L’ Arabie Saoudite contraint les pèlerins sénégalais à s’acquitter avant leur départ, d’une taxe de 164500 FCfa

 

 

 

Arabie saudite HadjElles font grincer des dents, les nouvelles mesures annoncées par le royaume saoudien qui rend désormais obligatoire le paiement en ligne, pour les pèlerins sénégalais, d’une taxe supplémentaire de 941.5 Riyals, soit environ 164500 FCfa. Annoncé par voie de communiqué envoyé à l’Etat du Sénégal le 19 novembre 2014, le paiement devra s’effectuer en ligne, avant le départ, au niveau de la Banque islamique du Sénégal (Bis) qui se chargera d’effectuer des virements au royaume saoudien.

La mesure est diversement appréciée chez les voyagistes privés et des difficultés ne sont pas à écarter pour les agences qui ne s’y conforment pas. Dans le quotidien L’Observateur qui évoque la question, Idrissa Diop, prestataire de service dans une agence de voyage, estime que «les pèlerins risquent d’être confrontés à des blocages au niveau de l’aéroport et cela peut saper leur moral qui est déterminant pour le Hadjj».

Son avis est partagé par Ousseynou Dia, vice-président de l’Union nationale des organisations privées pour la Oumrah (Unophom), qui regrette la récurrence de ces problèmes qui surviennent à la dernière minute, comme l’année dernière. «Chaque année, ce sont presque les mêmes problèmes qui se posent. La principale difficulté, c’est que nos autorités préfèrent régler cas par cas, ce qui nous ramène à la case de départ», dit-il. Non sans évoquer le paiement de chèques pour récupérer les passeports des pèlerins afin qu’ils puissent quitter Médine. «L’année dernière, les autorités saoudiennes avaient refusé de prendre les chèques de certains privés qui étaient obligés de rester plusieurs jours, avec des frais supplémentaires, dans les hôtels ou à la belle étoile».

«Les Saoudiens nous imposent certaines choses qui ne sont pas une obligation pour le Hajj», a-t-il dénoncé, citant pour exemple les charges supplémentaires, la restauration à la Mecque ou encore «le cas du matelas qu’on nous impose à Mouna-Arafat, pour seulement cinq jours, à 80 ou 90 mille francs. Ce qui n’est pas normal car on ne part pas là-bas pour le confort».

«Les Saoudiens, conclut-il, veulent gagner plus d’argent au moindre effort. C’est cela que nos autorités ne devraient pas accepter»

 

Commentaires

commentaires