JCC: Deux « Tanit d’argent » décernés au Sénégal

 Le Sénégal, représenté par quatre films à la 28e session des Journées cinématographique de Carthage (JCC), clôturée samedi, à Tunis, a remporté autant de prix dans différentes catégories dont deux Tanit d’argent, a constaté l’envoyée spéciale de l’APS.

Le film documentaire « Kemtiyu – Séex Anta » de Ousmane William Mbaye obtenu l’un des deux a ainsi obtenu l’un des deux « Tanit d’argent » remportés par les films sénégalais en compétition, le deuxième étant revenu au court métrage fiction « Dem Dem » de Pape Bounama Lopy, Marc Recchia et Christophe Rolin.
Ousmane William Mbaye remonte ainsi sur le podium des JCC (4-11 novembre) après le « Tanit d’or » qu’il avait obtenu en 2012 pour son film « Président Dia ».
Le jury présidé par le réalisateur belge Thierry Michel a salué « le travail de mise en perspective historique du documentaire +Kemtiyu – Séex Anta+, une œuvre qui retrace la mémoire oubliée d’un des grands penseurs de l’Afrique postindépendance ».
« Je suis animé du sentiment de reconnaissance de mon travail, cela prouve que le travail paie, car +Kemtiyu+ n’a pas été facile à réaliser (…)’’, a déclaré le réalisateur sénégalais à des journalistes, après la cérémonie de remise des distinctions.
La non-sélection de ’’Kemtiyu – Séex Anta » l’année dernière avait été « un désastre pour nous, mais comme m’a dit un jeune cinéaste sénégalais +Lou diot yomb+ (Tout vient à son heure) », a dit Mbaye.
Il a dit dédier son prix à la réalisatrice, productrice et scénariste tunisienne Kalthoum Bornaz, décédée le 3 septembre 2016.
« Je l’ai connu dans les années 90 à Montréal, au festival Vues d’Afrique, une grande amie (…), c’est la première fois que je viens aux JCC sans la voir et boire avec elle un café, on était très proches, en plus c’est une cinéaste de grande talent, sa disparition m’a bouleversé », a expliqué Ousmane Willam Mbaye.
« Dem Dem » de Pape Bounama Lopy, Marc Recchia et Christophe Rolin traite pour sa part de l’émigration, la trame du film tournant autour du jeune pêcheur Matar, décide à émigrer après avoir un passeport belge ramassé sur une plage à Dakar.
Pape Bounama Lopy, visiblement très ému au moment de recevoir son prix, a tenu à rappeler ce qu’il doit en terme de formation à Abdel Aziz Boye, décédé jeudi à Dakar.
Avec APS

Commentaires

commentaires