

    BRT : LES IMPACTÉS REÇOIVENT PLUS DE 4 MILLIARDS F CFA

    Les personnes affectées par le projet (PAP) Bus rapid transit (BRT) ont reçu plus de quatre milliards F CFA, en guise d’indemnisation....

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles