‘J’ai été violée à 14 ans, et la vidéo a fini sur un site porno’

L’année dernière, Rose Kalemba a écrit un billet de blog expliquant combien il avait été difficile – lorsqu’elle a été violée à l’âge de 14 ans – de faire retirer une vidéo de l’attaque d’un site web porno populaire. 

Des dizaines de personnes l’ont ensuite contactée pour lui dire qu’elles étaient confrontées au même problème aujourd’hui.

L’infirmière s’est arrêtée à l’entrée de la chambre d’hôpital de Rose et s’est retournée pour lui faire face.

« Je suis désolée que cela vous soit arrivé », dit-elle, la voix tremblante. « Ma fille a été violée aussi. » 

Rose a regardé l’infirmière. Elle ne pouvait pas avoir plus de 40 ans, se dit Rose, sa fille doit être jeune, comme moi.

Elle repensa au matin suivant l’agression, aux conversations avec le policier sans émotion et le médecin clinicien. 

Tous avaient utilisé le terme « présumé » en référence à la violente agression qui avait duré des heures durant la nuit et que Rose leur avait décrite. 

À l’exception de son père et de sa grand-mère, la plupart de ses proches ne l’avaient pas crue non plus.

Avec l’infirmière, c’était différent. 

« Elle m’a cru », dit Rose.

C’était une petite lueur d’espoir – quelqu’un qui reconnaissait et admettait ce qui lui était arrivé. 

Une vague de soulagement s’est abattue sur elle, qui semblait pouvoir être le début de son rétablissement.

Mais bientôt, des centaines de milliers de personnes allaient voir le viol de leurs propres yeux et ces téléspectateurs ne lui témoignaient aucune sympathie.

Short presentational grey line

Une décennie plus tard, Rose Kalemba brosse ses cheveux noirs épais à hauteur de cuisse devant le miroir de la salle de bains, en faisant tourner les pointes avec ses doigts pour former des boucles naturelles. 

Cela n’aurait pas été le cas dans les mois qui ont suivi son agression – tous les miroirs de sa maison ont dû être recouverts de couvertures, car elle ne supportait pas d’attraper son reflet. 

Elle a maintenant 25 ans et elle a organisé des routines de soins personnels dans sa vie quotidienne. 

Prendre soin de ses cheveux en est une. 

Les peigner demande du temps et des efforts, c’est presque un acte de méditation. 

Elle sait qu’elle a de beaux cheveux, les gens les commentent tout le temps.

Chaque matin, elle se fait aussi une tasse de cacao, une forme pure et brute de chocolat qui, selon elle, a des vertus curatives, et elle note ses objectifs dans un journal.

Elle les met délibérément au présent. 

« Je suis une excellente conductrice » est un de ses objectifs. 

« Je suis heureuse en mariage avec Robert » en est un autre. 

« Je suis une excellente mère » aussi fait partie de ses buts.

Assise pour parler, Rose passe ses cheveux sur ses épaules – ils recouvrent la plus grande partie de son corps, sa propre armure. 

Ayant grandi dans une petite ville de l’Ohio, il n’était pas rare que Rose se promène seule avant de se coucher. 

Elle se vidait la tête, elle appréciait l’air frais et la paix. 

Cette soirée de l’été 2009 a donc commencé, comme pour la plupart des jeunes filles de 14 ans.

Rose Kalemba enfant, en train de lire
Image captionRose dans sa jeunesse, avec des jouets et des livres

Mais alors un homme est apparu de l’ombre. Il l’a forcée à monter dans une voiture à la pointe du couteau. Un deuxième homme, âgé d’environ 19 ans, était assis sur le siège passager – elle l’avait vu en ville. 

Ils l’ont conduite dans une maison de l’autre côté de la ville et l’ont violée pendant 12 heures, tandis qu’un troisième homme filmait des parties de l’agression.

Rose était en état de choc – elle pouvait à peine respirer. Elle a été violemment battue et poignardée à la jambe gauche, ses vêtements étaient en sang. Elle a perdu connaissance.

À un moment donné, un des hommes a sorti un ordinateur portable et a montré à Rose des vidéos d’agressions sur d’autres femmes. « Je suis d’une ethnie des premières nations », dit-elle.

Commentaires

commentaires