JCC: Le réalisateur Alassane Diago veut « Rencontrer (son) père »

Le réalisateur Alassane Diago dont le « Rencontrer mon père » est en compétition officielle aux Journées cinématographiques de Carthage (JCC, 3-10 novembre), explique que ce film lui a permis de se soigner et de combler ’’un manque’’ lié au fait d’avoir grandi sans son géniteur.
« C’est un bien fou d’avoir rencontré mon père, je me suis soigné avec ce film, ne pas grandir avec son père est extrêmement difficile, dans le développement de notre enfance, il y a eu un manque », a souligné le réalisateur sénégalais. Il intervenait après la projection de son film en première mondiale africaine à Tunis, un documentaire sensible, intime d’une heure 50 minutes. Il fonctionne comme une thérapie pour son auteur, resté plus de vingt-cinq ans sans voir son père.  Tout est partie de son premier film « Les larmes de l’émigration » (2010), dans lequel il raconte l’histoire de sa mère qui attend depuis 20 ans son mari parti à l’étranger.  Son père s’étant senti humilié à travers ce film vu à la télévision gabonaise, a par la suite cherché à entrer en contact avec sa famille abandonnée.  Le thème de l’abandon et du drame social n’a depuis cessé d’inspirer Alassane Diago, en toile de fonds de ses films. Le réalisateur est désormais dans la même situation que son père et veut savoir ce qui le retient à l’étranger depuis ces nombreuses années sans donner signe de vie, sans subvenir aux besoins de ses enfants, de sa femme, sans revenir.  « Rencontrer mon père » est à ce sujet la version des faits d’un père, après celle d’une mère abandonnée dans « Les larmes de l’émigration ».

Commentaires

commentaires