Kurdistan irakien: Erdogan met en garde contre un «risque de guerre ethnique»

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a mis en garde ce mardi 26 septembre contre un risque de « guerre ethnique et confessionnelle » si le Kurdistan irakien menait à terme son projet d’indépendance auquel Ankara s’oppose fermement. La Turquie promet de recourir à des sanctions économiques, voire militaires, contre les autorités d’Erbil.

Le président turc ne décolère pas. Non seulement Recep Tayyip Erdogan n’est pas parvenu à convaincre Massoud Barzani, le leader kurde irakien dont il s’était fait un allié, d’annuler son référendum sur l’indépendance, mais cette « trahison », ainsi qu’il l’a nommée, risque de ne provoquer rien de moins qu’une « guerre ethnique et confessionnelle », s’est emporté le chef de l’État turc.

La Turquie se dit prête à mettre en péril dix années d’échanges commerciaux fructueux – de l’ordre de 7 milliards de dollars chaque année – avec son voisin régional pour lui faire entendre raison. Recep Tayyip Erdogan a ainsi menacé de fermer la frontière terrestre et « les vannes » de l’oléoduc qui permet au Kurdistan irakien d’exporter, via le port turc de Ceyhan, la majeure partie de son pétrole.

Rfi

Comments are closed.